Et si le SIG construisaient une centrale à charbon au Kosovo?

charbon.jpgA l'heure où le Conseil d'Etat genevois inaugure une série d'augmentations des prix de l'électricité,  Avenir suisse publie une étude qui sacrifie les centrales à gaz, telle celle que les Services industriels se proposent de construire au Lignon, et promeut les centrales nucléaires et les centrales à charbon modernes.

D'où ma proposition: pourquoi la Suisse et Genève en particulier, qui ont été et sont encore des foyers d'accueil importants pour les réfugiés et les travailleurs du Kosovo et ont noué de profonds liens avec ce nouvel Etat, n'investiraient-ils pas dans une centrale moderne à charbon ou à lignite, dont le pays est particulièrement riche (voir aussi ici, , et )?

Construire au Kosovo pour les SIG, est-ce plus raisonnable que de construire à Genève? Poser la question, c'est aussi se demander si les SIG ne cpourent pas derrière trop de lièvre à la fois. Gérer l'eau de son captage à sa dépollution, gérer le gaz (distribution), gérer l'électricité (production, distribution), gérer une usine d'incinération et un réseau de chauffage à distance, gérer la chasse au gaspi, c'est assumer beaucoup de métiers. Est-ce vraiment dans la nature des SIG d'être au canton ce que les conglomérats étaient autrefois à l'Union soviétique? On peut en douter.

 

 

 

Commentaires

  • Pourtant, avec tout l'argent à disposition et la gratuité solaire, ils (SIG), pourraient sérieusement se poser la question des panneaux solaires photovoltaïques.

    Y'a-t-il un "pilote" dans l'avion SIG ?

    Non, au lieu de réfléchir (unique différence entre les animaux et les humains) ils préfèrent faire des bêtises, comme construire encore (!) des centrales à gaz.

    Je me demande quand Christian Brunier, va nous annoncer (à grands frais) cette décision, celle d'investir dans l'énergie solaire...

  • Bonjour Victor,

    Les SIG on deja une centrale solaire a Verbois. On peut la voir depuis l'entrée des teppes, et il s'y trouve même une petite passerelle avec un indicateur instantané des KW produit. Malheureusement pour la surface occupée l'energie produite n'est pas très impressionante. On se rend vite compte que pour être utile le solaire dois être decentralisé, c-a-d repartis sur des milliers de toits en partenariat avec les propriétaires immobiliers.

    Il existe deja une obligation de rachat des SIG pour ce type de courant, qui permet en principe d'amortir son installlation en 10 ans. Malheureusement les SIG sont plutôt discret sur ce sujet.

    AF

  • Eh bien...comme les antennes de téléphonie mobile, sur ces mêmes toits, permettent aux propriétaires d'immeuble, d'encaisser un loyer...pourquoi ne veulent-ils pas l'appliquer aussi pour les panneaux solaires photovoltaïques ?

    D'autant plus que cette énergie peut être revendue ?

  • "..pourquoi ne veulent-ils pas l'appliquer aussi pour les panneaux solaires photovoltaïques"

    Mais qu'ils sont naïfs ... c'est vrai que les propriétaire d'immeubles sont réputés pour leur altruismes ... la réponse est toute simple : car en l'état des choses, ce n'est pas rentable pour eux de procéder à l'installation !

    Un propriétaire moyen d'immeuble ne cherche pas à "amortir en 10 ans", il cherche du rendement net, rendement très élevé étant donné la structure particulière du marche de l'immobilier à Genève.

  • Dji, vous avez une lecture sélective, qui vous empêche de voir l'ensemble de mon commentaire...j'y parle de loyer à encaisser, comme dans le cas des antennes de téléphonie mobile...
    Ce qui donne...les SIG installent les panneaux sur des immeubles et les propriétaires, encaissent de suite, un loyer pour l'espace occupé par les dits panneaux...

  • Bonjour,
    Que la centrale soit construite au Kosovo ou ailleurs, l'essentiel est le bilan énergétique de cette centrale. En l'occurence, je suppose qu'il sera plus facile d'instaurer de contrôler la qualité des installations et des normes appliquées pour une construction effectuée dans un pays ami.
    Dans le cadre du projet de construction de la centrale chaleur-force (CCF) du SIG, mon parti (les verts) s'est finalement positionne CONTRE. Pourquoi? Notamment parce que les garanties de la vision long-terme en termes de développement des énergies renouvelables ne nous semblent pas suffisantes et que des questions persistent sur le bilan global CO2 et le mode de compensation.

    Aurore Bui
    Comité verts et candidate à la constituante
    http://yoursoftweb.wordpress.com

Les commentaires sont fermés.