Patate chaude et vivisection

Comment interpréter ce communiqué diffusé mercredi à l'issue du point de presse hebdomadaire le Conseil d'Etat? Interpellé ce matin M. Magnenat de l'Office vétérinaine s'est emberlificoté dans des explications qui n'ont fait qu'augmenter ma perplexité. Pour finalement repasser la patate chaude à l'ex patronne de l'Office recyclée au Département de la santé dans la surveillance de l'expérimentation animale. A suivre donc.

 

BioPark d'Archamps : réponse à la Ligue suisse contre la vivisection (communiqué du Conseil d'Etat du 27 juin 2007) Dans sa réponse à la Ligue suisse contre la vivisection concernant les expérimentations animales sur le site d’Archamps (BioPark), le Conseil d’Etat a apporté les précisions suivantes. Le BioPark d'Archamps a été conçu pour devenir un pôle de recherche au service des universités françaises et suisses, afin de centraliser des connaissances scientifiques et des savoir-faire techniques relatifs à l'expérimentation animale. Les objectifs poursuivis consistent notamment à favoriser la collaboration transfrontalière entre les chercheurs travaillant dans le même domaine afin de restreindre au maximum le nombre d'animaux d'expérience. Pour atteindre ce but, le laboratoire s'est adjoint un personnel de haute qualité, affecté aux soins aux animaux.

 

Le gouvernement rappelle qu’aucun chercheur suisse ne collabore à des expériences à Archamps, quand bien même des contacts avaient été pris en été 2006. Soucieux du respect des dispositions légales, le Conseil d'Etat est extrêmement vigilant lorsque l'utilisation d'animaux à des fins scientifiques s'avère indispensable.

Pour toute information complémentaire : Office vétérinaire cantonal, DT, Tél. 022 388 71 60.

Les commentaires sont fermés.