Tirer sur les policiers est facile

Tirer sur les policiers est facile. En l'occurrence la cible est bien mal choisie, car nos pandores ne sont en rien responsables du cafouillage dénoncé par la Cour des comptes. Tirer sur les informaticiens est aussi le sport favori des contrôleurs. Sans danger, celui-là car si la police a les moyens de vous faire parler, les informaticiens sont désarmés... En fait la paille décelée dans l'oeil des uns ou des autres cache souvent la poutre de dysfonctionnements plus sournois qui remontent jusque tout en haut de l'Etat. Explications.

 

Les problèmes qui parfois se muent en scandales informatiques sont en fait rarement le fait des ordinateurs (encore que ces bestioles ne soient pas exemptes de pannes...). Où le bât blesse, c'est souvent (toujours?) dans la chaîne des activités qui conduit à la production en bonne et due forme d'un acte administratif ou d'une prestation, chaîne qu'un système informatique est sensé automatiser en tout ou partie. 

 

Or, pour atteindre réellement ce résultat merveilleux, quasi paradisiaque, d'un enchaînement huilé et économique, il faut souvent bouleverser l'ordonnancement traditionnel des administrations, faire coïncider des données qui sont enregistrées différemment, remettre en cause la division du travail, parfois supprimer des métiers ou les transformer et même changer la loi. Bonjour les dégâts!

 

C'est là que le diable qui adore les détails se rappelle aux bons souvenirs des faiseurs de systèmes d'information. Alliés objectifs du maître des enfers, les travailleurs, fonctionnaires ou pas, développement des réactions parfois virulentes de rejet et de résistance au changement: peur de perdre son emploi, de changer de bureau, de chef, de qualification même. Des réactions si fortes que nombre de projets informatiques ont capoté lamentablement ou ont coûté des millions ou ont débouché sur les fameuses usines à gaz. Tous ces dysfonctionnements font le beurre des consultants appelés en urgence au chevet des malades et le miel des contrôleurs d'occasion.

Les commentaires sont fermés.