Longet, Lo Verso et les trolls: qui aime bien châtie bien (samedi, 19 février 2011)

Mizrahi.jpgCyrl Mizrahi pousse un petit coup de gueule au sujet de ma remarque publiée dans le billet Longet, Studer, Pagani et Berggruen:   "Longet qui voit l'avenir de Genève dans la multiplication des boulots de service aux personnes, souvent grassement subventionnés, où alors dévoreurs des économies des pensionnaires EMS et de leurs enfants qui voient fondreleur modeste héritage immobilier qu'il n'ont pas pu cacher comme on cache un compte en banque ou quelques tableaux."

Du Mabut pur sucre, n'est-ce pas! Tout comme mon billet titré La Cité est illisible, qui  m'a valu un gros lot de commentsaires, la plupart pertinents et intéressants, mais quelques-uns publiés par des trolls - toujours les mêmes - qui ont pour fâcheuse manie de tirer sur le peintre plutôt que de discuter sa peinture. C'est la règle de l'édition: qui expose, s'expose. Il en va des blogs comme de la politique, il vaut mieux avoir le cuir tanné.

Bon nombre de commentaires méritent des réponses et des compléments. Les voici

@Cyril Mizrahi Je fais de mon mieux pour effacer les commentaires discourtois, J'ai opté, comme la plupart des plateformes, pour une veille a posteriori, c'est-à-dire que les commentaires sont publiés aussitôt, je les efface si je juge qu'ils dépassent les bornes. Je ne voudrait pas devoir passer à une veille a priori, mais il n'est pas impossible, en effet, que certains trolls, dont l'honorable M. de Goumois dont vous dénoncez les propos à juste titre, m'impose ce mode de gestion. Je compte cependant d'une part sur leur retenu et surtout sur la compréhension des internautes pour ne pas devoir en arriver là.

@ René Longet. Je n'ai évidemment rien contre les services non marchands ni contre l'économie sociale et solidaires. Je pense que ce tiers secteur est la moins mauvaise manière d'offrir des jobs à une petite partie de la population. Les jobs à mille francs, comme les avait babtisés la presse alémanique quand ils sont apparus à Zurich, sont le pire des systèmes à l'exception de tous les autres (dixit Churchill à propos de la démocratie).

Des jobs utiles donc, indispensables même, mais qui ne saurait être le futur creuset de la prospérité national, sauf à trouver le moyen de fournir à chacun la monnaie pour les acquérir et à trouver cette monnaie dans la corne d'abondance du mythique paradis. Car avant de répartir la richesse, il faut encore la créer. Les techno-propres (pourquoi Longet utilise-t-il le franglais?) sont sans doute un nouveau gisement de productivité, mais ne sont sûrement pas une poule aux oeufs d'or

A propos du futur bimensuel La Cité, ce sera pour mon prochain billet. Excellente fin de semaine, chers internautes.

13:27 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | | |