Ramadan: Hiltpold n'est-il pas un peu naïf? (mercredi, 11 août 2010)

hiltpold hugues.jpgBonne surprise hier après-midi, un ancien blogueur que je croyais perdu a retrouvé le chemin de la toile - il est présent sur Facebool et sur Twitter et c'est un des parlementaire genevois en vue.

Bienvenue donc à Hugues Hiltpold. Son propos m'a toutefois interpellé.

Un radical a-t-il jamais écrit un message à l'occasion du début du Carême - cette période de 40 jours que naguère les catholiques suivaient plus ou moins en réduisant leur consommation et leur train de vie, un comportement qui, notons-le au passage, fleure bon les projets de transition (vers l'après-pétrole) et de résilience, dont la Revue Durable, dont la survie est menacée, se fait l'apôtre dans sa dernière édition.

Hier le conseiller national Hiltpold de Carouge a adressé un message aux musulmans à l'occasion du début du mois de ramadan.Il n'y est question ni de djihad ni de burqa mais d'un monde en voie de sécularisation, qui risque d'être un monde sans foi ni loi.

Le message ne s'adresse pas à ces touristes du golfe que les cinq étoiles du cru ont peur de perdre les deux ou trois prochaines années quand le ramadan tombera en pleine fête de Genève.  Le message du radical s'adresse aux 20'000 musulmans de Genève et aux quelque 400'000 adeptes de la religion islamique de Suisse.

Son message s'adresse aussi à une Suisse vieillissante qui a besoin de migrants pas toujours catholiques pour assurer son développement durable ou au moins son niveau de vie et les service aux personnes âgées. En deux mots il dit ceci: le repli identitaire des musulmans est dû à la sécularisation " lente mais progressive de la société". Beaucoup de Suisses qui ont de la peine à faire le "deuil de l’homogénéité sociale du passé" sont aussi tenté par le repli identitaire. Ce double repli identitaire est un risque pour la paix civil. Il faut donc réaffirmer les valeurs de la république laïque et démocratique, seul creuset du vivre ensemble possible. CQFD

Et le radical de de Carouge d'affirmer sa foi: "Je suis convaincu que l’islam, pas plus qu’aucune autre religion, ne serait fondamentalement incompatible avec la démocratie. (...) L’avenir de l’islam, comme l’avenir de toute religion, c’est la république."

Fort bien! Nous voudrions tous le croire, être bien certain que cet avenir radieux et démocratique est bien ancré dans les têtes de tous les musulmans et surtout de leurs dirigeants religieux. On dira donc que l'Iran des ayatollahs ou l'Afghanistan des talibans sont des incidents de parcours locaux. Que l'introduction de la charia - de droit sinon de fait - dans la plupart des pays musulmans est un accident de l'histoire. Que la situation des femmes dans le monde islamique n'a rien à envier à celle que l'Occident leur réserve... Je me demande si Hughes Hiltpold ne pèche pas un peu par naïveté.

Sur unautre plan, combien mes aieux auraient aimé entendre un radical éclairé tenir de tels propos à Genève, il y moins de 150 ans! A l'époque le régime radical au pouvoir, républicain et anticlérical - on avait pas encore inventé le mot laïc - ne se contenta pas d''interdire les clochers. Il ferma les églises restées fidèles à Rome pendant une génération et expulsa le cardinal Mermillod de Carouge. C'était le temps du Kulturkampf, un choc de civilisation pas très différente de celui qui oppose aujourd'hui l'Occident sécularisé et profiteur au monde musulman.

 

PS: Sur le sujet sans tomber dans la paranoïa on peut consulter ce blog www.bivouac-id.com et aussi d'anciens billets publiés sous Vu du Salève ici et plus généralement

 

08:16 | Lien permanent | Commentaires (11) |  Imprimer | |  Facebook | | | |