ROC contre DD: match presque nul (jeudi, 29 avril 2010)

DSC04937.JPG"Le monde est un peu comme une salle de bain dont la baignoire déborde. L'ingénieur Püttgen nous propose une serpillère très sophistiquée. Moi je propose de fermer le robinet."

"C'est la première fois qu'on me compare à une serpillère" a remarqué un brin agacé le professeur Püttgen. Le directeur de l'Energy Center de l'EPFL défend un développement durable (DD) et croit que la Suisse pourra revenir d'ici la fin du siècle à sa consommation d'énergie par habitant qui était le sien en 1962: 2000 watts par habitant.

Le fermeur de robinet, c'est l'idole des décroissants, Serge Latouche, professeur émérite de Paris Sud, directeur du Groupe de recherche en anthropologie, épistémologie et économie de la pauvreté et auteur d'un ouvrage qui résume le propos qu'il a tenu ce soir à Uni Mail devant un auditoire comble: "De la décolonisation de l'imaginaire économique à la construction d'une société alternative".

Pour rester dans l'environnement de la baignoire, il s'agit pour lidéologue de jeter avec l'eau du bain progrès croissance et développement, Adam Smith, Marx et tous ceux qui ont voulu conjuguer bonheur et accaparement pour promouvoir une société de la frugalité heureuse telle celle que l'Equateur a inscrite dans sa constitution, que le sous-commandant Marcos défend et que le président Morales met en oeuvre en Bolivie.

A la question: comment faire en Europe, avec quelle gouvernance? Avez-vous des solutions concrètes qui sortent des formules de la séduction?, il n'y eut aucune réponse.

Ce qui n'a pas empêcher les adeptes du pape de la décroissance d'applaudir un  discours à la limite de la forfanterie.

Sur la feuille d'invitation à la soirée organisée par le Réseau objedction de croissance, l'Association des étudiants en science politique et relations internationales et écoattitude, il était écrit: L'Université est étrangère à l'organisatin de cette manifestation. Les bonnes formules du professeur Latouche ont sans doute fait rire la salle - c'est la lutte du pot de terre contre le pot de vin - mais n'étaient en effet pas vfraiment à la hauteur d'une réflexion académique qui s'est de surcroît confinée à un diagnostic archi-connu très sanglot de l'homme blanc.

 

A lire sur le même sujet l'avis de Pierre Losio, vert de rage ou en vert et contre tout.

23:16 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | | |