LA CICAD discute d'antisémitisme. Avec qui? (samedi, 27 mars 2010)

cicad rapport 2009.pngPublier une caricature de Mahomet avec une bombe dans le turban, jeter le pape dans la cuvette des wc fait partie de la liberté d'expression ou de la liberté artistique. Il n'y a là rien à dire, car ni les musulmans ni les catholiques ne sont voués en tant que peuple à la négation.

Le peuple juif a certes beaucoup souffert depuis sa montée des marais du sud de l'Irak actuel en Palestine. Plusieurs fois dans son histoire, il a failli être rayé de la carte du monde. Jacques Attali en cite plusieurs dans son Dictionnaire amoureux du judaïsme. La shoah fut une des politiques dans les siècles - un peu plus de 58 aujourd'hui - d'extermination systématique.

C'est un effort de chacun, chaque jour, que de reconnaître en l'autre une part de soi, d'aimer son prochain comme soi-même. Certains y parviennent admirablement. Ils sont des saints sur terre, des modèles d'humanité. Comme l'on voudrait que tous les humains leur ressemble!

D'autres font des efforts, mais tombent parfois au souvent, se relèvent, tombent à nouveau. Il arrive quelquefois qu'on tienne des propos racistes ou que l'on rumine des mots de haine à l'encontre d'humains. C'est toujours plus grave lorsque cette haine s'en prend à une communauté, à un peuple et que tous ses membres sont mis dans les même sac. La haine des Genevois, la haine des frontaliers, la haine des propriétaires, la haine des pollueurs, la haine des musulmans, la haine des racistes, la haine des juifs...

C'est l'homme qu'on tue quand on l'amalgame à la foule. Partout et toujours. La CICAD a hier publié son bilan 2009 de l'antisémitisme. C'est son rôle. Elle fait oeuvre d'humanité. D'autre le font et tentent d'endiguer le racisme, islamophobie, l'anticléricalisme et tous les ismes qui en leur sein nourrissent des dévots de leur cause, des tartuffe, des graines de dictateurs, des cadres du politiquement correct.

Ainsi il faudrait mieux encadrer les commentaires de la Tribune coupable d'héberger un quart des propos antisémites répertoriés en 2009.

"Internet, et en particulier les sites des médias, dont celui de la Tribune de Genève qui, selon le rapport de la CICAD, a abrité un quart des remarques antisémites relevées en 2009, «devient le lieu de propos intolérables, tenus souvent sous le couvert de l’anonymat», dénonce Alain Lévi président de la CICAD. Et le gardien du temple d'appeler les médias à se montrer aussi vigilants sur Internet que dans le traditionnel Courrier des lecteurs. Visiblement peu confiant quant aux résultats d’éventuelles actions en justice contre les médias, Alain Lévi affirme en outre que la Cicad privilégie le dialogue et appelle à une «prise de conscience» de ceux-ci, écrit Marc Bretton dans la Tribune de ce matin.

Ah bon!? Responsable du Forum des blogs de la Tribune depuis trois ans, je n'ai jamais eu l'honneur de discuter avec le président de la CICAD. Et le seul entretien - long et très intense - que j'ai eu l'an dernier avec cette association, c'est avec son directeur. Dans cet entretien, aucun débordement antisémite patent ne m'a été présenté. Il semble donc que la CICAD privilégie la dénonciation médiatique sans doute plus visible que la discussion.

Il reste un point à éclaircir. Qui doit faire la police dans les blogs? Certainement pas la Tribune ou de manière subsidiaire seulement. En effet, un  blog est assimilable à l'édition d'un journal. Le blogueur est éditeur et rédacteur en chef responsable. La Tribune n'est que l'hébergeur des blogs. Elle est au niveau de l'imprimeur du journal ou du facteur qui le porte aux abonnés.

La liberté d'expression a des limites. Il appartient dans une société libérale avancée à chacun de prendre ses responsabilités et à l'éducation d'une éthique de faire partager cette évidence à tous. Pour le reste les tribunaux sont là pour faire leur travail.

Un point encore. Par sa compilation livrée dans son rapport, la CICAD opère un prodigieux zoom sur la lie du net. Il ne faudrait pas que la lie, comme l'arbre, cache la forêt des dizaines de milliers de commentaires qui, sans être toujours de plus grande courtoisie ou rédigés dans le meilleur français, constituent tout de même une belle somme et une grande diversité d'opinions.

Quant à l'anonymat, je l'ai dénoncé depuis mon entrée en fonction. A l'expérience, je me suis aussi rendu compte que notre société libérale avancée n'accordait pas la même liberté d'expression à tous ses membres, dont les plus inconnus craignent à tort ou à raison les conséquences au plan professionnel ou social.

Toute vérité n'est pas bonne à dire et pour vivre heureux, vivons cachés. Ce n'est pas pour rien que ces propositions sont devenues de proverbes.

 

NB [dimanche 9h30]: Les commentaires sont fermés sous cette note, en raison - une fois de plus - de patoucha qui monopolise le débat en publiant une série de commentaires et du fait aussi que le débat dérive comme souvent à ce sujet sur le conflit proche-oriental. Celles et ceux qui souhaitent poursuivre le dialogue peuvent le faire en adressant un courriel à jean-francois.mabut@span.ch.

NB bis [lundi 29 mars 16 h] je rouvre les commentaires

08:41 | Lien permanent | Commentaires (30) |  Imprimer | |  Facebook | | | |