La police autorise l'érection d'un minaret à la Place-Neuve (lundi, 30 novembre 2009)

matthey-doret David.jpgDavid Matthey-Doret annonce sur Facebook l'érection ce matin à 10 heures d'un minaret éphémère sur la Place Neuve. La police s'est fait prié, explique le président du Groupement de liaison genevois des associations de jeunesse, mais il a, semble-t-il, optenu gain de cause. Lire ci-dessous le communiqué du groupe créé sous le titre "Le premier nouveau minaret à Genève ! Marre d'avoir honte de notre pays !"

Comment interpréter cette manifestation? Une farce de collégien digne de l'Escalade, un  mépris de la votation populaire de dimanche, un hoquet de l'esprit de Genève, une salutaire résistance à la "peur et à l'ignorance", qui expliquerait le vote des Suisses selon les mots du rabbin François Garaï, dans une lettre est publiée sur le blog d'Hani Ramadan? J'attends avec intérêt vos commentires.

Pour ma part, j'ai toujours quelques réticences à remettre en cause le vote populaire. Contester le vote du peuple suisse revient à dire qu'il s'est trompé ou, en l'occurrence, décréter que ce vote ne s'applique pas à Genève. Voilà qui devrait conforter les indépendantistes. Genève demandera-t-elle son rattachement à la Savoie, 150 ans après l'annexion de notre arrière pays à la France?

Le communiqué publié sur Facebook:

"Lundi 30 novembre à 10h00 du matin, un collectif de jeunes -créé spontanément suite à l'acceptation de l'initiative anti-minarets- érige le premier nouveau minaret post-votation à Genève sur la place Neuve, édifié symboliquement au pied de la statue du Général Dufour.

Choqués par ce résultat honteux, la mobilisation a été immédiate : le collectif a entrepris une action de solidarité visant à rassembler les voix des personnes en Suisse affligées par la dérive d'un pays tendant vers une société de plus en plus hermétique.

Notre collectif met à disposition la façade de ce minaret à toute personne qui ne se reconnait pas dans le résultat de la votation du 29 novembre, pour venir exprimer ses sentiments et sa volonté de défendre une Suisse tolérante et ouverte.

Retrouvez-nous au pied de la statue de l'homme qui a mis fin à la dernière guerre de religion en Suisse afin d'initier un mouvement qui, nous l'espérons, sera le premier d'une longue série."

 

09:32 | Lien permanent | Commentaires (46) |  Imprimer | |  Facebook | | | |