Le constituant radical Guy Zwahlen doit-il démissionner? (mercredi, 18 novembre 2009)

zwahlen.jpgrer cointrin cornavin.jpgIncroyable mais vrai! L'avocat Guy Zwahlen, président de la section genevoise du TCS a dénoncé hier soir en pleine Constituante comme faux le plan officiel du projet d'agglomération franco-valdo-genevoise [cliquer sur l'image pour l'agrandir].

Ce plan était annexé au rapport de la commission 4 traitant de la gouvernance future de la région, notamment le projet plutôt bien accueilli de créer un assemblée régionale élue, et les idées plus contestées d'installer un ombudsman régional et d'ancrer le principe de la démocratie participative.

Guy Zwahlen est intervenu en toute fin de session, hier soir, alors que le président Thomas Büchi s'apprêtait à lever la séance avec une heure d'avance sur l'horaire prévu. Le président du TCS genevois  a accusé Carine Bachmann, la présidente de la commission 4, de diffuser des documents faux. L'élue verte s'est défendu d'une telle intention et a déclaré que ce document était parfaitement officiel. En effet il l'est. On le trouve facilement sur le site officiel du projet d'agglo. Et c'est au constituant Zwahlen ce matin de s'expliquer, de présenter des excuses ou de démissionner.

Le coeur du problème tient à un petit barreau ferroviaire (noté par une flèche sur le plan ci-contre) qu'a soudain découvert Guy Zwahlen, un trait noir qui relie Cointrin à Cornavin, une liaison sans laquelle le RER ne pourra pas desservir correctement le principal noeud modal du canton: la gare routière, ferroviaire et aérienne de Cointrin.

Une bretelle qui devrait au moins être mentionnée dans le débat qui fait rage à Genève ces jours à propos du CEVA, car elle signale que les Genevois n'ont pas fini de payer pour rendre opérationnel le RER. Alors qu'à l'évidence la suppression du goulet de Cointrin devrait se faire vers la Suisse afin de permettre aux trains de relier d'abord l'aéroport puis Cornavin depuis la Suisse faisant gagner dix bonnes minutes aux usagers du plateau pour atteindre l'aéroport.

De fait, le projet d'agglo genevois - qualififié de meilleur projet suisse hier à la Constituante par Carine Bachmann, ignore la Suisse et  crée une boucle genevo-genevoise. Cette configuration est en fait rendue nécessaire par le fait que la ligne de Vernier est déjà saturée du fait que deux tensions la française et la Suisse cohabitent sur cette portion du réseau.

Plutôt que de miser sur les axes porteurs d'un projet digne du XXIe siècle, comme la construction d'une deuxième ligne ferroviaire qui devrait faire circuler les trains grandes lignes à 200-250 km/h sur le plateau, le projet d'agglo franco-valdo-genevois prévoir d'investir des centaines de millions sans débat public, puisque le président du TCS semble découvrir son existence...

Cette petite péripétie en dit long sur le manque d'information à la veille du référendum sur le CEVA. Il y a quelques jours, l'ancien maire d'Annemasse Robert Borrel, toujours très actif dans la gouvernance régionale, avouait en conférence de presse ne pas savoir que la facture suisse du CEVA était passée de 950 millions à 1,47 milliard.

Sur le projet d'agglo, on peut lire plusieurs billets ici.

07:45 | Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer | |  Facebook | | | |