A Bardonnex, la Mairie gagne de justesse (dimanche, 28 novembre 2021)

D9BB54C7-DED8-4974-9E91-5FD9E55D7574.jpeg

52,6% de oui pour la construction d’une déchèterie enterrée dans la partie nord de la boucle du bus 46 à Bardonnex. La Mairie doit pousser un ouf de soulagement. Mais les partis PDC et PLR qui faisaient bloc pour le projet et mener une campagne d’affichage importante ne font de loin pas le plein des voix. Que va faire Bardonnex Alternative qui a soutenu du bout des lèvres ce référendum de nimby (not in my back yard, pas près de chez moi)? Le Parti plus Vert que social ne s’est en tous cas pas beaucoup mouillé lors du débat organisé par la commune début novembre.

La Marie doit tirer au moins une leçon de ce vote sur le fil.

Si la Mairie de Bardonnex ne veut pas subir sur d’autres projets plus stratégiques, comme la destruction annoncée de la salle communale bâtie il y a 35 ans, pour y construire une école, elle doit informer, informer, informer. Et pas que par des tous ménages colériques et tendancieux, comme cela est arrivé dans la présente campagne qui s’achève. 

Mais il est vrai qu’il sera plus difficile de mobiliser la population contre la construction d’une école. Aucun voisin n’est concerné en l’occurrence. Et puis, les citoyens de Bardonnex ont perdu le fil de ce projet arlésienne qu’on attend depuis plus de 25 ans. Même la plupart des élus est bien incapable d’expliquer pourquoi en 1900 on a pu construire une école à côté du château et de l’église de Compesières et qu’un tel projet serait devenu impossible en 2021.

Cette impossibilité, non démontrée, jamais débattue, de construire l’école du XXIe siècle dans le hameau de Compesières conduit la commune aujourd’hui à étudier ce nouveau bâtiment en pleine campagne, à plus d’une kilomètre du plus gros village de la commune - Croix-de-Rozon où vivent 60% des Bardonnésiens, et au prix de la démolition de la salle communale.

Un point encore sur les déchèteries: celle de Rozon, à la route des Hospitaliers, qui figure sur l’affiche des partisans et celle du terrain de football n’ont pas fait l’objet d’un référendum. Les habitants de Croix-de-Rozon ou de Charrot sont-ils plus solidaires, plus civiques que ceux de Bardonnex Sud? Est-elle, cette déchèterie, mieux placée que celle de Bardonnex? On en doute. 

Un mot encore pour dire que les nouvelles constructions doivent inclure une déchèterie enterrée, comme c’est le cas au chemin des fourches (payées donc par les locataires et pas par les contribuables) et, en 2023 ou 2024, de la route d’Annecy, près de la douane de Landecy. 

Quant aux autres scrutins de ce dimanche neigeux, froid et couvert, on retiendra que les infirmières ont été applaudies massivement - merci le virus - par un peuple qui a plus peur de la mort que du réchauffement climatique. On a entendu les accents émus du médecin genevois Matter sur la RTS dire combien il était légitime de renforcer les moyens pour la santé et honteux de rationner l’accès aux soins (il y en a qui sacrifie leur alimentation pour faire face à la facture des soins).

Même la PLR Isabelle Moret, qui préside la faîtière des hôpitaux suisses, expliquer sans rire que si les hôpitaux ne peuvent pas augmenter les salaires cela est dû à la pingrerie des caisses maladie et des cantons.

Les Suisses ont donné un grand coup de couteau au fédéralisme et au partenariat social. Mais plus grand monde ne pleure ces piliers de la gouvernance helvétique. La voie est ouverte, les syndicats vont s’y engouffrer. Mais les autres catégories sociales n’auront pas le covid comme alliés. 

 

PS: Un mot encore pour dire à mes quelques fidèles lecteurs que si j’ai délaissé un peu Vu du Salève ces derniers temps, c’est en raison du temps que je consacre à Compesières Info, un blog que j’ai lancé en juillet dernier sur l’actualité de la paroisse de Compesières dont je suis devenu président en juin. 

14:12 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |