Boire et manger en 2035 (vendredi, 09 juillet 2021)

DEBC865C-79FA-4AC4-8968-89FE7C77E05B.jpeg« Si l’étiquette comporte plus de six ingrédients, il y a plus de trois chances sur quatre qu’il s’agisse d’un aliment ultratransformé » Cette affirmation légende une photo prétexte illustrant un article, publié cette semaine par mon journal préféré, dont le sujet est une mise en cause de cette tendance de l’industrie alimentaire de recomposer les aliments en fonction du goût supposé des consommateurs et du profit. Le titre donne le ton: « Méfiez-vous du cracking alimentaire » L’alerte très en vogue cite le livre publié en 2017 par Anthony Fardet, un proclamé expert de la chose. 

Personne n’est évidemment obligé d’acheter ces aliments industriels, mais il est de bon ton de s’en méfier. C’est comme le hamburger, symbole de la malbouffe, alors qu’il fait partie d’une chaîne alimentaire efficace (les vaches laitières finissent en hamburger) et accessible à tous. 

J’entends déjà les hauts cris des experts en diététiques et de leurs ouailles. Cependant, cette même semaine, The Economist a repris sa série estivale des « if », une série d’articles souvent décapante rédigés cette fois sur le mode « What if ». Parmi la dizaine de suggestions, il y a celle-ci: What if notre nutrition était personnalisée? 

L’auteur prédit que d’ici une quinzaine d’années, nous aurons tous un implant sur le bras qui mesurera en permanence quelques marqueurs clés, nous alertera en cas d’excès ou de déséquilibre et remplira notre frigo intelligent en conséquence des aliments bons pour notre santé et de la bonne heure pour les ingérer. Car, des études récentes, constate l’auteur, montrent que la même assiette, consommée à des heures différentes, va être traitées différemment par notre microbiome.

La fiction « What if 2021 » de The Economist rapporte une conférence donnée à Davos en 2035. Il est aussi  question de savoir si la gratuité de l’implant, instauré dans les pays nordiques, doit être étendue au monde entier. Il note aussi qu’un bon tiers de la population sensible aux thèses complotistes résiste à cet embrigadement dangereux pour nos libertés. Il est bon qu’il ait toujours un peu de résistance. Tant que la résistance n’impose pas son credo. 

En cet été 2021, ce sont les pluies persistantes qui commencent sérieusement à inquiéter ceux qui nous nourrissent: les paysans petits et grands, indépendants ou dépendants, soumis aux grands commerces - des quasi monopoles - et aux consommateurs velléitaires… 

Pas deux jours de beau consécutif. On voit des champs de blé tout noirs déjà, des épis d’orge cassé, des colza tout gris. Sans parler de ceux qui ont subi le froid ce printemps et la grêle en juin. Un été sans cerise, sans abricot. Année de foin, année de rien, dit le dicton. 

 

 

 

 

Si l'alimentation de chacun était personnalisée (l’article traduit par Deepl)
Vous êtes ce que vous mangez
DAVOS
Comment l'adoption massive d'une alimentation personnalisée changerait-elle la santé des gens et l'industrie alimentaire ? Un scénario imaginé en 2035

0D007A87-4A92-41A0-8177-073B088D849F.jpeg"Que la nourriture soit ta médecine et la médecine ta nourriture". Ce diktat d'Hippocrate, qui a défini les principes de la médecine dans la Grèce antique, plane en caractères holographiques lumineux au-dessus de la scène principale du Forum économique mondial de Davos. Le thème central cette année est de savoir comment rendre l'alimentation personnalisée plus largement accessible à ceux qui n'ont pas les moyens d'en profiter. Parmi les sujets brûlants, citons la question de savoir si les métabo-chaînes, les implants et autres traceurs nutritionnels personnels devraient être gratuits pour tous (comme c'est le cas dans certains pays nordiques), les raisons pour lesquelles la nutrition personnalisée est bonne pour les entreprises et l'éternel débat sur la meilleure façon pour les gouvernements de réglementer l'utilisation des données personnelles des consommateurs par les entreprises.

Au milieu des arguments, il existe un large consensus sur le fait que l'essor de la nutrition personnalisée a beaucoup contribué à promouvoir une alimentation saine et respectueuse de l'environnement au cours de la dernière décennie. En 2031, la proportion d'Américains obèses a diminué pour la première fois depuis plus de 20 ans, et le taux de diabète a baissé pendant trois années consécutives par rapport à son record historique de 22 %. Les Européens deviennent plus minces et en meilleure santé, eux aussi.

Mais les progrès sont plus lents que prévu et, sur les marchés émergents, l'obésité continue de progresser, ce qui freine la croissance économique. L'alimentation respectueuse de l'environnement, bien que de plus en plus populaire dans les pays riches, n'est toujours pas en passe d'atteindre l'objectif d'un "régime de santé planétaire" fixé par des scientifiques en 2019 dans la revue médicale The Lancet. Cet objectif, que les grands fabricants de produits alimentaires et de nombreuses autres entreprises se sont engagés à soutenir, prévoit une réduction mondiale de 50 % de la consommation de viande rouge et de sucre et un doublement de la consommation de noix, de fruits, de légumes et de légumineuses entre 2020 et 2050.

Le fait que la nutrition personnalisée soit le meilleur moyen de susciter la demande d'aliments plus sains et plus respectueux de l'environnement est apparu clairement au milieu des années 2020. Dix ans plus tôt, les scientifiques avaient commencé à comprendre pourquoi les directives diététiques uniques sous forme de pyramides alimentaires, d'étiquettes sur les sucres et les graisses, etc. ne parvenaient pas à faire reculer le diabète, l'obésité et d'autres maladies dues à une mauvaise alimentation. Les régimes à la mode portant des noms accrocheurs comme Keto ou Paleo ont fonctionné pour certaines personnes, mais se sont révélés inutiles pour la plupart des personnes qui les ont essayés. Et les personnes qui perdaient du poids avaient souvent du mal à le maintenir.

Les régimes qui se sont succédé jusqu'aux années 2020 nécessitaient une volonté d'acier et une planification minutieuse. Le plus gros problème, cependant, était qu'ils ne tenaient pas compte du fait que les corps réagissent différemment aux mêmes aliments. À la fin des années 2010, des preuves scientifiques de plus en plus nombreuses ont montré que des repas parfaitement sains pour une personne pouvaient être pour une autre la voie rapide vers le diabète, l'obésité ou les maladies cardiaques.

Il s'est avéré que même le même repas consommé par une même personne à un moment différent de la journée pouvait être métabolisé de manière plus ou moins saine, en fonction de ses autres habitudes alimentaires, de sommeil et d'exercice. La découverte la plus importante a été le rôle du microbiome, la colonie de 100 000 microbes vivant dans l'intestin humain. Il s'est avéré que le microbiome était l'usine qui transformait les aliments en diverses substances dont le corps avait besoin pour fonctionner, ainsi qu'en substances nuisibles à la santé. Et le microbiome de chaque personne est unique.

Une étude publiée en 2015 par des chercheurs de l'Institut Weizmann en Israël a fait date dans l'idée d'une nutrition personnalisée. Ils ont conçu un algorithme basé sur l'intelligence artificielle capable de prédire avec précision la réponse d'un individu à un aliment donné, mesurée par une surveillance continue de la glycémie à l'aide d'un petit appareil fixé sur le bras. Les pics de glycémie après les repas sont des marqueurs connus de la prise de poids et d'une panoplie de troubles métaboliques. L'algorithme a utilisé des données sur le mode de vie, les antécédents médicaux et la composition du microbiome. En l'espace de trois ans, des scientifiques américains, britanniques et allemands ont reproduit les travaux de l'équipe israélienne et le secteur de la nutrition personnalisée est entré dans une nouvelle ère.

Au début des années 2020, le nombre de start-ups proposant des conseils nutritionnels sur mesure par algorithme a explosé. Certaines utilisaient des échantillons de fluides corporels envoyés par courrier ou des appareils de surveillance continue pour suivre les taux sanguins de glucose, de lipides, de vitamines, etc. Quelques-unes, dont DayTwo, Million Friends et Zoe (Joinzoe et zoe.menu), ont également cartographié le microbiome (par l'analyse génomique de tout ce qui se trouve dans l'échantillon de selles d'une personne). De nombreuses entreprises se contentent du strict minimum : elles vérifient l'existence d'une poignée de gènes qui ont été associés à certaines réactions à divers aliments. Leur utilité était limitée. À la fin des années 2020, le marché est arrivé à maturité, après avoir été brutalement secoué.

Un service "soupe aux noix
Une poignée d'entreprises ont prospéré et sont désormais des noms connus. EatLogic, la deuxième plus grande, a accepté le mois dernier d'être rachetée par Google, sous réserve de l'approbation des autorités réglementaires. Les leaders ont tous essentiellement le même modèle économique. Leurs applications et leurs algorithmes identifient ce que les gens devraient manger et éviter, et suivent ce qui se trouve dans leurs placards, leurs réfrigérateurs et leurs paniers d'achat en ligne. Les recettes générées par l'IA utilisent les combinaisons de saveurs préférées des grands chefs. Les applications analysent également les menus des restaurants et recommandent les plats à commander, parfois avec des modifications mineures, comme l'échange d'un légume ou d'une sauce à salade. Tout cela aide les gens à faire de bons choix alimentaires. La précision s'est constamment améliorée à mesure que les implants et les dispositifs portables associés à ces services sont devenus plus petits, moins chers et plus performants.

Les fabricants d'appareils de cuisine, comme Philips et Samsung, sont au cœur de l'écosystème de la nutrition personnalisée depuis le début des années 2020. À Davos, leurs dirigeants ont évoqué les défis - et les opportunités pour la santé publique - que représente le développement de modèles moins chers pour les marchés émergents, où le nombre de ménages de la classe moyenne augmente rapidement. Les patrons de l'industrie estiment que dans des pays comme l'Inde et le Kenya, environ 20 % des ménages peuvent s'offrir un réfrigérateur intelligent, même s'il comporte beaucoup moins de fonctions que les modèles qui sont aujourd'hui la norme en Amérique. En 2034, un peu plus de la moitié des ménages américains disposeront d'un réfrigérateur intelligent relié à un compte nutritionnel personnel.

L'industrie alimentaire s'est également adaptée étonnamment rapidement à la révolution de la nutrition personnalisée, compte tenu de la lenteur avec laquelle elle a réduit le sel et le sucre dans les aliments transformés. Cette transformation est évidente dans les rayons des supermarchés, où les aliments transformés sont disponibles en plusieurs variantes, adaptées à chacun des principaux méta-types identifiés par les scientifiques. (Certaines variantes sont, par exemple, plus riches en graisses et en fibres mais plus pauvres en protéines).


La viande et le poisson artificiels cultivés à partir de cellules souches animales - qui, en 2034, ont dépassé la variété traditionnelle en termes de volume de ventes - sont également proposés dans des variétés de métabo-types qui comprennent différents ratios de graisses, de protéines, de minéraux et de vitamines présents dans les "vrais" produits animaux. Les menus des restaurants, eux aussi, sont de plus en plus adaptés aux méta-types les plus répandus parmi leur clientèle.

L'un des sujets les plus controversés abordés à Davos était de savoir comment rendre la nutrition personnalisée plus abordable. Les services de première génération, proposés au début des années 2020, coûtaient plusieurs centaines de dollars pour les tests initiaux et des frais mensuels élevés par la suite. Aujourd'hui, les plans les plus basiques sont environ 80 % moins chers, après ajustement de l'inflation. Les utilisateurs qui laissent les fournisseurs vendre leurs données personnelles obtiennent des rabais considérables, bien que certains régulateurs cherchent à limiter cette pratique. Les employeurs, les assureurs santé et les gouvernements subventionnent de plus en plus les plans de nutrition personnalisés et offrent des bons d'achat et d'autres avantages aux utilisateurs obéissants.

Mais le coût n'est pas le seul obstacle à une plus grande adoption. En Angleterre, le National Health Service propose un plan gratuit à tous, ainsi que des appareils personnels subventionnés qui peuvent être associés à ce plan. Cela explique en partie pourquoi environ 70 % des adultes anglais utilisent désormais un service de nutrition personnalisé, soit le taux le plus élevé au monde. Pour convaincre les 30 % restants, qui comprennent une grande partie de ceux qui ont le plus à gagner à changer leur régime alimentaire, il faudra bien plus que des gadgets gratuits. Beaucoup voient l'idée d'un mauvais œil, en raison des théories du complot que les médecins s'efforcent de dissiper.

Lors du débat final sur la scène principale de Davos, la majorité des intervenants se sont montrés optimistes quant au potentiel futur de la technologie, tandis que d'autres se sont inquiétés de la difficulté d'étendre l'adoption au sein de ces groupes plus "hésitants". La discussion s'est terminée sur une note douce-amère. La nutrition personnalisée, semble-t-il, n'est pas du goût de tous. 

10:29 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | | |