L’orchidée pyramidale de la pente à luger de Charrot (samedi, 12 juin 2021)

57126408-A78F-4B80-8CC4-084FFA6822CB.jpegQuelle chance d’habiter au pied du Salève et de se balader sur le chemins des vignes, entre Landecy et Bardonnex. A toute heure, la lumière est magnifique, la façade des varappes majestueuse, le ciel parfois tragique quand des trains de cumulus lâchent leurs averses le long de la masse sombre du et que le soleil sombre à l’ouest et allume le feu. 

Sur le coteau on voit le jet d’eau et le lac au loin. Au bas du coteau on suit le vallon de l’Arande qui marque la frontière. C’est la saison des orchidées des champs. Un marqueur de la diversité écologique. 

 

La photo de ce billet a été prise hier. Il n’y en avait qu’un d’orchidées pyramidal, mais magnifique dans cette prairie triangulaire en contre-bas du chemin de Compostelle qui mène de Charrot  à Lathoy puis, en passant par l’abbaye de pommier, à Charly sur l’adret du Mont-Sion. 

Les hasards d’un article à rédiger pour La Tribune de terroir à paraître le 25 juin me font butiner sur le net. je relis le rapport 2020 d’AgriGenève, riches d’enseignement sur ce que l’agriculture genevoise devient sous la pression des urbains forcément verts et soucieux d’avoir à leurs portes une campagne à leur guise. 

C’est ainsi que nos gouvernants, soucieux à juste titre de maintenir la paix civile, ménagent la chèvre et le choux et surtout les insectes et la myriade de bestioles qui vivent la nature vierge, et financent des programmes écologiques dans nos campagnes. Et c’est ainsi que je découvre que la pente, où les gosses de Charrot viennent luger quand le réchauffement climatique nous réserve encore la bonne surprise d’une chute de neige, cette pente donc est une prairie témoin de la diversité naturelle. 

Rien à dire. Cette nature du monde d’avant nous enchante. La conservation de la prairie est un projet du Réseau agroenvironnemental de Genève Sud. Il y en a neuf à Genève et ça tourne depuis 2015. L’opération est placée sous la houlette conjointe d’AgriGenève et de l’Atelier Nature Paysage, un bureau de jeunes ingénieurs spécialisé dans l’environnement.

A voir en vidéo.

PS du 15 juin. Alors que l'heure de couper les foins de qualité nutritive pour les animaux de rente est bien dépassée, celle des foins fleuris des prairies nurseries à insectes sonne. Après le 15 juin la fauche est autorisée. Dans l'ancienne vigne derrière la ferme de La Mure, devenue prairie sèche, des dizaines d'orchidées pyramidales fleurissent. Un magnifique spectacle. Trois jours après la faucheuse était passée.

IMG_3976.jpeg

 

 

 

16:17 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |