BA nous fait voter sur les poubel.les. Et l’épicène? (samedi, 08 mai 2021)

Capture d’écran 2021-05-17 à 17.40.53.pngOn ne sait toujours pas ce que pense Bardonnex Alternative (BA) du futur de Compesières. Sinon que la ferme abandonnée depuis plus de 30 ans devrait devenir une ferme pédagogique, genre Martine à la ferme,  bio évidemment, sans rapport avec l’agriculture qui nourrit 7,5 milliards d’humains, mais riche de cette nostalgie jardinière et paradisiaque en vogue chez les urbains. Le site internet de BA est muet tout comme sa page Facebook.

Pas un mot non plus sur la future école de Compesières, dont l'implantation sera donc plus proche de Bardonnex que de la Croix-de-Rozon où vivent pourtant deux tiers de la population de la commune.

Les autres partis représentés au Conseil municipal, PDC et PLR, ne sont pas plus diserts. Leur site n’est pas mis à jour. Quant à www.bardonnex.ch, il brille toujours par sa vacuité.  

Mais voilà que, alerté par BA, La Tribune consacre un article à notre commune. C’est l’écopoint de Bardonnex qui déplaît et vaudra aux citoyens de se prononcer, en novembre 2021 ou en mars 2022, sur un crédit de 184’000 francs voté le 8 décembre 2020. Le référendum lancé en janvier a officiellement abouti.

En fait, c’est bien le deuxième article de la Julie sur le sujet ( 1 , 2), qui, à ma connaissance, n’en a écrit aucun sur le projet scolaire mais s'est beaucoup attristée du sort funeste de la tuilerie. 

L’ancien maire Jacques Delétraz disait déjà combien les cailloux au bord des chemins occupaient bien davantage nos élus et les journalistes que l’assainissement des eaux et la mise en séparatif des égouts, qui engloutissaient en son temps des millions pour le plus grand bien de nos cours d’eau.

Le pied de BA a donc buté sur un de ces cailloux qui alimentent les conversations de bistrots, un caillou très dans l’air du temps: le langage épicène. Dans une résolution soumise au Municipal du 18 mai prochain, BA invite ainsi Madame le maire (qui deviendra donc Madame la mairesse, à moins que la question de genre recommande Monsieur la maire ou plus neutre la personne maire) à user du langage épicène dans sa communication. Les écolier.ère.s.x se réjouissent de ce.tte progrès.avancée civilisatrice.eur.

Votera-t-on à Bardonnex sur cette question? Il faudrait que le Conseil municipal adopte la résolution et qu’un comité lance un référendum. Peu probable. Sauf erreur, une résolution n’est qu’un projet sans obligation pour l’Exécutif et donc non soumis au référendum.

Revenons à l’école

Il faut à propos encore s'interroger sur cette arlésienne - l’école donc, que les autorités précédentes ont pensé pouvoir construire, en 1995, à l’emplacement de la ferme de Compesières, puis, en 2009, au sud du carrefour au drapeau, puis entre Charrot et le stade de foot, pour enfin se rabattre sur l’exiguë parcelle Mermillod, où est la salle communale.

Que s’est-il passé depuis le 2 septembre 2020, date de l’exposition du concours d’idées auquel ont pris part plus de 30 architectes? Un entrefilet dans le bulletin municipal de février - rien sur le site internet - signale sans référence audit concours d'idées qu'un appel d'offre a été publié pour constituer un groupe d'expert.e.s.x.

Qui sont donc ces experts? Quel est leur mandat exact? Quel crédit a été voté pour les indemniser? Quand doivent-ils rendre leur rapport? La commission des bâtiments du Conseil municipal suit-elle attentivement l'avancement de dossier? On espère prochainement lire des réponses à ces questions sur le site de Bardonnex.

En date du 4 avril, on lit sur le site simap.ch que le pilotage aurait été attribué à un bureau lausannois: Ferrari Architectes SA /Avenue Benjamin-Constant 1). Les Vaudois construiront-ils notre école moins cher qu'un bureau du cru? Lisez Bilan à ce propos.

Capture d’écran 2021-05-17 à 18.12.29.png

Dure dure, la politique communale

 

17:36 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |