Fischer plutôt que Maudet (dimanche, 07 mars 2021)

0273E550-325D-4940-92B0-BDA96BFD4AE7.jpegNon pas que Pierre Maudet fut un mauvais conseiller d’Etat. Loin s’en faut, il fut même parmi les meilleurs de sa génération et le sera peut-être encore un jour. Mais son mode de management au sein de l’administration autant que ses mensonges et sa condamnation récente ne sauraient - j’ose l’espérer - lui valoir un retour au gouvernement paré des lauriers du suffrage universel. L’hubris qui l’a fait chuter ne pourrait qu’augmenter. 

Exit Aellen, il ne reste plus qu'à voter Fabienne Fischer le 28 mars prochain. Le choix pour Le Centre et pour le PLR est évident. Le prix a payé pour ces deux partis en déroute est un basculement de la majorité gouvernementale à gauche. Mais n’est-ce pas au fond le calcul secret et risqué de quelques caciques de la droite libérale genevoise?

Genève, comme la Confédération et tous les Etats occidentaux, n’est pas sorti du Covid que déjà la facture de la pandémie réclame d’être réglée. Elle se montera pour le Canton à plusieurs milliards de francs entre les aides largement distribuées et les recettes fiscales qui vont plonger durant deux ou trois ans.

L'endettement actuel du Canton est de l’ordre de 17 à 18 milliards compte tenu des engagements pour la caisse de retraite des fonctionnaires, soit tout de même 34’000 francs pour chacun des 500’000 habitants du canton. C'est lourd mais les communes qui n'ont pas de dépenses lourdes à leur budget comme la politique sociale, la santé, ou l'éducation. sont elles très peu endettées. Cependant, elles pèsent moins de 20% des dépenses totales cantons communes.

Tant que les taux d'intérêt restent proche de zéro, on peut certes estimer que l’Etat de Genève puisse bien vivre avec quelques milliards de dette. A une condition toutefois: que l’économie genevoise redevient prospère comme avant, ce qui n’est pas acquis. Ça l’est d’autant moins quand on écoute les discours de la gauche - des Verts en particulier - volontiers séduits par la croissance zéro voire négative.

En fait, les Verts vont très vite se voir confronter à la Realpolitik. Soit on relance la machine pour que le rapport dette/PIB cantonal ne se détériore pas, soit on sera vite dans l’obligation de rembourser la dette Covid. Contrairement au canton voisin de Vaud qui n’a presque pas de dette, Genève a choisi d’investir et continue de vouloir investir des sommes folles, notamment dans les transports publics. 

Pour le PLR (le score de Maudet et la déconfiture de son candidat au premier tour vont rouvrir les plaies encore à vif du mariage de raison entre les radicaux et les libéraux) et son allié, mais  sans doute aussi pour le Canton, il vaut mille fois mieux laisser à un gouvernement de gauche le soin de trouver les moyens de résoudre l’équation.

Certes, la charge fiscale est déjà élevée à Genève, surtout pour les riches. Mais des hausses d’impôts seront sans doute incontournables. La gauche prépare une initiative. Ces projets fiscaux pourront toujours être combattus par référendum si les paquets qui seront présentés au peuple ces prochaines années apparaissent par trop déséquilibrés. 

Dans un canton où la fonction publique détient un vaste pouvoir dans la marche de l’Etat, est presque majoritaire dans le corps électoral (45’000 agents cantonaux, auxquels se joignent les fonctionnaires des communes) et est sous la coupe d’un syndical redoutable qui se fiche bien de l’intérêt commun, il vaut sans doute mieux laisser la gauche prendre le pouvoir.

15:57 | Lien permanent | Commentaires (12) |  Imprimer | |  Facebook | | | |