Bardonnex: marions-là! (dimanche, 28 février 2021)

Compesières.jpg

La Constitution genevoise dit que le Conseil d'Etat encourage la fusion des communes. Sans attendre, Bardonnex devrait sérieusement réfléchir à se remarier avec sa ou ses voisines avec lesquelles, sous la dénomination commune de Compesières, elle faisait ménage commun aux XIXe siècle (Perly-Certoux jusqu'en 1821, Plan-Le s-Ouates jusqu'en 1851)*.

Est-ce que le plan directeur communal, dont la révision a commencé en 2015 et dont la consultation publique n'a duré qu'un moi, serait différent dans la perspective d'un mariage de raison à l'horizon 2030? Sans doute. Démonstration.

Dans son rapport diffusé à tous les habitants de la commune il y a un mois et nostalgiquement illustré par l'artiste Marion Jiranek, la Mairie de Bardonnex émet des réserves à propos de la volonté du Canton - inscrite dans son plan directeur cantonal 2030 (lequel vient d'être adopté par le Conseil fédéral) - d'urbaniser Les Ravières, une portion de la commune délimitée par l'autoroute A1 et le nant de la Lissole qui marque la frontière avec Perly.

La commune ne veut pas que des logements soient construits  au fin fond de son territoire. Et pourquoi donc? Parce que ces habitants seraient trop éloignés de Compesières et de son école. Dame. Quel drame! Plein d'écoles communales accueillent des enfants de communes voisines sans que cela ne pose problème. Depuis toujours les enfants de Saconnex-d'Arve ne sont-ils pas scolarisés à Compesières. On ne comprend donc pas la réserve de la Mairie de Bardonnex.

Dans son plan de transports publics, le Canton a voulu. à tort ou à raison, relier par tramways quatre bourgs français au centre de Genève: Annemasse, Saint-Julien, Saint-Genis et Ferney Voltaire. Les travaux de l'extension du tram 15 dont le terminus sera la gare de Saint-Julien viennent de démarrer. La logique d'un tel investissement est qu'un maximum de gens vivent et travaillent à proximité de cette infrastructure, peu importe les frontières communales.

Si Bardonnex ne peut pas accepter le PDCn, elle pourrait céder à Perly son territoire au-delà l'autoroute. Elle n'en fera rien car l'extension prévoit aussi la création de zone d'activités très lucratives pour les finances communales.

Il est manifestement plus facile de construire un tram que de faire évoluer la gouvernance des communes, leur nombre et leurs frontières héritées du XIXe siècle.

Un mot encore sur le contournement sud de Perly

Afin de faire de la place au tram 15, le Canton prévoit de construire une route de contournement du village de Perly par le sud. Bardonnex ne semble pas s'y opposer, bien que cette nouvelle route risque de créer plus de problèmes que d'en résoudre. Notamment pas le fait qu'elle retrouve la route de Saint-Julien un peu avant la douane de Perly.

Ne serait-il pas envisageable de contourner aussi Saint-Julien, en élargissant à quatre pistes la section de l'autoroute entre le carrefour de Perly et la douane autoroutière de Bardonnex, élargie elle aussi à cette fin (et aussi aux fins de résorber ses bouchons quotidiens) et de rejoindre par deux embranchements construits de part et d'autre du pont la route française D1206 la future halte sur la voie du RER Léman Express Bellegarde-Saint-Julien-Annemasse-Evian (-Martigny) et son parking d'échange justement prévu par le PDCn?

 

* Cette note s'ouvre avec la plan Mayer de la commune de Compesières, dont Perly-Certoux a déjà été amputée. On peut consulter ce plan dans une meilleure précision graphique sur le site du 200e anniversaire du rattachement de Genève à la Confédération suisse. Une observation pleine d'enseignements.

22:21 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |