Liberté d'expression, la France boycottée (dimanche, 25 octobre 2020)

sofiane hanouna paty.jpg

Liberté où est ta victoire? La France fille aînée de l'Eglise est désormais, depuis peu, le chevalier de la laïcité de combat qui fait de la caricature des religions la pierre angulaire de la liberté d'expression. Et bien évidemment des pays, où l'islam est religion d'Etat, s'offusquent, appellent au boycott de la France. Des croyants (ou qui croient l'être) se vengent, menacent cette Marianne impudique, prétentieuse, applaudissent ces parents bosniaques qui ont tondu leur fille parce qu'elle fréquentait un chrétien. La République vient d'excommunier cinq membres de cette famille, comme Rome excommuniait dans ses pires heures, comme tous les fondamentalistes croyants ou athées bannissent, tuent, condamnent au silence, au Goulag, aux camps de redressement.

Je ne reconnais pas la France des Lumières dans ce combat de coqs où la cervelle du gallinacée semble avoir pris place dans la tête de trop d'humains de ce pays voisin que j'aime. 

Que n'entend-on pas le nouveau primat des gaules, l'archevêque de Lyon (un ancien militaire parachutiste jusqu'à son entrée dans la prêtrise dans la trentaine) pour remettre la parole de Dieu au  milieu du village: « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et ton prochain comme toi-même », dit l’Évangile de ce dimanche. Même mon ennemi, même mon meurtrier, même mes compatriotes, dont je comprends pas la foi, dont je condamne la loi qui met les femmes et les humais de "mauvais" genre sous la coupe des hommes et des traditions. 

Nous sommes tous prompts à condamner, c'est peut-être la pire tare de notre espèce. 

Cependant ce n'est pas en sacralisant la liberté de caricaturer comme l'audace extrême de la liberté d'expression, notamment dans le cadre de l'éducation nationale, qu'on établira la paix et la concorde *.  Tout le contraire, on jette de l'huile sur le feu. La sagesse populaire le dit: toute vérité n'est pas bonne à dire et encore qui expose s'expose.

La France serait sans doute bien inspirée de mettre un peu d'eau dans son vin laïque. Malheureusement, bien des intellectuels prêchent volontiers la tolérance et l'appliquent bien peu. 

On conclura provisoirement par ce témoignage de Sofiane jeudi soir sur le plateau d'Hanouna (que je n'aime pas trop). Ce soir là, deux collégiens de Samuel Paty ont témoigné. Un moment fort. Sofiane dit en substance: On est libre de penser de sa tête mais tout n'est pas bon à dire.

Quelque chose à ajouter? Les puristes diront qu'elle s'autocensure. Elle a 14 ans, Sofiane, et a paru plus sage que bien des éructeurs qu'on voit trop souvent sur les plateaux télé.

 

 

* Une liberté qui devient même une obligation à entendre ce dimanche matin Jean-Paul Jouary pendant le quart d'heure accordé aux libres libres penseurs sur France Culture, quart d'heure qui précède la messe de 10h...  Il réclame que la France consacre un musée à la caricature. La pensée unique lui donnera sans doute bientôt raison.

14:17 | Lien permanent | Commentaires (9) |  Imprimer | |  Facebook | | | |