Sale temps pour Genève? (mercredi, 30 septembre 2020)

teleferique ombre.jpgTrois nouvelles récentes pourraient en inquiéter plus d'un, assemblées. Mais nos socialistes - des picoreuses des prairies émaillées de fleurs et du loup y es-tu aux tueuses embusquées à cou rouge, toutes protégés des embruns de la concurrence sous les plumes de la poule Grand Etat, ne semblent pas imaginer que leur voisine, la poule aux œufs d'or, puisse cesser de pondre ou ne pondre que des œufs en plomb.

"Toutes les pièces de théâtre ont fini par créer un monde à côté de la vie, qui se fait illusion à lui-même et finit par se croire vivant."  (Jules Renard)

Les Genevois ont donc voté une disposition constitutionnelle ce 27 septembre qui empêche le Canton d'être dépouillé lors des prochaines réformes fiscales fédérales. Désormais, on appliquera aux finances publiques ce que ce même dimanche les Genevois ont supprimé en matière de parking: le principe zéro perte. 

Dans le même temps, m'apprend Le Temps, nos confédérés de Nidwald ont abaissé ce même 27 septembre le taux d'imposition appliqué aux entreprises à 5,1% (contre près de 14% à Genève), accroissant la concurrence fiscale cantonale contre laquelle l'article zéro perte est censé lutter.

Troisième temps, de cette valse à millions, Heidi.news me décrit l'histoire et les possibles conséquences de la décision du géant BNP de rapatrier à Paris le financement du négoce des matières premières dans lequel la banque française était pionnière et audacieuse et qui a fait les beaux jours de Genève. A propos, pourquoi Genève n'est pas partie au projet du BAK Taxation Index?

Le titre du papier de Guéniat est éloquent: La saga qui a fait de Genève le numéro un des matières premières prend fin. Celui d'Emmanuel Garessus ne l'est pas moins: Nidwald renforce sa place de champion de la fiscalité des entreprises

Ce sera tout pour aujourd'hui. Ah non, ceci encore à propos du salaire minimum

Aider les patrons qui ne roulent pas sur l'or. Les socialistes auraient-ils la bonne idée de suggérer à l'Etat d'alléger provisoirement la charge des 23 fr de l'heure imposée aux entreprises, dont les patrons ne roulent pas sur l'or (ce que leur déclaration d'impôt devrait permettre de clarifier comme elle permet de faire fonctionner l'arrosoir des aides sociales), histoire d'éviter des faillites, dommageables à tout point de vue, et de leur permettre une mise en oeuvre progressive de la volonté populaire?  

Salaires agricoles. Un point encore. La loi genevoise s'applique-t-il aussi au salaire agricole fixé dans le contrat type à 17 fr 50 ou les paysans genevois seront-ils exemptés comme c'est le cas à Neuchâtel et dans le Jura. L’agriculture n’est pas soumise à la loi fédérale sur le travail (article 2), me fait remarquer un bon connaisseur. L’agriculture est d’une part un secteur vital pour l’économie et ne peut d’autre part pas répercuter ses augmentations de charge sur le prix des produits qu’elle vend, donc peut bénéficier d’une dérogation. Ce qui en dit long sur l'inadéquation de la politique agricole suisse, en regard de la volonté populaire. Il est vrai que les Suisses consacrent 12% de leur richesse national à leur santé et moins de 7% à leur alimentation.

07:49 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |