Le prix de l'esclavage et du colonialisme (mercredi, 24 juin 2020)

Mule.jpgLes vacances approchent. Forcément on en parle. Tant pis pour ceux qui ne pourront pas en prendre. Mais, mais, mais... Gare au Covid-19, martèlent les pub et les animateurs de notre radio télévision publique, la deuxième vague menace. Ici et là, on reconfine, prenez garde. Le discours tourne en boucle. La majeure partie du bon peuple prend ses libertés et déambule démasqué. En famille et entre amis, la tentation de la poignée de main, de l'embrassade est forte. 

Hier, sous le soleil de juin, j'ai vu deux classes d'école emprunter à pied le chemin des Côtes-de-Landecy en direction de la tour d'eau centenaire, qui sert aujourd'hui davantage à accueillir les relais de nos smartphones - bientôt la 5 G - que de réguler la pression du réseau des eaux publiques. ça fait des années que je n'avais pas vu une course d'école pédestre. Le monde d'après est bon pour les mollets mais ne fait pas le beurre des caristes et des vendeurs de souvenirs. Les enfants ont pu emplir leur poumon des effluves cuivrées et soufrées de la bouille bordelaise, le traitement "bio" contre deux champignons importés au XIXe siècle des Amériques, sans lequel aucun vin ne serait possible. 

A propos des Amériques, nous avons importé tout récemment, par contamination médiatique mondialisée, des rassemblements illégaux - au regard des normes anti-covid -, clamant notre solidarité pour nos frères humains dont la peau noir compte. On leur doit bien ça aux héritiers de ceux que nous avons exploité par l'esclavage et la colonisation - causes toujours de leur pauvreté -, incitant les plus déterminés à migrer au péril de leur vie vers notre eldorado, où les plus chanceux pourront consommer comme nous, alors que nous devrions apprendre à vivre sobrement comme eux. 

Les victimes ont droit à être rétablies dans leurs droits. C'est le nouveau mantra de la civilisation. Now! Maintenant! Evidemment. Le temps de la souffrance, de la soumission n'a que trop duré. Que faire donc en plus des milliards qui ont été investis - pas toujours à propos, certes?

Je lis dans The Economist, qui chronique le livre "From Here to Equality", que le prix de l'esclavage aux Etats-Unis, s'il devait donner lieu à une compensation, varie entre quelques miettes à 37% du PNB de la nation la plus riche du monde. Et que bien des défis insolubles surgiraient si tant est que cette revendication devait se réaliser, ce que 22% des Américains soutiennent. A commencer par la détermination des ayants-droit et la meilleure manière de distribuer cette manne, dans l'idée qu'elle ne s'évapore pas en achat impulsif dont profiteraient en fait les industriels et prestataires de service blancs (pour la petite histoire, il m'arrive de lire les articles en langue étrangère dans leur traduction Google, ce qui me permet de suivre les progrès stupéfiant de cette offre gratuite)

Combien pour le colonialisme? Je ne doute pas que des universitaires ont sorti leur calculette. J'ai trouvé cette référence sur le web. Elle date un peu et émane d'un dictateur surréaliste, qui fut un temps le héros de la cause africaine, avant que les colonisateurs ne le dégomment sans autre forme de procès. A la tribune des Nations Unies, Khadafi avait réclamé 7'770 milliards pour solde de tout compte.  

Je tombe encore dans Financial Afrika sur une tribune tout aussi surréaliste d'une ex-ministre de l'enseignement du Nigeria, une bombe démographique, placé sur un baril de pétrole et une guérilla antique, qui réclame que la Chine  efface la dette de 140 milliards pour prix du covid-19. Heureusement un commentaire remet l'église au milieu du village. 

Enfin le blog de mon ami Gorgui mérite une lecture attentive. Il y parle de son papa.

 

Ci-dessous la traduction par Google de l'article de The Economist

Finance et économie
 L'économie des réparations
 Quarante acres et une mule
 Les difficultés à trouver un moyen d'indemniser les descendants d'esclaves
 
 Le fardeau de l'histoire
 Dans un sondage de l'année dernière, 29% des Américains ont soutenu l'idée que le gouvernement devrait effectuer des paiements en espèces aux Noirs américains qui étaient des descendants d'esclaves - deux fois la part qui avait été acceptée au début des années 2000.  Alors que les manifestations ont secoué l'Amérique ces dernières semaines, l'idée de réparations pour expier l'atrocité de l'esclavage, ainsi que pour réduire les écarts persistants de revenus et de richesse entre les personnes de différentes couleurs de peau, a gagné en importance.  Joe Biden, le candidat démocrate présumé à la présidence, a déclaré qu'il voulait l'explorer.  Le 11 juin, les législateurs de l’État de Californie ont adopté un projet de loi créant un groupe de travail pour étudier et proposer des recommandations de réparations.  Les chances que le gouvernement fédéral mette en œuvre une telle politique semblent minces.  Mais comment un tel système fonctionnerait-il?
 
 Comme le montre «From Here to Equality», un nouveau livre écrit par William Darity, spécialiste des réparations à Duke University, et A. Kirsten Mullen, les aspects pratiques tendent à prendre le pas sur les arguments philosophiques sur la nécessité de réparations dans le  première place.  Les généalogistes seraient confrontés à la tâche délicate de déterminer qui serait éligible pour eux.  Les économistes, quant à eux, devraient se poser deux questions: combien payer et comment dépenser au mieux?
 
 L'histoire offre un guide pour la première question.  Dans le passé, les demandes de réparation reposaient sur l'idée que des personnes avaient été indûment privées de revenus ou de biens, ou avaient été injustement forcées de supporter des frais.  Par exemple, Israël a calculé ses demandes de réparation à l'Allemagne après la seconde guerre mondiale en partie en estimant les dépenses qu'il a engagées pour réinstaller les victimes juives de la persécution nazie.  Un rapport officiel sur la réinstallation forcée et l'incarcération des Américains d'origine japonaise pendant la guerre a conclu qu'ils avaient été injustement privés de revenus et de biens d'une valeur de 3 milliards de dollars (aux prix d'aujourd'hui).  En 1988, le gouvernement américain a présenté des excuses officielles et a finalement indemnisé 80 000 victimes.
 
 De nombreux chercheurs ont essayé de déterminer ce qui constituerait une compensation suffisante pour les descendants d'esclaves, mais il n'y a guère d'accord entre eux.  Une approche consiste à se concentrer sur l'indemnisation promise par l'armée de l'Union aux esclaves libérés en 1865 - la valeur de 40 acres de terre et une mule - qui n'a jamais été réalisée.  La quantité de terres cultivées nécessaires pour respecter cet engagement a aujourd'hui une valeur d'environ 160 milliards de dollars (0,7% du PIB américain en 2019).
 
 D'autres approches conduisent à des sommes beaucoup plus importantes.  On calcule la différence entre ce que les esclaves ont été donnés à titre d'entretien et ce que les travailleurs gratuits ont été payés.  Selon une estimation, cela représente environ 4 milliards de dollars d’argent aujourd’hui (19% du PIB), une fois que vous avez tenu compte des rendements financiers qui auraient pu être réalisés si l’argent avait été payé à temps.  Mais certains soutiennent que les esclaves ont maintenu les salaires des travailleurs libres, ce qui signifie que la valeur réelle des salaires perdus des esclaves est plus élevée.  M. Darity et Mme Mullen disent que la différence de richesse nette moyenne entre les ménages blancs et noirs (795 000 $ en 2016) est «l'indicateur le plus robuste des effets économiques cumulatifs de la suprématie blanche».  Cela indique des réparations de près de 8 milliards de dollars, soit 37% du PIB.  (Les auteurs suggèrent que cela devrait être financé en partie par l'impression de l'argent, ce qui rendra la plupart des wonks mal à l'aise.)
 
 Un autre domaine de désaccord concerne la forme que devraient prendre les réparations.  M. Darity et Mme Mullen soutiennent que «pour des raisons à la fois symboliques et substantielles, un programme efficace de restitution doit inclure des paiements directs».  Mais les transferts en espèces peuvent faire moins pour réduire les inégalités que ne l'espèrent leurs partisans.  Les recherches sur les successions, par exemple, suggèrent que la plupart des héritiers consomment leurs bénéfices exceptionnels en quelques années (les achats de voitures sont particulièrement populaires).  Une part importante de l'écart de revenu entre les Américains noirs et blancs reflète les différences de niveaux d'éducation;  de gros paiements uniques ne peuvent à eux seuls changer cela.  Et la recherche de M. Darity et Dania Francis de l'Université du Massachusetts à Boston révèle que les paiements de réparation pourraient augmenter les revenus des non-noirs par rapport aux noirs, si les dépenses ainsi facilitées allaient en grande partie aux entreprises n'appartenant pas aux noirs.  «Notre document souligne la nécessité d'améliorer l'infrastructure des entreprises et des banques appartenant à des Noirs afin que les dollars provenant des réparations puissent aller dans les communautés noires», a déclaré Mme Francis.
 
 À cette fin, certains économistes soutiennent que les réparations devraient financer des programmes de formation et d'éducation ou subventionner les prêts aux entreprises.  D'autres évoquent les «baby bonds», qui cibleraient les enfants pauvres et les aideraient à payer leurs études universitaires ou à démarrer une entreprise.  Naomi Zewde de la City University of New York constate que les obligations pour bébés pourraient réduire considérablement les écarts de richesse raciale chez les jeunes.
 
 Les paiements de réparation pourraient être dépensés autrement.  L'argent versé aux anciens internés japonais a été utilisé pour financer des chaires universitaires et des archives historiques.  Les réparations de l'Allemagne paient la nourriture et les médicaments pour les survivants de l'Holocauste.  Mais avant que l'Amérique puisse élargir son soutien aux réparations, elle devra débattre de ce qui fonctionne.

 

10:11 | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | |  Facebook | | | |