Qui pollue le Léman de plastique? Et où est la news? (vendredi, 19 juillet 2019)

captage du plastique leman oceaneye.jpgC'est classique. Un journal tombe sur une étude menée par une association militante  - ou cette association a-t-elle privilégié un journal en lui remettant son étude? - bref le scoop est là et le pitch bien ficelé va retenir l'attention du public: le lac Léman est à peine moins pollué que les océans. 14 millions de particules de plastique polluent les eaux du plus grand lac d'Europe occidentale.

Et sans doute de tous les autres aussi. Aussitôt les médias reprennent l'info en boucle (ici, là, et ). L’actualité est maigre en été. 

Ce matin, je tombe sur l'infolettre d'Heidi.news à qui une lectrice a demandé: mais d'où vient donc cette pollution? Et là je trouve une explication qu'aucun autre journal me semble-t-il n'a mentionnée: la principale source des plastiques provient des pneus, dit un ingénieur de la HES Vaud

Tout ce raout médiatique n'est en fait pas nouveau. Le Temps qui a sorti l'étude d'Oceaneye avait déjà publié le 29 mai 2013 les résultats d'une étude de l'EPFL qui affirmait déjà que la quantité de plastique de moins de 5mm dans le Léman n'était pas bien moindre que dans les océans.

Alors, rien de nouveau sous le soleil? Où est la news en cet été radieux et caniculaire? L'article d'Heidi.news suggère quelques solutions.

Oceaneye a été créé en 2010 à Genève par Dimitri Montanini qui a aussi créé, en 2007, une entreprise de service de luxe. L'association a un budget de 100'000 francs (?), dont 95% de dons et 2900 francs des cotisants ordinaires (à raison de 50 fr cela fait 58 cotisants), selon son rapport d’activités 2017. Ses partenaires en 2017 était les SIG, la fondation Gelbert, Temperatio et TheUsitawiNetwork.

La régie publique SIG qui a soutenu via son Fonds mécénat SIG une petite cinquantaine de projets humanitaires et culturels en 2017 n'indique pas combien elle a donné à Oceaneye pour la "mise en en place d'un projet de sciences participatives basée sur l'approche suivante : « Etude et information sur la pollution des mers par les déchets plastiques »". En 2017, les trois gérants du fonds mécénat SIG ont distribué 515’484 fr à 68 dossiers de type dit « culturel », pour un montant total de 324’820 fr. et 24 projets de type "humanitaire" pour un montant total de 190’664 fr. 

pollution plastique oceaneye 2019.jpg

oceaneye.jpg

 

09:55 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | | |