Les cornes oui, les couilles bof? (vendredi, 23 novembre 2018)

genetique bovine suisse vache.jpgLa question la plus existentielle jamais posée lors d'une votation en Suisse sera donc tranchée ce dimanche 25 novembre. Faut-il oui ou non subventionner les cornes pour éviter qu'on les coupe (sur l'écornage, le  web ne manque pas de ressources ici, et notamment).

Mais quid des parties génitales mâles qu'on coupe depuis la nuit des temps pour faire des bœufs (mais aussi des moutons, des cochons, des chapons), exception faite des taureaux de corrida et des quelques reproducteurs (cf la brochure Génétique suisse), que la nature impose encore, en attendant le genèse sans ogm du sperme artificiel. 

De nos jours, très peu de taureaux ont la joie de saillir des vaches. Partout, l'insémination artificielle est de mise. Qui promet des laitières à gros pis - plus de 50 litres de lait crémeux pour les championnes -, des bœufs à gros muscles bien persillés ou, plus rarement, des animaux deux fins ainsi qu'à la lutte contre certaines maladies. 

La votation ne va pas changer la face du monde, mais elle en dit long sur le rapport que nous entretenons avec la nature. Les cornes oui, les couilles bof, les ogm non (sauf lorsqu'il s'agit de produire des médicaments, y compris chez les paysans bio qui viennent d'accepter (provisoirement) un médicament ogm contre une maladie des poussins). 

L'image d’Épinal, genre Martine à la ferme, que nous livrent à force de spots publicitaires les grands commerçants. n'a vraiment plus grand chose à voir avec les exploitations agricoles contemporaines, exception faire des Jardins de Cocagne et assimilés. 

Alors des cornes ou pas, cela n'a guère d'importance. On a justement libéré les poules en batterie, accordé une sorite à l'air libre quotidienne aux animaux de rente, alors ça ne coûte pas cher de conserver leurs cornes aux

Sauf que cette volonté des citadins de dicter aux paysans leur métier relève d'un paternalisme qu'ils dénonceraient en d'autres circonstances et d'un détournement des objectifs de la politique agricole au risque de mettre des éleveurs ou des animaux en danger. 

Ou est donc le principe de précaution que les citadins chérissent tant?

Où sont les vaches? (carte tirée de la statistique fédérale Lait et produits laitiers)
et un son de cloche un peu différent

vaches stat.jpg

14:35 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |