L'Aquarius, trop plein pour le lac de Genève? (lundi, 18 juin 2018)

aquarius en emr.jpgQuel est le rôle des médias dans un monde où les réseaux sociaux vont plus vite qu'eux? Quel est le rôle des médias dans un monde où la com et l'émotion déforment le champ du réel? Quel est le rôle des médias qui sont condamnés à faire de l'audience et à coller à ses humeurs pour exister?

Ces questions ne sont pas vraiment nouvelles mais la technologie a fait de la rumeur locale une fake news globale. L'argent est bien plus présent dans las agences de com que dans les besogneuses rédactions de nouvelles. L'audience est finement ciselée par les burins informatiques qui traquent, épousent, anticipent les goûts, les penchants, les pensées même de chacun *.

Pourtant les médias résistent encore.

 

Face à l'inclination des Sam Suffit, retranchés derrière leurs frontières, leurs murs, leur télé, face à la montée des égoïsmes mercantiles qui forgent la posture politique de la majorité de nos contemporains, les médias ouvrent leurs colonnes à la veuve et l'orphelin, aux mal foutus et aux exclus.

L'Aquarius a donc fait les grands titres ces derniers jours surfant non sans peine sur la houle puissante du Mondial.

Le bateau affrété par des ONG est arrivé à bon port à Valence. Non sans avoir démontré combien le roi Europe est nu.

L'Espagne où le chômage frappe un adulte sur cinq et qui exploite les Marocains et les Roumains et toute sorte d'autres nationalités dans ses usines plastifiées à fraises pour le bonheur des Européens du nord, a donc accueilli les naufragés de la mer, qui furent peu avant des naufragés non médiatiques du désert, des rançonnés anonymes de tous les trafiquants, et un peu avant encore des courageux ou des fous qui ont cru, croient peut-être encore, qu'au bout de l'odyssée une terre promise, un refuge leur partagerait son miel et les rires de ses festivals.

L'Italie qui souffre des même maux que l'Espagne a dit cette fois non. Elle a été condamnée pour déni d'humanité. La France, dont les côtes sud baignent dans la même Méditerranée, n'a pas ouvert ses ports et a tancé Rome, évoquant le projet de bâtir, au sud de la la mer, des camps pour empêcher, autant que faire se peut, l'embarquement hasardeux des naufragés et ces images si dérangeantes à l'heure du dîner. 

Et que dit la Suisse dans ce concert cacophonique? Ni M. Cassis, notre ministre de ces étranges affaires, ni même M. Berset, président de la Confédération, n'ont proposé d'accueillir l'Aquarius dans le rade de Genève ou celle de Zurich. Moi non plus d’ailleurs qui suis comme beaucoup désempares et sans solution sinon une illusoire mobilisation ou il serait question de développer le sud, de manière durable bien sûr et écologiquement responsable aussi, et sans que leur production ne vienne concurrencer nos usines...  

Sous les pavés la plage...

Rasez les montagnes qu'on voit la plage! 

Qu'est-ce donc qui a changé en 50 ans?

Les moyens de migrer?

Les Européens allaient naguère à Katmandou, arpentant les Orients dirigés alors par des régimes dits socialistes. Aujourd’hui ce sont ces peuples et ceux d'Afrique qui migrent vers les paradis perdus du Nord.

 

* J'ai installé le moteur de recherche Qwant, un petit nain français qui espère vivre à côté du géant Google et, pour voir, j'ai tapé le même mot sur les deux moteurs de recherche et ai trouvé des résultats bien différents (et bien moins pertinent sur Qwant) ce qui m'a montré combien Google m'avait déjà cerné et sais me satisfaire en me proposant des réponses connues et en meilleure accointance. 

08:35 | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | |  Facebook | | | |