+3: Cette fois je vote No Billag (mercredi, 29 novembre 2017)

39E15C45-2A06-4644-B8E7-E6CB0F1B2BAC.jpegDemain, c’est l’enfer, la caméra est en mode surex, filtre jaune ou blafard, les glaciers fondent et submergent les vallées, l’eau potable est contingentée, la dengue débarque en Valais et fait sa première victime... le Rhône déborde, les montagnes s'écroulent... voilà en bref ce que la télévision publique suisse imagine quand la température moyenne de la Suisse aura augmenté de trois degrés, un degré de plus que le scénario des accords de Paris...

Imaginez que votre température corporelle soit de 40 degrés, dit la journaliste sans une once d’esprit critique ni la moindre précaution...

Sur le plateau de cette émission caricaturale, on retrouve trois des grands prêtres de l'écologie. Qui ne prêchent que permaculture, agroforesterie, interdiction des engrais chimiques azotés, réduction des trafics motorisés... Fernand Cuche, Dominique Bourg et une femme que je ne connais pas. 

Le dossier est instruit à charge uniquement. Le réchauffement climatique ne fait évidemment pas l’ombre d’un esprit critique. On évoque les variations climatiques anciennes - vers l’an 1000, durant l’optimum climatique médiéval, les Walsers ont passé le col du Théodule au-dessus de Zermatt - mais personne ne s’interroge ni du pourquoi ni du comment. 

Dans un très court duplex avec « Züri », Bertrand Piccard a heureusement le sens de l’humour et constate que la glace fond aussi dans le whisky... Il place heureusement le débat à sa bonne place, celle de politiques luttant contre l'énorme gaspillage actuel des énergies fossiles. Mais rien n’y fait. Impossible d'arrêter le script d’une émission digne de l'école du dimanche. 

De l’endoctrinement à l’état pur.

Heureusement la solution est à nos portes: Vive les toilettes sèches! Enfin pas tout à fait. La TSR n’a installé cet équipement que pour la durée de l’émission, précise la journaliste. Personne ne porte de doudoune sur le plateau.

Peut-on composter et recycler la TSR?

Encore une fois Bertrand Piccard met en garde: « Attention, une émission ne devrait pas tomber dans l’anecdote. »

Le script de la TSR va-t-il changer? Mais non, Piccard parle à des sourds.  

Les grands prêtres Cuche et Bourg rappellent leurs mantras fondamentalistes. Cuche dit une « vérité » (?): renoncer à importer des aliments pour bétail et réduire le nombre de bovins en Suisse. Va-t-on aussi contingenter l’importation des smartphones, des automobiles, limiter l’afflux des touristes, des étrangers, du café qui est le produit agricole le plusieurs importé, mais aussi le plus exporté de Suisse?

Ce qu’il me frappe, c’est que la plupart des thèmes  tournent autour de l’agriculture et de l’alimentation. Ce qui frappe aussi, c’est le choix unilatéral des experts. Ce qui me frappe, c’est le parti pris dramatique, la peur engendrée et systématiquement nourrie dans l’emission comme dans la fiction.

Combien de temps a-t-il fallu pour admettre que la mort des forêts n’avait pas grand chose à faire avec les pluies acides?

A ce régime, il est  à peu près sûr que je voterai oui à No Billag.

 

22:26 | Lien permanent | Commentaires (17) |  Imprimer | |  Facebook | | | |