No Bunkers: le silence de la majorité silencieuse citoyenne (lundi, 17 août 2015)

no bunkers blog.jpgUn de mes très honorables correspondants m'écrit vendredi: "Ton article sur "no bunkers" me surprend par le fait qu'il se borne à une énumération de faits, sans la moindre analyse qui seule justifie le travail d'un journaliste". Et de poursuivre: "Quand aurons-nous une réflexion courageuse sur l'attitude de ces requérants déboutés utilisés sans vergogne par des politiciens qui en fin de compte font le lit des partis populistes. Car une majorité  de genevois(e)s ne comprend tout simplement pas la faiblesse du Conseil d'État qui négocie avec des gens qui devraient être expulsés depuis longtemps, si égoïstes qu'ils ne comprennent même pas que les familles aient la priorité pour les logements à l'air libre..."

La prise de position de Pierre Maudet ce lundi dans la Tribune doit enfin le conforter comme doit le navrer le nouveau petit délai accordé par la gentille maire de la Ville jusqu'à ce lundi. Maudet qui connaît le pedigree  dénonce l'instrumentalisation politique d'individus qui usurpent le nom des requérants car ils ne sont que de simple NEM, pire que des Roms.

Dans ce feuilleton estival qui se répète partout dans la vieille mais riche Europe, on s'interroge sur le silence du président du Conseil d'Etat genevois. N'était-ce point à lui de remettre les pendules à l'heure à propos de No bunkers? Est-il en réserve de la République pour l'action prochaine? Va-t-il faire donner la police pour évacuer le Faubourg avant la rentrée des classes? De plus en plus de personne se demande à quoi sert la fonction présidentielle.

On notera qu'à part Maudet, on n'a pas encore entendu beaucoup de candidats à Berne s'exprimer sur le sujet.

"Le temps me semble venu pour la TdG, conclut mon correspondant, de faire une analyse fouillée et courageuse d'une situation qui va dégénérer chez nous, comme sur le plan européen, pour le plus grand bonheur de l'UDC (à croire que Poggia agit justement dans ce sens!)"

...

Cela dit, sur le fond, tu as sans doute raison. Mais on se trouve dans la situation typique où la majorité silencieuse citoyenne et ses représentants (PLR-PDC) reste coite, laissant aux partis nationalistes (UDC-MCG) le quasi-monopole de la communication politique forcément outrancière, puisque ces partis ne sont pas au gouvernement ou qu’ils s’y sont minoritaires.

En jouant les doux et en cédant à la rue, Poggia laisse subliminalement entendre - c'est sans doute ce qu'il doit expliquer au sein du MCG - qu’il applique la politique de la majorité du gouvernement, dirigée par un PLR comme tu sais. La minorité silencieuse citoyenne, dont tu fais partie, s’insurge en silence et vient sans piper mot grossir les rangs UDC et MCG. CQFD

Bien sûr, me diras-tu, un journaliste, voire un journal, devrait révéler cela, mais il ne s’agit pas de fait, juste d’une hypothèse. D’autre part, un journaliste contentera peut-être la majorité silencieuse citoyenne, mais ça ne changera rien. Il faut que des politiciens courageux et crédibles PLR et PDC montent au créneau.

10:05 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |