SDG, ça vous dit quelque chose? (mercredi, 28 janvier 2015)

image.jpgSDG doit succéder cette en année à MDG. Soyez rassuré, ça ne tilt pas non plus dans ma petite tête. Comme tout un chacun, je suis encore Charlie ou pas, sans trop savoir pourquoi et ce que ça change pour moi ou pour le monde.

Suis-je devenu un soldat, puisqu’on nous dit en guerre? Puis-je désormais tout écrire, tout dire, comme Charlie ou Dieudonné pour qui le spécial Charlie publié par le "Monde des médias" demande la liberté d'expression et réclame de Valls-Hollande qu'ils introduisent dans la Constitution française le Premier amendement de la Constitution américaine. Et pourquoi pas en Suisse aussi!

Mais revenons à SDG qui doit donc succéder à MDG. la passation du témoin aura lieu en septembre rappelle The Economist qui commence son article en citant la Lettre des deux plus grands philantrope que porte aujourd'hui la planète, Bill et Melinda. L'Hebdo anglais s'étonne que les Gates ne soit plus critique sur SDG eux qui considère que MDG a sans doute été l'initiative la plus formidable pour développer le monde. MDG a réduit lé nombre des affamés  de moitié. C'est le bilan plutôt positif des 18 objectifs que les Nations Unies avaient assigné à MDG en 2000. 

economist sdg.png2015 sonne l'heure du bilan du MDG et du lancement de SDG. Ce qui décoiffe The Economis, c'est l'inflation des buts poursuivis par le Sustainable Development Goal 2030 que l’Assemblée générale de l'ONU doit adopter en septembre. Pas moins de 170. C'est beaucoup trop, a dit Cameron,  qui n'en veut que 10 ou 12. C'est évidemment l'avis du journal, lequel voudrait aussi qu'on s'applique à mettre en œuvre les politiques les efficaces pour atteindre les buts. 

Or il y a des économistes qui ont fait ce travail, sans surprise, ils considèrent que la libéralisation des marchés est l'arme de développement massive la plus efficace pour sortit le monde de la pauvreté. Ça ne va pas plaire a tout le monde, surtout pas au suisse qui a toute force veulent rester protéger derrière leur frontières légales, normatives, cartellaires et corporatistes. 

Sur le sujet, la position suisse est ici.

08:31 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |