Le Dr Philippe Morel doit une fière chandelle à Eric Stauffer (jeudi, 01 décembre 2011)

morel Philippe.jpgOuf, doit-il se dire la star de la transplantation genevoise, l'artiste du corps humain en kit, le promoteur du commerce (pardon du don) des organes, le patron de la visceral-surgery.ch des HUG, le candidat déclaré au Conseil d'Etat: Coquoz out, à moi le siège de Pierri! Pardonnez-moi!

Imgainez un instant qu'Eric Stauffer ait abandonné son rêve de devenir non seulement maire d'Onex, mais président de la République (et canton) de Genève. Il aurait pactisé avec le PDC, histoire d'affirmer qu'il était bien le leader de ce mouvement citoyens sans compromissions partisanes, sans couleur politique, au-dessus des partis, ni à gauche, ni à droite, pas même au centre, ailleurs, tout simplement ailleurs, à l'aise dans le costume du clown, du fou du roi, qu'il adore aussi être.

Et Coquoz aurait été roi du Palais de Justice. Et Jornot aurait déclaré la guerre au PDC, traître et faux frère - ah les querelles de famille!

Larvée mais impitoyable aurait été la guerre. Olivier et ses affidés auraient poussé les Verts libéraux à arracher au PDC les électeurs nécessaires à la déchéance du parti papiste sous la barre du quorum, sous le chiffre 7. Exit le pdc du Grand Conseil et libre le fauteuil du conseiller d'Etat Unger, promise au Dr Morel! Au diable le MCG et son tribun indomptable, vive l'Entente PLR UDC! Qui m'aime me suive!

Mais voilà, Eric Stauffer a fait le choix du pouvoir, de la droite dure, qu'il affectionne, de la remise en ordre du Palais et de la discipline dans les rangs de la police. Il sera sans doute payer grâcement par le PLR pour ce coup de main providentiel, sans lequel Jornot serait toujours avocat.

Grâce à Eric, voilà Olivier magistral patron des magistrats! Et Philippe Morel peut à nouveau rêver d'un strapontin à la Tour Baudet. Il lui suffira de demander l'aumône aux libéraux-radicaux qui ne peuvent négliger les 9 ou 10% que pèse encore le PDC dans la balance électorale. Car, de leur trois conseillers d'Etat et désormais du PG, soit 50% du gouvernement de la République (en ajoutant donc le pouvoir judiciaire), alors qu'ils représentent moins de 30% de l'électorat, deux sont bons pour la retraite. Si le PLR pouvait en sauver un, il serait encore surreprésenté.

Il y en a une en particulier que l'avènement de son maître à penser, le bel Olivier, doit commencer à faire flipper. Jornot intronisé, il deviendra, n'en doutez pas, le véritable patron de la police judiciaire. Le huitième département va naître. Que restera-t-il à Isable Rochat? Les gendarmes qui ont pris goût à l'autodétermination?

Oui, Philippe Morel doit ce soir brûler un cierge à Eric Stauffer.

Quant à Poggia, il ne siégera pas sur les bancs démo-chrétiens à Berne. Il préférera la succursale d'un petit parti ou même peut-être, d'ici six mois, l'accueil fraternel du PLR fédéral. On y trouve moins de patrons des caisses maladie qu'au PDC.

22:12 | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer | |  Facebook | | | |