Air du temps

  • La croix et le C

    avenir centre suisse.jpgImagine-t-on les Suisses renoncer à leur drapeau carré, frappé d'une croix blanche*? C'est le seul pays à ma connaissance qui affiche franchement le symbole qui est depuis près de deux millénaires et l'est encore pour quelque 2,4 milliards de chrétiens le symbole qui les rattache à la foi en Dieu, en la résurrection d'un homme, son fils, mort sur une croix, car sa bonne nouvelle menaçait l'ordre établi.

    Que n'a-t-on pas fait au nom du Christ! La conquête des peuples, ce qui a enrichi les commerçants, y compris ceux qui commerçaient des frères humains. Sans que l'Eglise ni ses clercs, sauf rares exceptions, n'y trouvent rien à redire. Le mariage du glaives et du goupillon n'a que rarement libéré les enfants de Dieu de l'oppression du plus fort, établit la justice, la paix et la fraternité sur terre. 

    Le goulag ou l'enfer sont les anges déchus des idéologies et des bonnes paroles. Délivre-nous du mal et ne nous laisse pas entrer en tentation...

    Lire la suite

  • Le prix de l'esclavage et du colonialisme

    Mule.jpgLes vacances approchent. Forcément on en parle. Tant pis pour ceux qui ne pourront pas en prendre. Mais, mais, mais... Gare au Covid-19, martèlent les pub et les animateurs de notre radio télévision publique, la deuxième vague menace. Ici et là, on reconfine, prenez garde. Le discours tourne en boucle. La majeure partie du bon peuple prend ses libertés et déambule démasqué. En famille et entre amis, la tentation de la poignée de main, de l'embrassade est forte. 

    Hier, sous le soleil de juin, j'ai vu deux classes d'école emprunter à pied le chemin des Côtes-de-Landecy en direction de la tour d'eau centenaire, qui sert aujourd'hui davantage à accueillir les relais de nos smartphones - bientôt la 5 G - que de réguler la pression du réseau des eaux publiques. ça fait des années que je n'avais pas vu une course d'école pédestre. Le monde d'après est bon pour les mollets mais ne fait pas le beurre des caristes et des vendeurs de souvenirs. Les enfants ont pu emplir leur poumon des effluves cuivrées et soufrées de la bouille bordelaise, le traitement "bio" contre deux champignons importés au XIXe siècle des Amériques, sans lequel aucun vin ne serait possible. 

    Lire la suite

  • Moins de 11% de Genevois infectés

    covid 11 % hug unige.jpgLa vie est étrange. A peine plus d'un Genevois sur dix a été infecté par le coronavirus, écrivent les HUG et l'université dans un article publié ce 12 juin dans "dans la prestigieuse revue The Lancet". C'est 7% dans le canton de Vaud. Et guère plus ailleurs. Dans leur échantillon représentatif de 2766 Genevois, ils n'ont trouvé qu'un enfant sur 123 à avoir été infecté. La question me taraude depuis le début de cette pandémie: n'a-t-on donc pas surréagi en mettant l'emploi en berne?

    Mais pouvait-on échapper à ce qui s'apparente à un accident et à ses conséquences? Une collision frontale peut tuer et ruiner deux familles. La pandémie est une forme de fatalité, un choc, la chute d'un astéroïde. Nos gouvernants ont gérée l'accident comme ils ont pu, copiant plus ou moins ce qui se faisait chez les voisins, rajoutant ici une couche de précaution, comme l'arrêt des chantiers à Genève, ou prenant le risque, comme en Suède, de ne pas fermer les écoles.

    Lire la suite

  • C'est mieux i

    mieux logo mabut thibaut.jpgLe 1er juin, c'est la fête nationale genevoise (elle marque l'entrée du canton dans la Confédération suisse en 1814), après ou avant le 12 décembre (victoire chanceuse des Genevois contre la tentative du duc de Savoie de prendre la ville par la force en 1602), après ou avant le 10 août 1535, date officielle mais non fêtée de l'adoption de la réforme protestante qui allait tant marqué la culture, la géographie, l'économie et la politique de Genève, avant ou après le 24 mai 1847, date (non fêtée non plus) de la constitution fazyste, celle de la République radicale qui a fait le canton prospère, moderne et laïque, avant ou après le 15 septembre 1872, date (parfaitement ignorée) de l'Arbitrage de l'Alabama. qui contribua à mettre Genève sur son orbite de ville internationale et siège secondaire de l'ONU, qui fait toujours (mais pour combien de temps?) sa fierté et sa fortune...

    "Depuis le 1er juin, nous sommes entrés dans le mois des fiertés", m'apprend mon neveu, dont je ne suis pas peu fier, sur sa chaîne "Mieux i", relayée par les grands réseaux américains Intagram et Facebook

    Lire la suite

  • Je le jure, je le promets, je m'y engage

    maire echarpe etroit.pngA Genève, les croyances s'afficheront tantôt à la cathédrale Saint-Pierre, où les 137 magistrats des communes (moins un: ma commune pleure le décès subit de Daniel Fischer, élu adjoint au premier tour le 15 mars, dont nous garderons le meilleur souvenir) vont prêter serment dans un édifice dévolu depuis 1535 au culte protestant, mais, laïcité oblige, réduit à l'état civil le temps de la cérémonie. Cathédrale de Genève, qui ce samedi de Pentecôte devait accueillir la première messe catholique depuis la Réforme à l'invitation de la paroisse Saint-Pierre-Fusterie, si la diablesse covid ne s'en était pas mêlée. Espérons que l'esprit soufflera.

    Une bible néanmoins est ouverte devant les magistrats. Sur quoi d'autre prêter serment? Sûrement pas sur le Coran qui fait des femmes et des infidèles des sous-hommes. Sur la Déclaration des droits humains? C'est oublier qu'elle n'a été universelle que dans les discours et encore. Tant de nations l'ignorent et la foulent au pied, allant désormais jusqu'à la défier et à prétendre que leur régime dictatorial vaut mieux - dans la lutte contre le corona virus - que la démocratie, confortant sur tous les continents les pouvoirs forts et les nomenklaturas.

    Lire la suite

  • Les messe d'après... comme le monde d'avant?

    compesieres colza vu de chez Thabuis.jpeg

    Alléluia, sonnez trompettes, jouez musettes, messes et cultes vont reprendre en Suisse dès le 28 mai, veille de la Pentecôte, la fête de l'Esprit saint. Ça tombe bien! Des esprits saints, c'est bien ce qui manque le plus en ce temps où la peur de la maladie érode le bon sens - je ne dis même pas la peur de la mort car le covir-19 ne peut frapper fatalement que les gens déjà affaiblis. *

    Dans la culture dominante qui est celle de la Suisse, les annonceurs de la "bonne nouvelle", simplifient le message et négligent la communauté musulmane, qui fête, confinée, ce samedi 23 mai, la fin du Ramadan, ou la communauté juive, qui ne (re)connaît ni Jésus ni Mahomet et leur image de Dieu, malgré des millénaires de recherche et de lecture attentive des textes sacrés.

    Au fait, la première messe à la cathédrale de Genève depuis 1535 aura-t-elle lieu? Initialement prévue le 29 février, elle est tombée victime de l'interdiction des rassemblements de plus de mille personnes et avait été reportée au 30 mai. Même à deux tiers vide, comme un stade de football, la retransmission en mondiovision pourrait dire que la messe d'après ne sera pas comme la messe d'avant.

    Lire la suite

  • Dis grand papa, pourquoi y'a pas l'école demain?

    capuccino.jpgPlace des aviateurs, côté sud, le soleil réchauffe à peine un petit 15 degrés biseux. Mateo écope le chocolat et la mousse de mon capuccino avant d'aspirer avec une paille en plastique emballée dans un papier voltigeur un sirop rouge. Trois ou traits suffisent. Il attaque ensuite sa croix à la vanille. Un rituel. Pas grand monde sur la terrasse où les tables ont été un peu éloignée. Des chaises fuchsia sont empilées. D'ordinaire on décrypte lettre à lettre les titres de la presse du jour. Le principe de précaution nous en prive. 

    J'irais bien à la ludothèque. Il saute de sa chaise et s'en va peser sur la poignée à 15 mètres. La porte est close. C'est quand que c'est ouvert? Regarde, c'est écrit sur la vitrine. Mais je ne sais pas lire. Mais si, prends lettre après lettre, morceau de mot après morceau: m+e? ME! me + r euh... MER. Très bien. Crrrr + e? CRE. Et d +i? DI. Et voilà MER CRE DI. Et c'est ensuite écrit 16 et 18, ce sont heures d'ouverture... 10 ,11, 12, 13, 14, 15 16 (ok!) 17, 18. Super! On reviendra cet après-midi à 4h. Retour à la croix à la vanille.

    Dis grand papa, pourquoi demain y'a pas l'école?

    Lire la suite

  • Imprévoyance. En Suisse aussi?

    les rentiers au soleil plage.jpgLes Suisses sont champions du monde de la prévoyance. Il suffit de voir les rentiers (dont je suis depuis un an). Aucun n'a vu ses rentes baisser (sauf les plus fortunés qui ont vu leurs placements fondre). J'entends déjà la gauche s'égosier: il y a de pauvres aînés (ce qui est vrai), qui ne vivent qu'avec leur AVS, ce qui n'est pas tout à fait vrai car ceux qui n'ont que l'AVS peuvent recevoir des rentes et des prestations complémentaires, à moins d'avoir un petit pécule, quelques actions ou quelques bijoux de famille, vreneli et autres (des biens mobiliers qui ne sont pas toujours déclarés) ou une maison (impossible à cacher au fisc). Une large part de l'industrie bancaire et financière, du tourisme, de la restauration, des voyagistes (et la santé) vit des plus de 65 ans et a hâte qu'ils soient déconfinés. 

    La prévoyance, c'est notre fleuron national. Les Suisses sont en outre bien assurés voire surassurés pour d'autres aléas de la vie. Il y a un domaine où ils sont sans doute les seuls au monde, à l'exception peut-être des Nord-Coréens, à pouvoir survivre à un dérèglement voulu ou non d'une énergie dont l'homme (moins la femme) est devenu le deus ex machina: l'atome. Son antidote est notre chère Protection civile

    Lire la suite