Vu du Salève: Genève...

  • A Bardonnex, la Mairie gagne de justesse

    D9BB54C7-DED8-4974-9E91-5FD9E55D7574.jpeg

    52,6% de oui pour la construction d’une déchèterie enterrée dans la partie nord de la boucle du bus 46 à Bardonnex. La Mairie doit pousser un ouf de soulagement. Mais les partis PDC et PLR qui faisaient bloc pour le projet et mener une campagne d’affichage importante ne font de loin pas le plein des voix. Que va faire Bardonnex Alternative qui a soutenu du bout des lèvres ce référendum de nimby (not in my back yard, pas près de chez moi)? Le Parti plus Vert que social ne s’est en tous cas pas beaucoup mouillé lors du débat organisé par la commune début novembre.

    La Marie doit tirer au moins une leçon de ce vote sur le fil.

    Lire la suite

  • Genève en 2050 vu par ma Tribune

    31613C72-E873-44CF-9B3E-C799BEA2533B.jpegQue n’a-t-on pas écrit sur le futur et son impossible prévision. Qu’importe. L’être humain a besoin de se rassurer. Il s’invente donc des futurs rassurants ou pas. Et conforme à l’air du temps. « Demain », le film avait déjà arpenté les lendemains qui chantent pourvu que nous le voulions bien. Cette fin de semaine maussade d’Halloween et de Toussaint, c’est ma Tribune qui se lance dans l’aventure de la futurologie sur le sujet du moment: le dérèglement climatique. Objectif lune? Non objectif une Genève décarbonée

     

    Lire la suite

  • Dieu n’est pas écolo

    E91E2E49-6AC2-416F-93A6-EA2DB9033A4F.jpegIl paraît, si j’en crois la réd en chef de La Croix, que le pape lui-même devait se rendre à Glasgow. Sans doute n’y est-il pas car il n’aurait pas été le premier parmi les prêtres à célébrer la grand messe du réchauffement climatique, à avouer son péché d’être, lui et ses congénaires, la cause du dérèglement climatique, à chanter les louanges de la sobriété et de la technologie pour nous sauver de ce faux pas.

    La plupart des grands prêtres qui se réunissent à Glasgow en ces jours d’Halloween et de Toussaint n’entonneront ni Confiteor ni Kyrie ni Gloria, ne reconnaissant pour gouverneur suprême que le hasard et la nécessité (les forces quantiques et la gravité) et l’action délétère du genre humain comme explication de l’état de la planète. 

     

    Lire la suite

  • Faut-il démanteler l’Eglise catholique? Non, l’institution s’effondre


    Plus de 300’000 personnes abusées par des clercs et des laïcs salariés de l’Eglise de France et aucun catholique ne semble ému ou préoccupé de ce côté-ci de la frontière *. Est-ce de l’indifférence à l’heure où l’Eglise catholique suisse lance la même enquête? Est-ce le résultat de ce culte du secret, dans lequel l’Eglise s’est enfermée, et du linge salle qu’on lave en famille - ou plutôt qu’on laisse traîner, qu’on recouvre d’une pudique aube blanche ou encore qu’on tient enfoui, étranglé par ce col romain, signe de la discipline qu’on voue à ce boys club, que serait l’Eglise catholique, selon le terme du sociologue français Josselin Tricou, réfugié à l’EPFL, qui était mardi sur le plateau d’Infrarouge et qui déclare au journal Le Temps: «L’église est un boys club, mais aussi une gérontocratie »

    «Abus, faut-il démanteler l’église? » a demandé un brin provocateur Alexis Favre, producteur d’Infrarouge cette semaine.

    Inutile, elle s’effondre d’elle-même.

    Lire la suite

  • Un paysan de la révolution verte s’en est allé au ciel

    ACC971A4-D92D-49A4-B247-746AAC033E4E.jpeg8500 km sur les chemins de Compostelle, de Rome et d’ailleurs. Anita Nebel, ancienne adjointe de Collex-Bossy, a toujours eu Albert Marechal en admiration. Un paysan, un époux, un père, un maire, un marcheur. Comme on n’en fait plus. Elle a prononcé un long et bien bel hommage hier après midi dans l’église de Collex, pleine des parents et des amis du défunt. Quelques paysans, quelques élus à la retraite, deux adjoints enrubannés. Peu de politiciens actuels. Trop peu, dit un paysan, ancien député, ami de Landecy. *

    On meurt quand on peut. Albert n’a pas survécu un mois à son placement en EMS. Un sage sans doute qui avait su préparer les chemins du ciel. 

    Lire la suite

  • Corps de femme, corps d’homme

    CC77212B-A896-45BC-85EC-28F547D4090F.jpegC’est la prestigieuse revue « Lancet », datée du 25 septembre, qui a lancé la polémique en affichant crânement sur sa couverture cette désormais nouvelle définition de la femme: «corps avec un vagin».

    Lire la suite

  • Tout un monde meurtri par les abus

    58205700-D113-4E65-AC82-A6B8F2EFDDEC.jpeg« Laissez venir à moi les petits enfants! » Cette parole du Christ rapporté par son compagnon Marc figurait dans la lecture de dimanche dernier. A Veyrier, seule la version courte de l’Evangile a été lue. Cette phrase a donc été escamotée. Souci de concision sans doute. Elle résonne évidemment étrangement ces jours, alors que l’Eglise catholique de France confesse publiquement ses dérives, celles d’avoir activement caché, absous, nié, minimisé les actes intolérables perpétrés par quelque 3% de ses prêtres, selon la CIASE, à l’encontre de leurs frères et soeurs humains. 

    L’amour des enfants - dont l’innocence et l’ingénuité sont un passeport pour la vie éternelle - n’a en soi rien à voir avec les  agressions, la mort virtuelle qu’ont subies près de 330’000 personnes en France (pas toutes des enfants), victimes solitaires de prêtres, de fonctionnaire, de bénévoles au service de l’Eglise, impunis pour la plupart. 

    Lire la suite

  • «Nous n’étions pas des victimes, nous étions des résistants»

    24B5931C-2F54-45B4-9738-250C8F65B6BD.jpeg« On disait toujours : « Je ne suis pas une victime, je suis un résistant. Je ne suis pas un martyr, je suis un combattant. » Ça aide énormément et dans toutes les situations. En ce moment, j’ai des problèmes de santé. Si je me jette par terre en pleurant, je meurs dans les quinze jours ! J’ai encore des choses à dire et à faire, j’ai envie de les terminer. »

    « Si je me jette par terre en pleurant, je meurs dans les quinze jours! » La femme qui dit ça a 97 ans, elle est aveugle et ne peut plus écrire. Sa détermination me frappe en ce temps présent, où les victimes sont au premier plan, objet de toues les attentions et de tous les discours. 

    Lire la suite

  • Du grain à moudre pour Le Centre

    7C3F22EB-1938-4FFA-9202-39F38F726A3A.jpegUn éminent député, très au fait des affaires du PDC genevois, lequel vient de plébisciter ce mercredi le label Le Centre,  reste sur sa faim. C’est bien beau de changer de nom, encore faut-il l’outre contienne du vin neuf sans éclater.

    Bref quels projets, quelles idées derrière Le Centre, afin qu’on le voit comme un A, comme une flèche, une avant-garde, et non comme un V, un ppdc (plus petit dénominateur commun) des idées et des projets des autres. Le Centre devrait prendre exemple sur les Verts libéraux, me dit mon interlocuteur. Ouvrir des pistes et les donner à arpenter à des étudiants, qui apprécieront sûrement de recevoir un pécule pour leur peine et d’être confronter au rude et chronophage terrain de la politique genevoise. 

    Voici donc quelques idées.

    Lire la suite

  • Le PDC genevois enfin au Centre?

    FC029055-A2D9-49EC-9406-7FFF33C76F23.jpeg

    Quand on tape les mots PDC Suisse dans un moteur de recherche, on ne trouve pas Le Centre du premier coup. Des articles de presse s’affichent dans les premiers rangs. Ils rappelent que, le 28 novembre 2020, le PDC a fusionné avec le PBD (le parti dissident de l’UDC des anciens conseillers fédéraux Schlumpf père et fille) et s’appelle désormais Le Centre (Die Mitte et non pas Das Zentrum, pour des raisons évoquées ici)

    Le PDC Genève va ce mercredi soir franchir lui aussi le pas. Il s’appellera aussi Le Centre. Avant de se retiré dans son jardin au pied du Salève, votre serviteur se souvient avoir été président des Jeunes Démocrates-chrétiens suisses, au temps où le monde était encore divisé entre les bleus et les rouges (les Suisses neutres étant évidemment du côté des bleus). voici don une très modeste et bien incomplète réflexion sur le « C ».

    Lire la suite

  • 100, sang, sans

    AE99232F-4210-492F-8BAC-0E5DC188E8BF.jpeg100, c’est le centième numéro de l’hebdomadaire du quotidien La Croix. Je le lis toujours avec grand intérêt. Il se dénote semaine après semaine des news magazines et offre à ses lecteurs des articles et des rencontres qu’on ne trouve nulle part ailleurs ou si peu (La Vie, Aleteia, L’Homme Nouveau et d’autres blogs et revues spécialisées)

    Sang, c’est le sang des martyrs, des victimes, des malheureux que le sort (quoi d’autre: leur karma, Dieu, la Nature?) a fait naître au coeur des tragédies de ce monde. Ils sont nombreux, très nombreux, trop nombreux. Que faire? Question éternelle. 

    Sans, ce n’est pas (pas encore?) le mot d’ordre des manifestants du climat. Sans CO2 certes, mais pas sans chauffage. Que dirait-on d’un propriétaire qui afficherait ces jours à l’entrée de son immeuble: « En raison du réchauffement climatique, le chauffage sera enclenché le 15 novembre et coupé le 31 mars. Ou, à choix, maintenu à 18 degrés durant la saison froide? » Que voteraient les locataires?

    Lire la suite

  • Le Temps parle de Bardonnex

    0C53390A-0573-4D3E-B0CB-72908DFCD804.jpeg

    « Bardonnex, c’est une tache verte dans un océan de bitume», dit l’ancien maire Alain Walder, qui réapparaît bizarrement dans le journal Le Temps ce matin. Le quotidien entame par ma commune un tour de Suisse à vélo électrique, histoire de raconter le pays aujourd’hui, 23 ans après la fondation du journal en 1998, né de la fusion du vénérable Journal de Genève et du Nouveau Quotidien. Une Suisse, dit Serge Michel, qui ne connaissait alors ni le smartphone ni la trottinette ni le 30 km/h dans les villes ni les influenceurs sur les réseaux sociaux. 

    Bardonnex, une tache verte. Sans doute. Et même bio, puisque les quatre maraîchers de Charrot ont tous pris le parti de laisser les herbes folles, le panic des marais, la renouée persicaire entre autres, envahir leurs champs. 

    Lire la suite