Vu du Salève: Genève...

  • Deux adjoints et l'école du XXIe siècle

    compesieres vu du ciel est leman bleu.jpg

    J'ai visionné tardivement le bon reportage que Léman bleu a consacré à ma commune de Bardonnex à l'occasion de l'élection partiel d'un adjoint ce 27 septembre. Deux candidats se disputent le siège laissé vacant à la suite du décès subit et malheureux de Daniel Fischer, élu au premier tour le 15 mars dernier. Surprise, l'un et l'autre ne semblent pas enthousiastes à l'idée que l'école de Compesières puisse être construite à l'emplacement du centre communal. C'est une bonne nouvelle. Sauf que ni l'un ni l'autre n'a eu le courage de désigner le bon emplacement. 

    Pour le connaître, posez-vous une question simple: si le canton était responsable de la construction des écoles primaires, où la construirait-il dans la région? En toute logique et en bonne pratique écologique, la réponse est là où habite la majeure partie des écoliers

    Lire la suite

  • Baroud d'honneur des constituants genevois

    conseil etat prestation guiraud.jpg

    François Longchamp, l'homme qui ne voulait plus être conseiller d'Etat, fut le premier président durable de la République et canton de Genève durant 4 ans et demi de décembre 2013 au 1er juin 2019, grâce au vote majoritaire des 80 constituants qui, copiant la Constitution vaudoise mais en fait séduits par le modèle rhénan de Bâle-Ville, ont instauré, pour la durée de la législature portée à 5 ans, la présidence du gouvernement genevois - un budget de 8,5 milliards de francs quand celui d'Auvergne-Rhône-Alpes ne dépasse pas 4 milliards d'euros. 

    François Longchamp crut bon de se tailler un département présidentiel sans autre poids que celui de la Genève internationale (dirigée par Berne et par les grandes puissances), le Grand Genève mais sans ambition ni moyens et les communes où il s'est enlisé dans une illisible politique de désenchevêtrement des tâches, sans oser toucher à ce qui fait le scandale: la fiscalité et la péréquation. Pour le reste il a passé son temps à cornaquer ses collègues, tous des bleus sauf Maudet. 

    Lire la suite

  • Quelle est la qualité des médias suisses?

    qualite des medias 2020 synthèse.jpg

    Le Temps perd quelques plumes, la Tribune a disparu du palmarès depuis sa quasi fusion avec 24 Heures, la NZZ trône toujours en tête du concours de beauté de la presse suisse publié ce matin. Cependant le renommé quotidien zurichois se fait coiffer au poteau pour la troisième année par l'émission phare de notre chère radio télévision nationale Echo der Zeit, une doyenne née en 1945. Le CQM 2020 valorise, négativement, Watson, un média d'information en ligne dont la version française verra le jour en 2021, mais pas (pas encore?) Heidi.news ni Republik ni Bon pour la Tête ni d'autres acteurs plus spécialisés ou plus confidentiels ou régionaux.

    A l'heure où le Covid remplit les gazettes plus que de raison, les vide de leurs dernières publicités et où les élus fédéraux renvoient leur débat sur l'aide aux médias en novembre, le constat des enquêteurs de l'Association fondatrice pour la Qualité des Médias en Suisse donne du grain à moudre. La qualité diminue, la concentration des titres continue d'augmenter, "un petit nombre de rédactions décide de qui reçoit ou non quelle publicité et sous quelle forme, qui fera scandale et qui sera traité avec bienveillance par les médias".

    Peut-on imaginer un monde sans média? 

    Lire la suite

  • Un sermon à Compesières

    IMG_1751.JPEGOn est au Liban. Au début des années 80. La guerre fait rage. Des miliciens pénètrent dans la maison. Massacrent une famille. Sauf la jeune fille, infirmière, qui s'est cachée. Elle assiste à la tuerie, voit le visage des assassins. Quelque temps plus tard, un des miliciens saute sur une bombe. A l'hôpital, la jeune soignante le reconnaît. Il est à sa merci. Elle demande à Dieu la force de ne pas se venger. La force de pardonner?

    Peut importe que le renoncement à la vengeance et le pardon ne soient pas la même chose, le curé de Carouge qui dessert désormais aussi la paroisse de Compesières, ne s'arrête pas à ce détail. Il raconte cette histoire vraie pour illustrer l'évangile du jour: il faut accorder son pardon non pas sept fois comme le prescrit la loi juive mais septante-sept fois sept fois.  

    Masqués, les 35 paroissiens ne pipent mot. Un sermon ne souffre pas la discussion. 

    Lire la suite

  • La fête nationale du 12 septembre

    sceau de la constitution suisse de 1848.jpgPandémie oblige, les Suisses ont fêté en petit comité le 1er août, date mythique de la création non pas de la Suisse mais d'un embryon d'autodéfense et d’autodétermination au coeur des Alpes, là où les armées de l'empire pouvaient être tenue en respect. En ce samedi 12 septembre, les Suisses devraient fêter la véritable création de l'Etat fédéral suisse.

    C'est en effet le mardi 12 septembre 1848, il y a 172 ans - le 175e anniversaire tombera en 2023,  que fut adopté la Constitution suisse. Deux chambres forment l'Assemblée nationale, comme aux Etats-Unis, mais la Chambre des cantons détient strictement les mêmes pouvoirs que la Chambre du peuple. Il n'y a pas de président en Suisse. A tour de rôle, chacun des sept ministres, égaux en pouvoirs, est élu président du Conseil fédéral, le conseil d'administration de la société civile suisse, par l'Assemblée fédérale et non par le peuple.

    Lire la suite

  • 9 février, 27 septembre, l'Europe, la Suisse et leur démocratie

    FB Benjamin Haegi.jpegIl y a quelques jours sur Facebook (qui n'est pas mon stamm préféré), je suis tombé sur les adieux au toujours plus grand réseau social d'un communicants genevois. Ce qui m'a intéressé, c'est la citation d'Umberto Ecco publiée en commentaire par un ancien conseiller d'Etat libéral, qui n'a pas toujours donné dans la langue de bois.

    La voici: "Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d'imbéciles qui, avant ne parlaient qu'au bar, après un verre de vin et ne causaient aucun tort à la collectivité...On les faisait taire tout de suite alors qu'aujourd'hui ils ont le même droit de parole qu'un prix Nobel. C'est l'invasion des imbéciles".

    Lire la suite

  • Les fake news de Pro Natura

    IMG_1721.JPEG

    Qu'as-tu appris à l'école mon fils ? ...  La célèbre chanson de Greame Allwright reste toujours d'actualité. La mode est aux peurs. Naguère la famine, la guerre nucléaire, qui ont poussé la Suisse à drainer les maraisà rectifier les rivières pour nourrir la population et à truffer le pays de cavernes et d'abris antiatomiques. Aujourd'hui la peur du réchauffement climatique et la mort des oiseaux et des loups ont pris le relais. Plantons des arbres, verdissons nos villes et ne régulons pas la faune sauvage, car le sauvage c'est l'humain.

    Quel est le discours dominant dans nos écoles: celui de la peur ou celui de la confiance? 

    Lire la suite

  • Une école primaire à la Croix-de-Rozon

    IMG_1706.JPEGIMG_1713.JPEGQue pensent Luc Lavarini et Nicolas Vernain* (l'un comme l'autre absents des réseaux sociaux) de leur possible future fonction d’adjoint au maire de Bardonnex? Quelles inflexions voudraient-ils donner à la gestion communale, une fois élu le 27 septembre prochain (les chances de Lavarini sont certaines mais rien n'est certain dans un scrutin), si tant est que leur voix pèse dans le système municipal genevois, où le plus puissant des acteurs est, et de loin, le canton, ses lois, ses élus et les fonctionnaires et commissions spécialisées qui les votent et les interprètent. Rien?

    Ce dimanche, veille des vendanges, alors que le vote par correspondance a démarré, aucun discours n'a été prononcé à la Bossenaz, où le PDC et Entente, pas encore connu sous son nouveau label de Centre, avait réuni une poignée de militants, amis et sympathisants. On s'est donc rabattu sur le quiz proposé pour donner son avis. Et sur les conversations, un verre de vin à la main, qui forcément tournent autour de la Covid. Avec une idée en tête - fixe diront certains - la construction d'une école à la Croix-de-Rozon.  (photos du jour)

    Lire la suite

  • Le PDC et le Centre: die Mitte, pas das Zentrum

    Die Mitte le centre pdc.jpgLe PDC suisse veut changer d'identité mais jure ses grands dieux qu'il ne changera pas de programme, que ce mot chrétien que nous ne saurions plus voir s'afficher dans nos rues à l'occasion des campagnes de votation, restera l'alpha et l'omega du parti mais que pour attraper les poissons il faut bien adapter les leurres à leur goût. Or bien des poissons, croit-on au PDC, se détournent du parti en raison justement de ce c. Changeons donc le sens du c, passons du c de chrétien au c de centre et le tour est jouer. 

    En allemand, c'est une autre chanson.

    Lire la suite

  • Les fonctionnaires genevois: ni sobriété ni partage

    2 pour cent 2%.jpgCalculons: que signifie dans une année de travail une semaine de vacances supplémentaire (que propose le gouvernement genevois à ses quelque 48'000 employés contre une baisse des salaires de 2%)? 1 divisé par 48, ça donne 0,02. Une semaine de vacances c'est donc une diminution de 2% du temps de travail. On peut imaginer que l'Etat devra embaucher pour compenser ces 2% de travail perdu. Et qu'en acceptant le projet, les fonctionnaires (dont la retraite est généreuse garantie) participeront (modestement) au partage du travail dans un temps où la pandémie va multiplier les chômeurs. Evidemment les syndicats de la fonction publique hurlent. Belle démonstration de solidarité. 

    Quelles économies pour l'Etat?  

    Lire la suite

  • De quel bois fait-on une école à Compesières?

    compesieres 4 projets.jpgEn bois, en béton, en verre, en fait peu importe le matériau, les cœurs des écoliers sont de chairs et leur esprit libre et créatif. La mode est à l'école en plein air. Mais ce mode libéral d’enseignement n'a pas été retenu par le monde politique à Bardonnex. Pas plus que l'enseignement à distance pourtant promis à un bel avenir en ces temps où le principe de précaution règne en maître.

    La nouvelle école de Compesières (12 classes) - en gestation de puis 25 ans - sera en bois. C'est à peu près la seule chose qui fait l'unanimité. Pour le reste, l'exposition des 29 idées architecturales ce mercredi 2 septembre a laissé le public dans l'expectative. La parcelle imposée aux concurrents paraît exiguë. Sa forme triangulaire coincée en zone agricole entre la route cantonale de Cugny, assez roulante, et le chemin des Remparts est un défi supplémentaire. 

    Lire la suite

  • 1850: le train innove. 2050:...

    vaud 2050 train.jpgNos trains rouleront-ils sans pilote et 24h sur 24 en 2050? Et les quais seront-ils comme ceux des métros, équipés de portes de sécurité? Ce futur proche fait peu débat, me semble-t-il, à l'heure où les CFF et le CEVA peinent à trouver des cheminots multimodaux non grévistes. Conçue au XIXe siècle, le RER Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse n'a même pas réussi à standardiser ses locos. Il est loin d'avoir penser l'automaticité des convois. 2050, c'est dans 30 ans. Il y a 30 ans, en 1990, Genève réfléchissait au barreau sud, à la traversée de la rade et à SmartGeneva, se rengorgeait d'être la capitale des nouvelles relations russo-américaines dans un monde sans histoire. La Chine n'était encore pas éveillée. Ni l'Afrique.  

    A Lausanne, la rupestre, on planifiait un métro M2 automatique, l'extension de l'EPFL et son réseau dans les cantons voisins, un nouveau musée au bord des quais. On rédigeait une nouvelle constitution, instaurant un président durable. Puis Vaud a basculé la moitié de la facture sociale aux communes, épongeant sa dette et se redonnant du muscle pour de nouveaux projets stratégiques dont un train à grande vitesse entre l'aéroport et Lausanne, ravissant au passage à Genève, l'internationale endormie, son rôle de pôle dynamique de la Romandie.

    Lire la suite