hiler

  • Le géant vert de plus en plus libéral

    cadres dynamique.jpgOn savait David Hiler, le géant vert, pas très rose, bien qu'il eut fréquenté les maoistes dans sa jeunesse. Mais le revirement est tout de même spectaculaire. Ce matin dans mon journal préféré, je lis cette réponse de bon sens à l'entretien qu'il a accordé à Marc Bretton à propos de l'accueil des hedge funds à Genève, fort peu goûté par la maire socialiste de la ville:

    - Renoncer au négoce ou à la gestion de fonds aurait un impact destructeur sur l’ensemble de l’économie et de la société. Il n’y a pas d’alternatives. Nous avons besoin d’entreprises exportatrices dans des activités pointues. Mais si certains veulent que Genève se spécialise dans le textile, par exemple, il faudra alors accepter les salaires du Bangladesh!

    Lire la suite

  • Ah, si nous étions à Bâle!

    rochat isabel.jpgMark Muller se dépatouille tout seul dans l'affaire des villas louées à prix d'ami. Longchamp s'est débrouillé tout seul dans l'affaire de la grève de l'aéroport. Beer est tout seul quand les profs protestent. Maudet et Pagani se chamaillent comme des gamins pour savoir qui est responsable de l'entretien du ghoor de Plainpalais, alors que la ville a englouti des dizaines de millions.

    Ce matin, à 11h, Isabel Rochat sera seule, encadrée de l'état-major de la police, pour répondre devant la presse aux questions que pose la grève des gendarmes. Ni le président du Conseil d'Etat, ni le ministre de tutelle de l'Office du personnel de l'Etat n'ont cru bon de manifester l'unité gouvernementale face à la grèv[c]e du plus empblématique service de l'Etat, celui qui est chargé de la sécurité des citoyens!

    Ne vous demandez pas ce qui dysfonctionne à Genève. Ces quelques exemples sont criants. Il manque un pilote dans l'avion, un président, un maire, un premier ministre, qui passe son temps à planifier l'action du gouvernement et qui a l'oeil sur les cadrans de l'action gouvernementale qui anticipe les possibles conséquences de tel ou tel choix et est là pour défendre le collège gouvernemental.

    Lire la suite

  • Hiler, Mao, le petit père des peuples et la Constituante

    Hiler à la constituante.jpgTout ça ne faisait qu'un hier au Centre international de conférence de Genève, où de sombres limousines, des messieurs bien mis et des dames élégantes entraient, quand je l'ai quitté sur mon vélo électrique.

    La Constituante continuait, elle, à siéger jusque vers 23 heures. Des séances marathon hebdomadaires qu'elle enchaîne depuis le mois de mai et jusqu'à fin novembre dans l'indifférence du public. Hier aucun journaliste, à l'exception de votre serviteur, n'a suivi les débats.

    Il s'agissait pourtant de la gouvernance du canton. Mais la Constituante fait partie de ces ovni (organismes volontairement non imaginatifs) consubstantiel à la politique. Rares en effet sont les révolutions qui sont sorties des parlements. Bridés par l'institution, corsetés par leur parti, les constituants sont dans le mode ppdm (plus petit dénominateur commun).

    Et ce n'est pas parce que le sénateur Dimier à évoqué le petit père des peuples (le chef du groupe MCG s'adressait à l'extrême gauche) ou  que David Hiler, le ministres des finances, en visite de courtoisie, citait sa jeunesse maoïste que l'esprit révolutionnaire a soufflé sur le CICG. Bien au contraire, le ministre des finances s'est dit convaincu que "la Suisse représente finalement assez bien les idéaux de sa jeunesse" (voir la viédo ci-dessous). Que demande le peuple!

    Lire la suite

  • David engrange les bénéfices. Qu'en fait-il?

    hiler keystone.jpgContrairement  à la plupart des salariés, les fonctionnaires genevois ont l'assurance légale que leurs rentes de retraite ne dépendra pas de la santé économique à venir de leur employeur. La loi leur assure jusqu'à la fin de leurs jours des versements calculés sur leurs derniers traitements. Pourtant la caisse de retraite des fonctionnaires, contrairement à celle des autres entreprises n'a pas accumulé les capitaux nécessaires aux versements de ces rentes. il manque 5,2 milliards de francs dans la caisse.

    Les financiers - pas tous - expliquent que ce n'est pas un problème, car l'Etat est éternel. Il n'est pas menacé de faillite comme une vulgaire entreprise. Il a même la possibilité d'obliger les contribuables à payer davantage d'impôt - une possibilité relative en Suisse seul pays au monde où les citoyens peuvent refuser de se serrer la ceinture.

    C'est sans doute cette dette de 5,2 milliards de francs, qui s'ajoute au 10 milliards de la dette publique cantonale courante, qui vaut à Genève une modeste note A+/stable par l'inspecteur privé Standard & Poor's (lire le rapport ici).

    Lire la suite

  • Entre Gaillot et Broulis, mon coeur balance

    TG débat six hommes 17 mars.png

    L'association l'Esprit de Genève (qui est une marque déposée) publie l'Agenda de Genève*. Un agenda qui a un petit avantage par rapport au Guide loisirs du site de la Tribune de Genève, c'est qu'il permet d'accéder facilement via un calendrier à toutes les manifestations agendées un jour particulier. Enfin toutes, c'est une façon de dire,

    Car aucun agenda actuellement disponible dans la région n'est exhaustif. Ainsi aucune des deux manifestations dont il est question ci-dessous n'est mentionnée. Une carence tout de même un peu curieuse. Qui empêche sans doute les organisateurs de planifier leurs rendez-vous et d'éviter que certains jours cumulent mille douze événements, jettant le chaland citoyen dans l'embarras. Telle est ma situation ce mercredi soir.

    Lire la suite

  • Jean Studer ment-il comme tous les ministres des finances?

    neuch matin fév 10.pngLa question se pose une nouvelle fois alors que la ronde des comptes a démarré. En pleine récession - l'année 2009 a été la pire depuis quelques lustres - alors que les Etats voisins se débattent dans des déficits abvssaux, la Confédération et la plupart des cantons suisses annoncent ou vont annoncer des comptes bénéficiaires.

    Commençons par le canton de Neuchâtel, dont le ministre socialiste craint l'appauvrissement. L'Etat dépense bientôt deux milliards de francs par année pour fabriquer du service public. Il affiche un petit déficit de 32 millions pour l'exercice 2009. Pile dans la cible du budget voté en automne 2008. Du grand art! Qui vaut les fleurs de la presse locale au grand argentier.

    Sauf que le journal Le Temps d'hier titre lui sur un déficit de 15 millions? Les comptes auraient-ils été manipulés? Quant au Matin [cliquer sur l'image pour l'agrandir], tout en sobriété, il se contente d'une citation qui donne l'impression que le grand Jean est patron d'un magasin de porcelaine...

    Lire la suite