Région

  • Le cardon genevois: comment on l'apprête?

    Redescendons sur terre. Ce samedi 9 février, de 9h à 10h, j'organise un atelier d'épluchage du cardon épineux argenté AOP de Plainpalais à la ferme Chavaz. Le marché est sis entre Troinex et Veyrier, chemin des Marais 62, bus 41 (article ici),  arrêt chemin des Bois.

    L'atelier est ouvert à qui souhaite tester son aptitude à apprêter le légume emblématique de la campagne genevoise, le seul à vrai dire, dont Bille en tête la RTS s'est fait l'écho cette semaine. Un légume un peu particulier, assez rebelle, car ses piquants doivent être enlevés avec habileté. Et puis il faut le jeter dans une bassine d'eau additionnée de lait ou d'acide citrique sinon l'oxygène contenu dans l'air va le noircir et lui enlever son goût si particulier, le cuire une bonne heure voire plus jusqu'à la tendreté requise, puis gratiné, Bref un délice. 

    Lire la suite

  • Pont-Rouge, Versoix, Gland avec un changement à Coppet

    IMG_5824.JPGQuelle est la part de Glandois qui se rendent à leur travail en voiture et en train? Un ange passe. Il neige sur la gare de Gland. Un intercity pointe à 140 km/h. Gérald Cretegny interrompt son discours. L'express rouge et blanc s'évanouit dans le brouillard. "En fait, je n'ai pas la réponse en tête", avoue le syndic de l'agglomération de 13'000 habitants. Le Vaudois cumule les casquettes. Il préside la Région de Nyon et est un des sept vice-présidents du GLCT du Grand Genève.

    Une trentaine de personnes l'écoute. Ils participent à la première des huit "Immersions territoriales" qu'organisent le Grand Genève en hors d'oeuvre au Leman Express en décembre prochain. Gérald Cretegny - frère du vigneron contestataire genevois - a un d'autres chiffres en tête: La moitié de ses administrés qui pendulent vont vers Lausanne et l'autre moité vers Genève. Il y a dix ans 80% d'entre eux allaient vers Genève. Pressé, il dit que la part du train est encore faible. mais ça devrait changer quand le Léman Express s'arrêtera tous les quarts d'heure. Horizon 2034.  

    Lire la suite

  • De quoi ont peur les Genevois?

    votation 23 2018 paradis.jpgLes urbains, donc les Genevois, sont comme des poussins. Lorsque un danger les menacent, ils courent  à la première alerte se réfugier sous leur mère Etat-poule. Ce dimanche, deux initiatives (l'une - les aliments équitables - plutôt verte libérale, donc propice aux étrangers à condition qu'ils soient bien élevés comme des Suisses; l'autre - la souveraineté alimentaire, plan Wahlen version XXIe - opposée aux étrangers qui viennent concurrencer les Suisses) ont été plébiscitées à Genève et rejetées en Suisse. Je fais partie du camp des Suisses.

    Ce grand écart entre les électeurs (les rats des villes et les rats des champs comme on disait jadis des deux variétés qui composaient l'alors dominant parti radical (devenu PLR)) s'explique entre autres par le rapport que les uns et les autres entretiennent avec la nature. 

    Lire la suite

  • Maudet veut rendre le Grand Genève moins vaporeux

    grand geneve bassin emploi et limites 2014 rapport 2017.jpgNotre premier ministre s'exprime sur la Grand Genève qu'il trouve trop vaporeux. Il annonce donc vouloir en concrétiser les contours et les contenus. En politique le dur vaut mieux que le mou, rappelle-t-il, lui qui s'est enflammé pour le projet manqué de la fusion Vaud Genève au tournant du millénaire. Quels projets pour revigorer le Grand Genève, Pierre Maudet reste encore très vaporeux dans l'interview qu'il accorde à mon journal préféré en ce jour ensoleillé de fête des écoles genevoises.

    Mais qu'est-ce que le Grand Genève?

     

    Lire la suite

  • Vaud baisse ses impôts et reste bien plus cher que Genève

    broulis baisse impôts.jpg

    Gros titre ce soir au 19.30, Darius Rochebin encense le ministre vaudois des finances Pascal Broulis, qui va baisser les impôts, lequel souligne aussitôt qu'il va falloir tenir serrées les dépenses. Ah quel beau canton que le canton de Vaud qui annonce une baisse d'impôt, qui depuis des lustres montre que socialistes et PLR  peuvent s'entendre, que le couple brouillard malice est à l'évidence toujours à la  manœuvre, un canton modèle sans doute. Et bla bla bli et bli bli bla.

    On sourit...

    Lire la suite

  • Genève traite les eaux du Pays de Gex. Pourquoi Bellegarde ne pourrait-elle pas brûler nos déchets?

    sidefage bellegarde.jpgSera-t-il réélu celui qui n'est pas plus paysan que moi? Les supputations vont bon train. Pour retrouver son fauteuil, Luc  doit arriver dans les six premiers dimanche 6 mai. Rien n'est joué. Il suffit de lire ce que la tradition dit des Luc, un prénom d'évangéliste, pour comprendre que l'homme ne manque pas de ressources. 

    Pour se rabibocher avec les paysans, le ministre de l'Environnement a suspendu hier les études en cours pour enfouir les mâchefers des Cheneviers sous une terre agricole (dont le canton manquerait tant, dit Berne dont les compteurs sont restés bloqués au XXe siècles et qui ne compte pas les serres ni les vignes ni les bois ni les futures fermes à insectes, ni les champignonnières ni les autres systèmes de culture prisées par les Verts - jardins en toiture, hydroponie, aquaponie, permaculture etc. (dont les zones franches) - dans les capacités de production alimentaires du canton). 

     

    Lire la suite

  • H2eau à Bardonnex, courez-y!

    mémoire de bardonnex comite 2018.jpgMémoire de Bardonnex  retourne la surface de notre passé comme un cultive son jardin. Avec passion, sans ménager sa peine, avec le plaisir d'y faire éclore des fleurs et des légumes de bon usage.

    Sa nouvelle exposition, ouverte ce dimanche encore de 10h à 18h à Compesières, dans le coin est de la salle communale de Bardonnex, le reste étant dévolu à l'exposition annuelle des artistes et artisans de la commune, présente l'eau d'ici telle qu'on la puisait dans les puits naguère ou celle qui coulait des fontaines, alimentées par les sources captées au pied du Salève*, et depuis longtemps déjà celle des SIG.

    Bref l'eau de Bardonnex est transfrontalière, car la frontière n'est ici pas naturelle mais entièrement politique. Elle fut dessinée comme on sait au détour du congrès de Vienne, en 1815, coupa des paroisses et des communes en deux, suivit, plutôt que le cour d'un nant ou d'un ruisseau, les limites des propriétés de quelques aristocrates genevois qui avaient colonisés la campagne.

    L'occasion de rappeler l'exposition FrontièreS mise sur pied actuellement par les commune du Bas-Salève.

    Lire la suite

  • La belle, la bête et le CEVA

    marguerite fleur.jpgJe t'aime, un peu, beaucoup, à la folie... pas du tout. Je t'aime, un peu, beaucoup, à la folie...

    Lisa a une bouche un peu "poteuse". Elle a glissé vendredi dernier sur les ondes de notre radio nationale à abonnement obligatoire un petit mot qui fait depuis le beurre des gazettes à défaut de faire le buzz sur les réseaux. "Mais vous êtes fou Monsieur Barthassat". Le grand Luc a répliqué du tac au tac: "Pas de vous en tout cas!" Et voilà la machine médiatique mise en branle. Mon journal préféré a sondé les propos des deux élus d'où il ressort que l'un comme l'autre ont proféré des vérités approximatives. 

    Mais personne. à ma connaissance, n'a relevé que le coup d'arrêt donné aux trams, outre les recours collectifs ou individuels que permet notre démocratie surdéveloppée - signe qu'elle se soucie peut-être plus des intérêts particuliers que du bien commun - s'explique aussi par le siphonnage du budget des investissements qu'exerce la construction du CEVA: près de 2 milliards (dont 235 millions d'euros côté français) au dernier compte, dont deux tiers à la charge de la Confédération (proportion promise en 1912 par la régie alors toute jeune des CFF).

    Lire la suite