Politique genevoise

  • Genève 2050 et l'espace dans les 50 prochaines années

    the economist lune.jpgThe Economist n'échappe pas à la commémoration: 50 ans qu'on a marché sur la lune. Une sacrée aventure. Jules Vernes, Melies, Hergé et d'autres l'avaient imaginée. Mais qu'un humain puisse arpenter notre satellite boosté jusqu'à sa périphérie par une fusée au principe identique aux pétards du 1er Août ou de la Saint Sylvestre, ça défiait l'entendement.

    Qu'on veuille y retourner dit combien notre époque est hélas grosse de dictateur qui veulent montrer que le leur est la plus grosse. Mais on a les dirigeants qu'on mérite. On ne peut pas se divertir  à tout instant, s’inquiéter de sa santé et traquer le moindre -cide dans son assiette et s'occuper encore des affaires du monde et de la démocratie.

    Lire la suite

  • Ni grippe, ni bug, ni Europe dans Genève 2050

    but de Genève 2050.jpg

    Quatre scénarios - complexes et un peu catastrophistes - pour imaginer les futurs possibles de Genève en 2050. C'est l'exercice de prospective que propose, depuis septembre 2018, le Conseil d'Etat, un projet évoqué lors de son discours de législature 2019-2024 en la cathédrale Saint-Pierre, mais concocté depuis avril 2017 et traité sans tambours ni trompettes depuis, en raison de l'affaire M et d'autres priorités.

    Quatre scénarios, c'est peu tant les possibles sont nombreux. Sans compter les aléas. Imagine-t-on pareille entreprise lancée en 1918, quelques jours avant la défaite de l'Allemagne, à la veille de la grippe espagnol dont la voracité en vies humaines fut plus grande que la Grande guerre, 20 ans avant le deuxième conflit mondial, né en bonne partie des lourdes pénalités imposées à l'Allemagne qui mit à genou la République de Weimar et fit le lit d'un certain AH...

    C'est dire 1) combien nous sommes incapables de prévoir l'avenir, 2) combien le monde est plus serein en ce début du XXIe siècle, 3) combien les Cassandre et autres collapsologues jouent à se et nous faire peur. Or la peur est mauvaise conseillère. 

    Lire la suite

  • Genève en 2050... si

    geneve 2050.jpgChaque été, The Economist propose une série "The World if", bien loin des projections habituelles des futurologues, des scénarios envisageables à partir des données connues, bref une incursion dans ce chaos qu'un battement d'aile de papillon peut déclencher. Cette année, les hypothèses vont de si les Etats Unis quittait l'OTAN en 2024 à si les antibiotiques tombaient en panne en 2041, en passant par si la Chine et l'Amérique s'affontaient en mer de Chine, à si les robots prenaient tous les jobs en 2030.

    Les auteurs anonymes de Genève 2050 ont cherché à éviter le piège de la simple projection des courbes assises sur le passé. Leurs quatre scénarios relèvent donc un peu de "Genève si", sans toutefois identifier un élément déclencheur précis ouvrant une narration épique du futur. Voici leurs scénarios (page 39 du rapport):

    Lire la suite

  • Quel Genève en 2030? Quel Genève en 2050?

    ge2050.jpg

    Quel Genève en 2050? C'est l'horizon que Pierre Maudet, alors président du Conseil d'Etat, avait fixé aux Genevois lors du Discours de Saint-Pierre. Le jeune tribun n'imaginait sans doute pas qu'il allait être détrôné sans ménagement bien avant cette échéance et être l'acteur clé d'une affaire sans précédent dans la République: l'affaire Maudet soigneusement chroniquée dans Wikipedia. Telle une tique, Pierre s'accroche depuis à son ministère croupion. Personne ne peut l'en déloger. La caravane passe. "Genève est gouvernée", dit son successeur, son ami Antonio Hodgers. Circulez! 

    La  grande réflexion sur Genève 2050 a été lancée en septembre 2018 (suite à un communiqué de presse du 27 juin - comme si on avait voulu cacher l'affaire) et la consultation des Genevois depuis ce mois de mai, sous la forme d'un questionnaire. Elle se termine le 21 juillet. Sans avoir fait la Une d'aucun journal.

    3500 personnes ont déjà répondu au questionnaire. Problématique le questionnaire. J'y reviendrai.

    Lire la suite

  • Genève 2050, urinoirs fleuris au menu de la Une

    prestation visiteurs accident skate.jpgSix jeunes de 12 et 13 ans ont débarqué hier à la Tribune dans le cadre de Passeport Vacances. Ce fut un plaisir de les prendre en charge et de leur transmettre quelques rudiments du métier. A quoi ça sert un journaliste? ... "A informer, à raconter des histoires, à nous distraire..." La petite cohorte n'a pas flanché face à la première question. Elle a oublié la vitesse, la réactivité, l'indépendance, le sens critique... L'actu n'attend pas. La concurrence est rude. La normalité ne fait pas le beurre des gazettes.  

    La seconde question leur demanda plus de réflexions. Mais qu'est-ce donc qu'une information de qualité? Qu'apporte le journaliste d'essentiel. Une fille finit pas donner la bonne réponse. "L'information doit être prouvée". De fait, c'est la plus-value essentielle - avec la réactivité - du journaliste. Une information n'a pas de valeur si elle n'est pas fondée sur des témoignages véridiques, plusieurs sources fiables et indépendantes, que le journaliste - le médiateur - protégera mordicus. Vastes défis. 

    Et de quoi va-t-on parler? L'info du jour, les vessies des conducteurs TPG, relatée par la Tribune en page intérieure fait la une de 20 Minutes. 

    Lire la suite

  • Faut-il 15 Pierre Maudet au Conseil d'Etat?

    maudet large.jpg

    Sur Radio Lac et sur RTS La Première ce matin, Pierre Maudet, un an après sa réduction à l'état de mini-ministre de la République et Canton de Genève, se présente plus combatif que jamais. Si Libra (la monnaie de Facebook) s'installe à Genève, c'est, dit-il en substance, parce que le ministre de l'Economie a travaillé bien en amont. Si MSC (le croisiériste) crée 300 nouveaux emplois à Genève, c'est parce que j'ai plus de temps pour m'investir dans les dossiers de l'Economie. Et ce ne sont là que quelques exemples. Pensez à la nouvelle imposition des entreprises. L'Economie, souligne encore le magistrat qui ne se voit pas mini, c'est 2500'000 emplois ce n'est pas un mini-département. En un mot: circulez!

    On aime Maudet pour sa pugnacité, pour la clarté de son discours, pour sa vision aussi (Tout le contraire d'une Anne Emery Torracinta qui dans Le Temps d'hier n'avance pas d'un iota dans la mise en orbite électronique de l'école genevoise).

    Peut-être que Genève devrait être gouverné par 15 Pierre Maudet, se dit-on in petto, 15 mini-ministres tout entier consacrés à une politique*. Un peu comme ces minisatellites qu'on envoie désormais au-dessus de nos têtes pour ne laisser aucun espace vierge sur terre. 

     

    Lire la suite

  • Urbanisme #Genève: Le PAV sera-t-il l'affaire des fonctionnaires?

    cpeg 19 mai.jpgOn parle beaucoup de Genferei ces temps-ci au bout du lac. En vérité, vu du Salève, de bien petites affaires, désagréables certes, mais qui ne mettent en péril la vie de personne et ne portent pas sur des millions. Un peu de mesure, sans rester coi évidemment, serait de bon aloi.

    Une nouvelle Genferei qui n'a pas dit son nom a été tranchée dans les urnes ce 19 mai. Celle du financement des retraites des 72'500 fonctionnaires (dont 24'500 à la retraite) du Canton et de quelques-unes de ses agences. 

    Les citoyens ont donc donné du bout des lèvres l'avantage au projet du syndicat des fonctionnaires, repris par la gauche et le MCG, fidèles défenseurs des agents de l'Etat qui sont, à Genève, les mieux traités et les mieux protégés des travailleurs.

    Ce résultat n'est pas un vote de gauche.

     

     

     

    Lire la suite

  • La méfiance: une arme de destruction massive... des démocraties?

    chips.jpgLa semaine dernière, j'ai accueilli une petite douzaine d'adolescents de l'Instruction publique genevoises venus s'informer sur la fabrication de la Tribune et le métier de journaliste. C'est une classe de l'enseignement spécialisé m'avait prévenu leur professeure, il conviendra d'être simple et concret dans votre présentation. Nous avons longuement parlé d'un paquet de chips et d'une cannette de coca.

    Rien à voir avec la fraude électorale à Genève? Tout au contraire.

    Lire la suite