Affaires municipales

  • L1 et L2 enterrées. Dal Busco pourra-t-il faire L3 et L4?

    pneu.jpgSans surprise, une coalition des antibagnoles et des antifrontaliers a forgé une majorité mardi soir au Grand-Conseil pour refuser la création d'une nouvelle route entre le Bachet-de-Pesay et la douane de Pierre-Grand. Dans le climat actuel, on peut comprendre ce vote, même s'il participe d'une vue "Sam suffit" du vivre ensemble. 

    La balle est dans le camp du ministre des infrastructures. On attend avec impatience qu'il mette en oeuvre L3 et ouvre grande et sans délai la porte autoroutière de Genève au niveau de la plateforme douanière de Bardonnex. Et construise des parkings d'échange en grand nombre, aux ports extérieurs d'embarquement des TPG, puisque les Genevois ont refusé de cofinancer des parkings d'échange en France voisine. Et dans la foulée, s'engage dans L4.

    Lire la suite

  • Le directeur veut dépoussiérer le Muséum

    "Le PSC est un processus long et exigeant..." écrit Sami Kanaan en exergue du Projet scientifique et culturel 2020 du Muséum d'histoire naturel de Genève. Diable oui, voilà cinq ans que le PSC 2020 a été rédigé. C'était une première suisse. Et depuis? Rien de visible, pour le commun des mortels du moins, sinon l'étude en cours (depuis 2012) d'un projet sensé préserver les 120'000 bocaux conservant les trésors du musée dans l'alcool. C'est un risque majeur d'incendie que ces 48'000 litres d'alcool, a dit un office fédéral qui, aveugle au fait que ces bocaux n'ont jamais provoqué le moindre incendie, commande la construction d'un fortin à plus de 20 millions. Normal. Dans notre société qui ne tolère plus le risque, seul le principe de précaution fait loi. Ici comme ailleurs. 

    Que pourrait-on faire d'autres avec ces millions en réduisant le risque par une élimination critique de ces bocaux, tenant compte des outils contemporains de traitement des données? Créer avec d'autres muséums des applications permettant aux visiteurs de voir la vie des animaux empaillés en réalité augmentée via leur smartphone, des tablettes ou des casques louées? En fait cela existe déjà.

    Et puis, quelle est la valeur effective des spécimens conservés? Enfin, ce travail de conservation d'un patrimoine qu'on dit mondial est-il bien dans les attributions d'une commune? Je vais donc lire le PSC 2020 pour y chercher des réponses. En attendant, le directeur du Muséum, Jacques Ayer, a réagi à na note du 27 mars intitulée "Muséum: lugubre et poussiéreux". Voici sa réponse: 

    Lire la suite

  • Le Museum de Genève: lugubre, poussiéreux

    museum galerie.jpg

    Evidemment, on ne remet pas en cause l'outil scientifique que l'on ne connaît pas. On espère seulement qu'il n'est pas dans l'état des collections présentées au public. 

    Je n'étais pas retourner au Muséum de Genève depuis des lustres. La pluie de ce jeudi et la perspective de m'y rendre avec un petit garçon 4x4 (4 ans et 4 mois), vif et curieux, m'ont incité à y retourner. Quelle déception! Rien ne me semblait avoir changé depuis la création du plus grand musée d'histoire naturelle de Suisse (c'est le site internet de la Ville qui le dit et je ne saurais le mettre en doute). Des vitrines, rien que des vitrines, mortes, surchargées, sans aucune pédagogie ni scénographie, ni interactivité, ni actualité, le tout plongé dans une pénombre qui rend parfois difficile la lecture des rares indications. Un parti pris muséographique déprimant.

    Lire la suite

  • Pourquoi un rentier d'Onex paie deux fois plus qu'un rentier de Genthod?

    centimes additionnels 2019.jpgLa fiscalité des communes genevoises est digne des montres mécaniques à complications multiples que les ateliers genevois taillent dans l'or et le platine et sertissent de diamants pour en faire des compte-temps tout à fait obsolètes et anachroniques à l'heure où l'électronique bat au rythme du quartz ou de l'atome de césium (la seconde est égale à 9 192 631 770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les deux niveaux hyperfins de l'état fondamental de l'atome de césium 133). 

    Mon journal préféré rappelle ce jour que sur le territoire cantonal genevois, plus petit que la commune de Bagne ou que celle de Davos, 45 municipalités taxent leurs contribuables fort différemment: de 25 centimes par francs d'impôt cantonal à Genthod et 51 centimes à Chancy, 50,5 ct à Onex. 

    Lire la suite

  • Ne faudrait-il pas décapiter le général Dufour?

    canons restauration.jpgLes canons se sont tus. Ils ont tonné dans le petit matin froid, sous un ciel laiteux, 23 fois je crois, autant que de cantons suisses. La Restauration de la République est la commémoration la plus bruyante de Genève. On fête, dit-on, la libération de l'occupation française. Un jour avant que les troupes autrichiennes ne viennent s'installer, quelques patriciens genevois proclament la République. C'en est fini de Genève, préfecture du Département du Léman, un Grand Genève avant l'heure.

    Les protestants ne profitent de l'aubaine potentielle qui leur est donnée de doter la ville d'un arrière-pays. Ils préfèrent un canton croupion lié à la Suisse. 

    Lire la suite

  • Le quatrième pouvoir est-il bon pour la tête?

    barazzone savary.jpgLe quatrième pouvoir a-t-il contraint Guillaume Barazzone aujourd'hui, Géraldine Savary hier, x, y et z demain, à ne pas solliciter un nouveau mandat politique? Non. C'est accorder bien des pouvoirs aux médias professionnels (ou traditionnels). Les pressions sont venues d'ailleurs et bien souvent des partis même, dont ces politiciens ont été (et seront peut-être un jour) les porte-drapeau. Et leur décision, je veux le croire, ressort de leur propre examen de conscience.

    Politiquement, ces deux personnalités étaient devenues des poids morts, des risques trop importants pour leur parti respectif. La sanction qu'elles s'infligent peut paraître lourde mais elle s'impose et permet de remettre les compteurs à zéro. Elles en tireront même un avantage car c'est une vertu que de reconnaître son erreur. Leur acte sert de jalon. On leur en saura gré.

    Lire la suite

  • Pierre Maudet nous la joue-t-il à la Gérard Collomb

    Maudet et deux agents municipaux.jpgLe lendemain où sa journaliste préférée, ma consoeur Sophie Roselli, reçoit le mérité prix Jean Dumur, Pierre Maudet s'invite dans la Tribune pour rendre justice la Ville de Genève, honteusement recalée au dernier rang des smart-cities par Avenir Suisse, le labod'idées des grandes entreprises suisses.

    Pierre Maudet nous la joue-t-il à la Gérard Collomb, l'ex-ministre de l'Intérieur de Macron, redevenu cette semaine maire de Lyon? Notre président du Conseil dEtat, déchu de son trône, envisagerait-il de reprendre sa place de comaire de Genève, que son successeur Guillaume Barazzone va sans doute devoir abandonner, de gré ou par la force des urnes ou sous l'amicale pression de son parti? 

    Lire la suite

  • Les comaires de Genève doivent-ils tous démissionner?!

    audit cdc ville frais.jpg(Blog publié le 1er à 18h,
    mis à jour le 2 à 11h)  
    Quelle honte! Comment peut-on dépenser de telles sommes pour ses frais de bouche, ses costumes trois pièces, ses déplacements, des sorties nocturnes quand on touche un salaire de ministre (260'000 fr par an) pour des responsabilités pas bien élevées - les communes genevoises sont celles qui assument de loin le moins de compétences de toute la Suisse - , salaire auquel s'ajoutent des défraiements (13'200 fr /19'700 pour le maire/ + voiture + abo TPG et 1/2 CFF) et qu'on dispose de toute sorte d’occasions de déjeuner sans débourser une thune! 

    Que des avocats de haut vol, des médecins émargeant à l'assurance complémentaire (...) ou d'autres traders ou spéculateurs claquent leur fric est déjà problématique mais lorsque des élus sont ainsi pris la main dans le pot de confiture par le gendarme de l'administration, il n'y a qu'un mot: la honte. Et face à ce scandale, il n'y a qu'une action digne: la démission. 

    Lire la suite