Manifestations populaires

  • "En démocratie, avoir la liberté de mentir, c'est avoir le pouvoir de transformer le réel"

    mensonge.jpg"En démocratie, avoir la liberté de mentir, c'est avoir le pouvoir de transformer le réel". En lisant cette aphorisme d'un philosophe de 30 ans que je ne connaissais pas - Manuel Cervera-Marzal - en titre de la rubrique Idée de Libération de ce 7 février, je me suis demandé si le titulaire du nouveau ministère - ni "croupion" ni "mineur" - du Développement économique" de la République et Canton de Genève n'était pas au fond à la fine pointe de la post-vérité.

    La réponse est non. Car son mensonge avoué a voulu préserver, pour une raison toujours inconnue, un prince d'Arabie - pas démocrate pour un sous ni héraut des droits humains - dont on ignore toujours si son amicale libéralité est liée - dans le passé ou dans le futur - à un retour d'ascenseur. Ajoutant l'entêtement, voire le déni, au mensonge, l'ex-enfant prodige de la République, qui n'est au demeurant pas si magnifique ni compétent, abuse effrontément de la patience des Genevois et ne correspond en rien à ce mensonge politique qui ferait bouger les lignes. 

    Lire la suite

  • Je ne marche pas... pour le climat

    cliamt manif geneve.jpgQue sont devenus les indignés, ce mouvement qui avait pris un des ouvrages de Stéphane Hessel comme le nouveau petit Livre rouge, brandi naguère par les jeunes de la Révolution culturelle d'une Chine, qui n'a gardé du maoïsme, alors à son chant du cygne, que la dictature du parti communiste? Les indignés ont-ils vieilli? Regardent-ils, l’œil humide, leurs cadets défiler pour le climat (facebook et )?

    Qui dirige ce nouveau mouvement? Des puritains, des experts en sobriété, des agitateurs de la peur? Déjà les professionnels de l'agit-prop sont en tête du cortège et manipulent la masse des gamins sans boussole que le réchauffement climatique effraie. Les Verts-libéraux qui ont défilé samedi, dénonce une main-mise des rouges sur les verts. 

    Lire la suite

  • Ne faudrait-il pas décapiter le général Dufour?

    canons restauration.jpgLes canons se sont tus. Ils ont tonné dans le petit matin froid, sous un ciel laiteux, 23 fois je crois, autant que de cantons suisses. La Restauration de la République est la commémoration la plus bruyante de Genève. On fête, dit-on, la libération de l'occupation française. Un jour avant que les troupes autrichiennes ne viennent s'installer, quelques patriciens genevois proclament la République. C'en est fini de Genève, préfecture du Département du Léman, un Grand Genève avant l'heure.

    Les protestants ne profitent de l'aubaine potentielle qui leur est donnée de doter la ville d'un arrière-pays. Ils préfèrent un canton croupion lié à la Suisse. 

    Lire la suite

  • Premier miracle à Genève: F1 supprime les bouchons

    circulation 8h45 jeudi 21 juin pape francois geneve.jpgLes papes ne sont pas des surhommes mais ils sont, selon la tradition assis sur le trône de Pierre qui fut chargé de bâtir son église.

    Plusieurs ont été fait saints. Notamment JPII dont la ténacité et la résistance et l'allant et les racines polonaises ont fait notamment chuter l'empire des travailleurs, du moins celui que Lénine et ses affidés avaient cru ériger pour l'éternité. Même pas un siècle. Le modèle chinois, fondé non pas sur la révolte des ouvriers d'usine mais sur celle des paysans, s'est lui transformé en une pure dictature capitaliste qui fait trimer sa population et la traque de mille manière. Un véritable paradis, dont les Mao confis ici n'avaient évidemment pas rêver. 

    Mais ce matin, Alleluia, François est à Genève. Premier miracle, il n'y a plus ou quasi pas de bouchons dans la cité de Calvin*. Ok, il fait beau, mais nous ne sommes pas mercredi non plus. Mais attention, les miracles, c'est comme la loterie ça ne tombe qu'une fois et on ne sait pas quand ni où. 

    Lire la suite

  • Faut-il taxer les robots à col blanc?

    machine a laver.jpgLes robots à col bleu ont détruit des emplois depuis qu'on a inventé la roue- un travailleur se fatigue moins à charrier du fumier au moyen d'une brouette que sur ses épaules - ou la presse à bras - qui a mis les copistes du Moyen-Âge au chômage - ou encore les métiers à tisser à cartes perforées - qui ont valu à Lyon la révolte des canuts, qui est restée emblématique dans la la lutte des travailleurs contre la machine qui nous vole notre travail. Personne ne s'est offusqué que les machines à laver libèrent les femmes d'un boulot harassant et leur laissent le loisir de bosser dans les usines ou comme puéricultrices. Va-t-on taxer les robots ménagers?

    La peur de perdre son emploi frappe aujourd'hui les cols blancs, les métiers des services et même le noble art du professeur, qu'un bon système logique, associé à une dose d'intelligence artificielle qui adaptera le logiciel d'apprentissage aux spécificités de l'apprenant, peut remplacer dans toute une série de fonction répétitive. C'est le cas aussi des journalistes et de bien d'autres métiers.

    Ce futur angoissant du chômage des cols blancs est sans doute ce qui motive le bon docteur Oberson de militer pour la taxation des robots. Il n'y avait pas penser tant que les robots cassaient des cols bleus, ceux-là même, qui ont voté pour M. Trump et pourraient bien placer Marine à l'Elysée...

    Lire la suite

  • C'est difficile de faire la fête de Genève

    Étrange ambiance, samedi soir, à la sortie du feu d'artifice du désormais Geneva Lake Festival. Une fois la dernière fusée éclatée dans un tonnerre de crépitements assourdissants, le jet d'eau s'est effondré. Il avait majestueusement ponctué le dernier quart d'heure des tirs bien rythmés et plutôt poétiques du Français Berthonneau. Il n'a pas réapparu laissant la rade dans une nuit d'urgence, celle des feux bleus des vedettes de la police.

    La foule a poliment applaudi. Sans manifester ni effusion ni émotion ni fraternisation. Genève est une cité hors sol, davantage encore en plein été. Le monde s'y cotoie sans s'embrasser. Elle s'est calmement fondu dans les rues. Le quai du Mont-Blanc était bondé, mais il n'y avait rien à y faire. Aucun bal populaire.

    Lire la suite

  • Le dernier Euro?

    liberation les bleus.jpgHier soir, à Compesières alors qu'un chaud vent des moissons brassait les tilleuls faisant tomber leurs fleurs odorantes sur les tables des fans, un jeune garçon en maillot bleu a fondu en larmes. Il était passé 23h. Alors qu'on craignait l'injuste épreuve des tirs au but, la messe était dite grâce au coup de pied magistral et imparable. Le garçon était inconsolable et a fini dans la bras de sa maman, une belle en noir qui avait ceint le drapeau du Portugal autour de sa taille.

    Pourquoi pleures-tu, demandaient les amis autour de lui. Son grand-père répondit: Parce que son papa était pour la France. Hier et ce matin encore, de nombreuses familles ont été et sont ainsi déchirées.

    Merci l'Euro?

    Lire la suite

  • Small n'est pas toujours formidable

    lhasa chengdu.jpgFormidable! Une exclamation que ma génération associe à Adolf Ogi, ministre UDC, bonhomme et populaire, dont les vœux annonçaient une ère nouvelle grâce au tunnel du Lotschberg 2.0. Rien de virtuel dans ce trou minuscule au regard de la masse rocheuse qu'il transperce.

     

    Voilà que les Suisses font crier formidable ces prochaines semaines quand le tunnel de base du Gothard, masse alpine autrement plus symbolique, sera gommée par ce qui restera quelque temps le plus long ouvrage du monde.

     

    A l'autre bout de la planète, la puissance qui s'éveille étale sa puissance formidable, bâtit des barrages, des ports, des villes, des lignes de chemin de fer dont près de 5000 km de TGV. A marche forcée.

     

    J'apprends dans The Economist que Pékin va doubler la mise au Tibet. Le haut plateau est déjà relié par le nord au réseau de TGV chinois, voilà qu'une nouvelle ligne est en passe de relier Lhasa à Chengdu, 1600 kilomètres à l'est. Une région que l'hebdomadaire anglais persille de points bleus et orange autant de coins perdus, où des hommes protestent au point de s'immoler par le feu contre l'emprise de l'empire.

     

    Lire la suite