Information

  • Le formidable boulot des correcteurs

    liberation fact checking 31 déc 2019.jpgCertains vont rire. Tiens, s'il y en a un qui a bien besoin d'un correcteur, c'est bien vous mon cher Mabut. Certes, j'avoue mes coquilles et mes fautes de français. Ce n'est que le moindre de mes défauts. J'en demande pardon à mes lecteurs. Ma copie est rarement parfaite -  mais qui l'est - Je revendique néanmoins le droit de m'exprimer même imparfaitement. C'est un droit universel qu'il faut défendre.

    J'accueille volontiers les corrections et je remercie ceux qui m'en donnent. Mais, en même temps, comme dirait un personnage célèbre, je conteste le point de vue de certains qui voudraient m'interdire de publier tant que ma copie ne serait pas nickel ou qui juge mon propos davantage sur la forme que sur le fond.

    Lire la suite

  • Les journalistes comme les paysans?

    il est né le divin enfant.jpgSonnez hautbois, résonnez musettes...! Non ce n'est pas l'annonce de cette bonne nouvelle fêtée depuis l'an 336 par les chrétiens et dont notre monde marchand fait son beurre bien au-delà de ce mystère qui défie la raison, qui indiffère beaucoup, que nombre de raisonnants raisonnables rejettent, que d'autres combattent ou veulent confiner au domaine privé. Bref, Dieu s'est fait homme et pas n'importe lequel: le tout puissant est un pauvre, sans toit, fuyant le pouvoir, brûlant d'un seul et ardent désir - que les hommes s'aiment - fondant de ce fait la liberté, la justice, le respect des petits et la solidarité des grands.

    Non, la bonne nouvelle claironnée ces jours par le réd en chef de Heidi.news, le journal en ligne genevois né ce printemps, c'est que sa jeune rédaction a soufflé sous le nez du Club suisse de la presse de Genève le mandat de faire avec des fonds publics du journalisme constructif, du journalisme de solutions *.

    Lire la suite

  • TX Group imprimera-t-il encore des journaux dans 8 ans?

    tx group.jpgLes médias traditionnels sont-ils en train de disparaître? La question hante toutes les rédactions, y compris les rédactions digitales, sous leur ancienne forme radio TV ou sous leur nouvelle forme de pure player (né sur le net en français), mais qu'est-ce que le net à l'heure où les réseaux sociaux américains et chinois phagocytent l'attention des gens et les thunes de la publicité?

    Les médias traditionnels sont-ils en train de disparaître? Patrick Badillo, patron du Medi@lab de l'Université, analyse la question dans une chronique de ce jour dans la Tribune. Hier la Tribune a diffusé une succincte dépêche de l'ATS: Tamedia s'appellera désormais TX Group. L'assemblée des actionnaires du premier éditeur de Suisse a validé un plan de transformation annoncé fin novembre

    Lire la suite

  • Qui a raison: Zaki ou Lombardi?

    zaki lombardi.jpgIl n'y a rien de nouveau sous le soleil. Les relations entre les journalistes et les politiciens ont toujours été tendus. Que Pascal Broulis ou Pierre Maudet poursuivent un éditeur ou qu'une entreprise envoie une menace de procès si tel article sort n'est pas nouveau. C'est le point de vue de Filippo Lombardi, ex-conseiller aux Etats tessinois et toujours éditeur du Corriere del Ticini et de Teleticino qu'il a fondé. Chacun est dans son rôle et c'est bien ainsi. 

    Pas du tout, les réseaux ont changé la donne. Chacun peut devenir un média à lui tout seul: voyez Trump et ses 65 millions de suiveurs sur Twitter, TéléBlocher ou TéléMélenchon, ou encore ces influenceurs qui diffusent leurs points de vue et leurs bons conseils sans passer par le filtre d'une rédaction qui s'attache en priorité à rechercher la vérité, à éclairer un sujet sous tous les angles, à être impartial dans l'intérêt bien compris du public et de la démocratie. C'est l'avis de Myret Zaki, ex-rédactrice en chef de Bilan, devenue influenceuse.  

    Lire la suite

  • Aventinus, Longchamp et la nouvelle bière de la presse romande

    longchamp rts aventinus.jpgTapez Aventinus* sur le ouèbe et c'est le non d'une bière bavaroise noire, épicée et alcoolique  qui sort en tête. La fondation Aventinus que préside François Longchamp a-t-elle les mêmes ambitions de corser la production de la presse romande? 

    Qui sera éligible aux millions mis sur la table par Wilsdorf, Leenards, Michalski: renverse.co, LesObservateurs.ch, microjournal.ch, achetezmoins.ch, bonpourlatete.com,  heidi.news, reformes.ch. domainepublic.ch,  lacouleurdesjours.ch,  lacite.info qui annonce son retour en été 2020, domainepublic.ch,... ceux qui sont listés ici?

    Et pourquoi pas quelques blogs ** ou même notre chère RTS qui commence à sentir les effet d'un retrait de la pub, qui longtemps fit le bonheur des éditeurs? Ou tout simplement, comme le suggère le 19:30, d'un rapatriement en terre romande du journal Le Temps, lequel appartient au groupe Ringier/Axel Springer, mais dans les veines duquel coule encore le sang du Journal de Genève et de la Gazette de Lausanne?

    «Nous n’allons pas financer l’existant pour le plaisir», a prévenu l’ex-politicien et ancien journaliste au journal Le Temps.

    Lire la suite

  • Que faire pour le climat: de Landecy en passant par Bardonnex

    co2 heidi.jpgL'apéro de la rentrée des habitants de Landecy n'a réuni qu'une poignée d'habitants sous la fontaine. Les tartes et clafoutis aux pruneaux étaient pourtant excellents. On a parlé circulation bien sûr, des gendarmes couchés que la commune a prévu d'installer dans le village, dont la route tortueuse et les stationnements sauvages ne permettent de toute façon guère de dépasser les 30 km/h.

    On parle aussi du gymkhana de Bardonnex, que les douaniers suisses comme français font subir aux automobilistes qui empruntent sagement l'autoroute, matin et soir, provoquant des bouchons que notre chère RTS signale comme un métronome et qui reportent une partie du trafic sur le réseau vicinal, alors que les mêmes travailleurs passent devant la douane de Landecy à 50 km/h. 

    Mais pourquoi ne prennent-ils pas le nouveau bus 62, dont le terminus s'arrête au parking de Collonge-sous-Saléve ces travailleurs genevois? Voilà bien une bonne action qu'il pourrait faire sinon pour la quiétude des riverains du moins pour le climat.

    Surfant sur cette chaude actualité, Heidi.news, après nous avoir baladé dans les latrines du monde, les fromageries de l'Etivaz et coproduit un reportage fictionnel. embouche, justement, sur le mode kennedyen*, la trompette climatique. Jéricho nous voilà!

    Lire la suite

  • Les jeunes sont rares, leur mobilisation compte

    greta le pouvoir au peuple.jpg

    En Europe et en Suisse, les jeunes sont rares. Tout ce qui est rare a du prix. C'est ainsi que les vieux, dont je suis, regardent avec des yeux embués les jeunes se mobiliser pour le climat. Temps présent, qui porte bien son nom, nous a donc livré, ce 5 septembre, un reportage bon enfant, sans l'ombre d'un bémol. Les réseaux sociaux se chargent de colporter aux quatre coins de la planète le slogan en vogue: Que voulons-nous? La justice climatique! Quand la voulons-nous? Maintenant!", crié en anglais, of course, pour être entendu par le plus grand monde. 

    Ils ne marchent évidemment pas pour le climat qui n'en a cure comme la santé se fiche de ses coûts. Ils marchent pour eux, car les experts leur expliquent et ils les croient - comment pourraient-ils faire autrement - que l'urgence est là, que dans 15 ans l'enfer sera à nos portes, que trois degrés de plus c'est trois degrés de trop et qu'il est intolérable que les politiques fixent la neutralité carbone à 2050 alors qu'il la faut pour 2030.

    Lire la suite

  • Gilets jaunes de Plan-les-Ouates au micro de notre chère radio publique

    plan les ouates sitg  rts.jpg

    Je n'ai pas eu le loisir d'écouter la première tranche de l'émission #GenieSuisse, ce matin, et n'ai pu écouter que par bribes celle du 12h30. Comme beaucoup sans doute. Et Forum en direct de Plan-les-Ouates me passera sous le nez aussi. Pas le temps d'écouter le podcast. Pourtant, a dit la journaliste, il fallait bien écouter les deux première émission pour avoir un avis équilibré sur Plan-les-Ouates, première commune à passer sur le gril. Au 12.30, le micro était tendu à des gilets jaunes et des Sam suffit, des nostalgiques du village d'antan, visiblement dérangés par la zone d'activités.

    Plan-les-Ouates, c'est 10'700 habitants et 12'500 emplois en équivalent temps plein. Qui dit mieux?

    Au micro, personne pour faire le rapport entre cette zone industrielle et la prospérité de la Suisse (et de Plan-les-OUates), sa politique sociale généreuse et son offre de santé sans pareil. Devrait-on changer les premier mot de l'alinéa 2 de l'article 2 de la Constitution fédérale? La Confédération favorise la prospérité commune... 

    Lire la suite