Information

  • "Au final, Gabriel ne sera pas mort pour rien." Fernand Melgar

    fernand melgar dealer.jpgJe n'ai suivi, comme beaucoup sans doute, que par la bande la dénonciation par Fernand Melgar du deal de rue à Lausanne. Lausanne la rupestre, comme avait dit avec toute la morgue qu'un Genevois peut avoir du haut de son jet d'eau un magistrat Vert de notre bonne petite ville, "où le deal de rue est aussi déployé qu'ailleurs", a dit un Municipal de la cité vaudoise pour dire que chez lui tout allait bien.

    J'ai suivi aussi d'une oreille le dernier Infrarouge d'Esther Mamarbachi consacré à ce sujet justement, où chaque responsable s'est empressé de déclarer que le deal était sous contrôle. Et que les consommateurs étaient au fond libres de consommer et qu'il n'était pas question de remplir Champ-Dollon avec la fine fleur de la société qui sniffe à l'occasion quelques lignes de coke - ça fait tellement du bien, paraît-il.

    L'avenir atteint Genève.

    Lire la suite

  • Le Matin, La Presse et la presse

    le matin numerique.jpg

    Le Matin devient une marque 100% numérique, annonce Tamedia. Le numérique est dans l'air du temps, branché, envahissant. Rien n'y échappe. On y est enchaîné comme les condamnés à leur boulet (devenu bracelet électronique, traceur et interprète "intelligent" de tous nos faits, gestes, pets et pensées). Sauf que le numérique n'est pas un paradis pour tous et partout. Notamment pour les entreprises de presse classique, dont la fortune a été plutôt bonne jusqu'à la bascule du millénaire.

    Le quotidien La Presse au Québec, dont j'ai pu croire ici et  qu'il pouvait représenter l'avenir de la presse, a été un des premiers à abandonner son édition imprimée et à miser sur le numérique. L'an dernier, il a aussi bazardé son édition imprimée du week-end et a fondé entièrement son avenir sur un site internet modernisé et gratuit. Son éditeur, qui n'a jamais publié les chiffres de cette aventure, vient de le lâcher, a raconté Le Temps, le 21 mai dernier. 

    Lire la suite

  • Vaud baisse ses impôts et reste bien plus cher que Genève

    broulis baisse impôts.jpg

    Gros titre ce soir au 19.30, Darius Rochebin encense le ministre vaudois des finances Pascal Broulis, qui va baisser les impôts, lequel souligne aussitôt qu'il va falloir tenir serrées les dépenses. Ah quel beau canton que le canton de Vaud qui annonce une baisse d'impôt, qui depuis des lustres montre que socialistes et PLR  peuvent s'entendre, que le couple brouillard malice est à l'évidence toujours à la  manœuvre, un canton modèle sans doute. Et bla bla bli et bli bli bla.

    On sourit...

    Lire la suite

  • La presse nous cache des choses

    ecr courrier pastoral.jpg

    Un lecteur assidu tance régulièrement mon journal préféré pour son incomplétude. Branché sur le conflit israélo-palestinien, dont on espère qu'il ne deviendra pas un conflit moyen-oriental, il constate que le choix d'articles publiés par la Tribune reflète insuffisamment les exactions des Palestiniens à l'encontre des Israéliens. Rarement le contraire.

    Tous les lecteurs pourraient se plaindre pareillement.

    Lire la suite

  • La Presse va bien, le Tagi perd 18% de ses lecteurs, Blocher capte GHI

    la presse 5 ans.jpgLa Presse va bien. Du moins c'est ce que dit l'entreprise québecoise qui a fêté ce dimanche modestement cinq ans de La Presse+. Le journal a tout misé sur un site internet gratuit et sacrifié son édition papier qui tirait tout de même à 180'000 exemplaires en deux étapes*. Non sans redimensionner sa rédaction.

    Une exception qui n'est pas un modèle? Aucun média quotidien traditionnel n'a, à ma connaissance, suivi ce chemin radical, qui reste périlleux**. Mais en connaissez-vous un qui ne le soit pas, à part celui des ogres Facebook, Google, Twitter, Instagram, Youtube et Cie, qui vivent de la production gratuite des internautes et aspirent la valeur créée par les rédactions?

    En Suisse, les grands journaux continuent de perdre des lecteurs. Le Tages Anzeiger, le navire amiral du groupe zurichois qui possède la Tribune, 24 heures et Le Matin notamment, a perdu un lecteur sur six, 18% lit-ont dans persoenlich.ch (et ). 

    DERNIERE MINUTE: Tamedia rachète la BalserZeitung et vend GHI à Blocher (ici et ). GHI plus de 160'000 lecteurs hebdomadaires, c'est plus que l'audience quotidienne de mon journal préféré.

     

    Lire la suite

  • La Journée internationale des Fake News

    poissons d'avril.jpgLe 1er avril est la journée internationale des Fake News. Une fois l'an, nous, les consommateurs d'infos, sommes requis de faire fonctionner notre esprit critique et de débusquer la nouvelle qui est fausse, truquée, fabriquée de toutes pièces, volontaire exagérée, bref de nature à prendre à leur propre jeu les crédules que nous sommes tous peu ou prou (car l'humain aime croire).

    Ce 1er avril était particulier. C'était un dimanche et peu de journaux sont publiés ce jour-là. Donc peu de Fake news cette année. Et ce dimanche coïncidait avec la fête de Pâques. Un milliard de chrétiens ont rappelé que Christ est vraiment ressuscité.

    Une nouvelle proprement incroyable, pas scientifique pour deux sous, qui a certes eu des témoins, mais c'était il y a deux mille ans, et leur témoignage n'a fait l'objet d'aucun procès-verbal indépendant. 

    Lire la suite

  • Republik: est-ce Bon pour la Tête?

    IMG_3698.jpgJ'ai déjà eu l'occasion ici de dire ma perplexité après avoir lu les 50'000 mots d'un article publié par Republik, le nouveau média en ligne zurichois, qui veut, comme toutes les jeunes pousses médiatiques, réinventer le journalisme. Selon mon journal préféré, «Republik» relève le défi d’un média affranchi de la pub. Il a réussi à collecter plusieurs millions dans ce but au travers d'une souscription publique. (Bon pour la Tête n'a pas eu droit à la même couverture médiatique mais on peut se rattraper avec cette vidéo  mise en ligne en juin 2017)

    "Et Bon pour la tête que faut-il en penser", m'a demandé un bon observateur de la scène médiatique? J'ai donc payé 96 francs pour contracter un abonnement d'un an. Et je me suis retrouvé Gros-Jean comme devant. 

    Lire la suite

  • Federer, de GOAT à UDC

    federer 20e.jpgJe ne suis pas un fan de tennis, mais je reconnais que les champions ont quelque chose de fascinant. Federer, à entendre les panégyriques que déversent notre télévision publique et tous les journaux suisses au soir de son vingtième titre en grand chelem, est plus qu'un champion. On dirait un saint si ce mot n'était pas politiquement correct. Encore que #GOAT (greatest of all time) est sans doute trop policé pour en fait un vrai. Les saints ont rarement un parcours sans accrocs, lesquels sont d'une toute autre nature qu'une blessure qui vous tient six mois hors jeu. 

    Ce que je retiens encore, c'est que notre Rodger, notre Fedou à nous, est à moitié suisse (sa mère est comme on sait sud-africaine d'ascendance française et néerlandaise, dit wikipedia), ce qui doit nous rendre un peu modeste, à l'instar de nos voisins si cocardiers dont l'équipe de football est comme chacun sait black blanc beur. 

    Lire la suite