Vu du Salève: Genève... - Page 10

  • Poggia n'aime pas les milliards

    Poggia teaser.jpgIl y a quelques jours le consultant Ernst & Young (EY pour les intimes, dont le CA et l'équipe dirigeante sont exclusivement masculines) publiait une étude choc au titre alarmiste: Les primes d’assurance maladie vont doubler d'ici 2030. Ces quinze prochaines années, les coûts de la santé devraient en effet augmenter de 60%, à 116 milliards de francs (contre 71 milliards en 2014, soit 11% du PIB), dit EY en allemand (english et français coming soon).

    Une addition qui fait froid dans le dos. Et bien, sur son arbre perché, Me Poggia - ci-devant ministre des HUG, mais sans pouvoir sur l'assurance maladie et les autres prestataires de soins - n'en croa pas un mot dans le résumé du Plan de promotion de la santé 2030 qu'il vient de laisser tomber dans le marais politique en ce 8 février tout plein de crachin.

    Lire la suite

  • Une gouvernance d'experts pour le PAV?

    hodgers carre.jpgEn août 2009, j'ai rédigé sur le blog Métropole Genève un billet intitulé Comment piloter le PAV. Le libéral Mark Muller, alors aux commandes des Travaux publics rebaptisés avait déjà usé deux directeurs qu'il avait chargé de créer la Geneva green dowtown avec des gratte-ciel en son cœur. Huit ans plus, tard, on n'a toujours pas planté un clou. Sauf les CFF, maître et seigneur sur leurs terres, qui érigent, en marge du PAV, Pont Rouge entre le parking de l'Etoile et la gare du RER lémanique.

    Cette semaine, le Vert Hodgers sort de sa manche une Fondation PAV, le bras armé qui aura pour tâche, à l'abri des regards politiques et médiatiques et dans une dynamique propre, détachée d'une administration paralysée par le principe de précaution, de jouer au jeu du carré vide. Car ce qui plombe le PAV, c'est que son espace est plein, tout entier occupé par les quelque 1600 entreprises qui n'ont pas l'intention de partir à moins qu'on les paie très cher pour migrer.

    L'idée d'une Fondation est classique à Genève. Cependant il manque un étage démocratique à la fusée.

     

    Lire la suite

  • Dal Busco et ses collègues ministres des Finances doivent rassurer les Suisses

    IMG_3411.JPGLa gauche qui dit lutter contre le privilèges fiscaux est en train de conserver les statuts fiscaux spéciaux des holdings, des sièges de multinationales et des négociants en matières premières, toutes des activités financières souvent opaques, que par ailleurs elle critique à tout va.

    La gauche qui s'est fait le chantre de l'Europe et de l'internationalisme conserve un régime fiscal qui spolie d'autres nations.

    La gauche toujours prompte à augmenter les impôts se fait la défenderesse de la classe moyenne, dont les impôts, assure-a-t-elle, vont augmenter pour compenser les trois milliards de pertes fiscales de la RIE III, occultant le fait que les deux premières réformes de la fiscalité des entreprises ont au contraire debouché sur des augmentations des recettes fiscales (ce que montre le graphique, la part en rouge montrant le manque à gagner tel que la gauche l'évalue).

    La gauche enfin n'a aucune vergogne, année après année, à financer la politique sociale, notamment, grâce à des recettes fiscales indues, fruit d'un dumping suisse, des recettes qu'elle sait menacées depuis dix ans.

    Extraordinaires paradoxes.

    Cerise sur le gâteau, la gauche semble, à dix jours de la clôture du scrutin, plus crédible que la droite prise de court et que menace une défaite historique dimanche 12 février. Décidément, il n'y a pas que Trump qui manie la démagogie.

    Lire la suite

  • Infrarouge: bon pour la tête?

    IMG_0911.JPG"Les personnes âgées sont réfractaires au numérique..." Tibère Adler est vraiment conformiste ce soir à Infrarouge. Qui manipule le plus le papier? Les jeunes, les actifs, les mobiles, avec 20 Minutes, le canard qui marche parce qu'il mixe sans prétention ni sermon un peu de l'actu "sérieuse" distillée par la RTS (qui n'existe que parce que nous sommes obligés de payer la redevance) et beaucoup de distraction.

    "Les éditeurs qui réclament un rendement à 15%". Le mythe est solide. Mamarbachi ne peut s'empêcher de le répéter avec ce coup de langue qui dénonce les capitalistes près de leurs sous.

    Mais pourquoi donc les lecteurs abandonnent-ils les journaux? La question n'a pas été discutée

    Lire la suite

  • Qui sait combien il paie d'impôt?

    dal busco deneys.jpgJe donne une rapide introduction sur les budgets publics aux journalistes en formation au CFJM. Trois heures bien trop courtes pour ne serait-ce que décrypter la notion de déficit - en langue orthodoxe un excédent de charges - ou de bénéfice (un excédent de revenus, les mots ne sont pas innocents).

    A l'occasion, je leur demande quel part de leurs revenus, ils paient en contributions publiques. Très rares sont ceux qui le savent et qui sont en mesure de faire la liste complète des prélèvements. L'impôt sur le revenu est cité certes, mais plusieurs oublient la TVA, les diverses taxes sur les carburants, l'alcool, le tabac. Aucun ne cite la politique agricole qui renchérit les prix des produits alimentaires assurant aux paysans suisses un prix plus élevés que celui que touchent leurs collègues européens.

    Et pourtant, à propos de la troisième réforme des entreprises, on se chamaille sur les chiffres comme des chiffonniers, perdant souvent de vue la raison d'être même de la réforme: éviter que la Suisse ne voie s'envoler ses poules aux œufs d'or, que sont certaines entreprises étrangères - holdings, négociants en matières premières, sièges de multinationales -, dont l'OCDE et l'Union européenne exigent l'abolition des privilèges fiscaux.

    Lire la suite

  • RIE III? Parce que!

    IMG_3405.JPGPourquoi la terre est ronde? Parce que! Parce qu'elle tourne!

    Mais pourquoi elle tourne? Parce que... parce que l'univers est dynamique!

    Et pourquoi l'univers est dynamique? Parce que... Parce que... Et puis tu m'énerves. Parce que c'est comme ça!

    On a un peu assisté à ce genre de dispute ce soir à Uni Dufour.

     

    Lire la suite

  • A quel prix de revient, le kilowattheure solaire?

    dal busco hodgers solaire.jpgLe ministre des bâtiments publics est aussi le ministre des impôts et le ministre du budget. Le budget, c'est l'art d'équilibrer les revenus (qui viennent essentiellement des impôts) et les dépenses dont s'occupent ses cinq autres collègues (le département présidentiel dépense peu). Les dépenses dépendent du vote des lois par les députés (qui en mesurent rarement les conséquences, n'en subissant généralement pas les effets personnellement).

    Les dépenses, c'est aussi l'art (consommé) que déploient les fonctionnaires à appliquer les lois et les règlements en veillant à leurs conditions de travail, à la satisfaction des clients (qui reçoivent le plus souvent les prestations publiques gratuitement et n'en mesurent donc pas le prix) et au respect des principes de prévention et de précaution qui exigent avant d'agir un avis d'expert et parfois de plusieurs ...

    Le ministère du budget est complexe, celui des impôts l'est au moins autant voire plus. Mais voilà que, depuis que Genève vit sous l'ère d'une présidence durable, le ministre du budget et des impôts s'occupe aussi des bâtiments publics. Avec son collègue, ministre de l'énergie qui est aussi et principalement ministre du territoire et du logement, logements qu'il peine à produire en nombre suffisant (le long des voies de tram) pour loger les travailleurs actifs à Genève; il est donc de ce fait pour partie responsable de la croissance forte du nombre des pendulaires (qu'on appelle frontaliers quand il traverse une frontière nationale) et aussi des bouchons...

    Bref, nos deux ministres, celui des bâtiments et de l'énergie, ont trouvé le temps pour décréter la généralisation du solaire sur les toits des bâtiments publics.

    Lire la suite

  • Pourquoi vit-on au pied des volcans?

    volcan plusieurs.jpgC'est une chose singulière de voir que tant les humains par millions continuent de vivre au pied des volcans, dont l'histoire a montré combien ils peuvent être meurtriers et même changer le climat de la planète entière au point, dit-on d'affamer les gens à des milliers de kilomètres de leur bouche éructante et de les pousser à la révolte.

    Il en va de même des zones sismiques, du côté de LA, d’Istanbul et d'ailleurs, des zones inondables ou exposées aux tsunamis, où des ingénieurs et des administrateurs, dont on ne peut mettre en doute la compétence, n'ont pas hésité à bâtir des centrales nucléaires.

    Vivons-nous, alors que nous allons commémorer les 40 ans de Mai 68, au pied d'un volcan social? Sommes-nous à l'aube d'une éruption cataclysmique, cathartique?

    Lire la suite