Vu du Salève: Genève... - Page 9

  • Faut-il construire de nouvelles routes à Genève?

    verts harbor gateway los angeles.jpg

    La route des Nations qui doit relier le coeur de la Genève internationale à l'autoroute au nord du Grand Saconnex a été officiellement lancé en octobre 2017. Mais - faisons confiance aux amis des vers de terre et autres défenseurs des libellules (dont on doit bien évidemment défendre l'espèce comme toutes les autres, y compris la nôtre) - mais donc, soyons sûrs que quelques obstacles, oppositions riveraines, nappe phréatique, vestiges allobrogiens ou plus anciens ralentiront la création de cette voie voulue par la majorité du peuple*, via ses représentants au Grand Conseil. 

    La route Bachet-de-Pesay-Pierre-Grand que l'Etat a enfin mis sur les rails est semblablement contestée par les Verts, les voisins évidemment et par la commune de Plan-les-Ouates. Qu'importe que PLO soit une des plus riches communes du canton grâce au découpage des zones d'activités. Elle exige que le tram précéde les immeubles dans la vaste plaine agricole des Cherpines, où prospèrent encore quelques vestiges de notre art culinaire local: le cardon épineux argenté de Plainpalais AOP.

    Lire la suite

  • Chers pendulaires, navetteurs, commuter, Pendler,... frontaliers

    fiscal 2011 frontaliers.jpgDans toutes les villes du monde, vous allez et venez matin et soir dans le bruit, la poussière, les gaz d'échappement, le stress, la promiscuité des transports publics, sacrifiant des minutes précieuses, parfois des heures, que vous enlevez à votre vie familiale. La ville centre qui vous emploie tire de votre labeur une bonne part de sa prospérité.

    Vous êtes pendulaires, navetteurs, commuter, Pendler, banor i periferisë, viajante habitual, abbonato... A Genève, vous êtes des frontaliers. Parce que vous habitez de l'autre côté d'une frontière fabriquée de toute pièce il y a 200 ans, vous voilà stigmatisés, vilipendés par voie d'affiche et feu de bouche. Vos plaques européennes vous dénoncent. 

    Lire la suite

  • Hommes de pouvoirs, grosses têtes et grandes gueules à Genève

    armoirie drapeau geneve.jpgIl y a une chose qui frappe dans l'excellente série de mon journal préféré sur les hommes de pouvoir à Genève, c'est que la liste des nominés est inattendue. Certes, le banquier Ivan Pictet, l'homme de Genève gagne et de la fondation pour Genève, qui l'a ouverte, et l'industriel devenu financier Ernesto Bertarelli, l'homme du défi Alinghi, mais aussi de la vente de Serono à Merck, qui l'a close, sont deux incontournables de l'entreprenariat genevois. Les autres peinent à convaincre que leur influence dépasse significativement celle de beaucoup d'absents de cette série.

    Une autre observation me frappe, c'est l'absence de tout homme (et femme) politique, présent passé ou à venir. Aucun élu à Berne, aucun maire d'une commune ne serait donc un homme d'influence, aucun conseiller d'Etat passé, aucune conseillère fédérale même. Il est vrai que c'est le choix assumé de la rédaction à la veille des élections cantonales que de ne pas retenir les politiques. Cependant, dans les autres cantons, des industriels, des journalistes, des secrétaires patronaux, des syndicalistes, des paysans, des assureurs sont aussi des élus de poids.

    Sélectionner les 10 mecs qui comptent est évidemment un exercice casse-gueule: Quel serait votre propre liste des hommes d'influence à Genève? Et celle des femmes d'influence? (postez-la dans les commentaires!)

    Lire la suite

  • Les poules suisses et les médecins suisses

    1382094C-BAAE-4FE6-AC05-878F3BA7C7E9.jpeg11’276’900. C’est le nombre des poules dans les poulaillers suisses. Il y en avait 10’893’422 en 2016 et 10’752’686 en 2015. La statistique suisse est merveilleuse et précise à la poule près.

    Mais depuis 2009, on ne sait pas combien gagnent les médecins, on ne sait pas de quoi est composé exactement leur chiffre d’affaires, on ne sait pas quel est leur temps de travail effectif, on ne sait rien des intérêts qu’ils ont dans les laboratoires et dans les pharmas, on se demande bien qui a voulu et pourquoi on a construit l’usine à gaz qu’est le Tarmed suisse.

    Lire la suite

  • 31 conseillers d'Etat et 623 députés: pourquoi faire?

    hannetons.png"De rien pour arriver à pas grand chose". C'est sans doute l'inconnu Axel Amberger qui a trouvé le libellé le plus véridique pour sa liste de candidature au Conseil d'Etat genevois le 15 avril prochain (voir toutes les listes). Quoique

    En quatre ans et demi (puisque la Constituante a eu la "belle" idée d'allonger la législature de quatre à cinq ans - avant 1957, on en était à trois ans, le cycle naturelle de la reproduction des hannetons...), en quatre ans et demi donc, nos députés ont voté pour près de 40 milliards de francs de dépenses et autorisé l'Etat à encaisser presque autant d'impôts.

    Lire la suite

  • Republik: est-ce Bon pour la Tête?

    IMG_3698.jpgJ'ai déjà eu l'occasion ici de dire ma perplexité après avoir lu les 50'000 mots d'un article publié par Republik, le nouveau média en ligne zurichois, qui veut, comme toutes les jeunes pousses médiatiques, réinventer le journalisme. Selon mon journal préféré, «Republik» relève le défi d’un média affranchi de la pub. Il a réussi à collecter plusieurs millions dans ce but au travers d'une souscription publique. (Bon pour la Tête n'a pas eu droit à la même couverture médiatique mais on peut se rattraper avec cette vidéo  mise en ligne en juin 2017)

    "Et Bon pour la tête que faut-il en penser", m'a demandé un bon observateur de la scène médiatique? J'ai donc payé 96 francs pour contracter un abonnement d'un an. Et je me suis retrouvé Gros-Jean comme devant. 

    Lire la suite

  • La belle, la bête et le CEVA

    marguerite fleur.jpgJe t'aime, un peu, beaucoup, à la folie... pas du tout. Je t'aime, un peu, beaucoup, à la folie...

    Lisa a une bouche un peu "poteuse". Elle a glissé vendredi dernier sur les ondes de notre radio nationale à abonnement obligatoire un petit mot qui fait depuis le beurre des gazettes à défaut de faire le buzz sur les réseaux. "Mais vous êtes fou Monsieur Barthassat". Le grand Luc a répliqué du tac au tac: "Pas de vous en tout cas!" Et voilà la machine médiatique mise en branle. Mon journal préféré a sondé les propos des deux élus d'où il ressort que l'un comme l'autre ont proféré des vérités approximatives. 

    Mais personne. à ma connaissance, n'a relevé que le coup d'arrêt donné aux trams, outre les recours collectifs ou individuels que permet notre démocratie surdéveloppée - signe qu'elle se soucie peut-être plus des intérêts particuliers que du bien commun - s'explique aussi par le siphonnage du budget des investissements qu'exerce la construction du CEVA: près de 2 milliards (dont 235 millions d'euros côté français) au dernier compte, dont deux tiers à la charge de la Confédération (proportion promise en 1912 par la régie alors toute jeune des CFF).

    Lire la suite

  • Federer, de GOAT à UDC

    federer 20e.jpgJe ne suis pas un fan de tennis, mais je reconnais que les champions ont quelque chose de fascinant. Federer, à entendre les panégyriques que déversent notre télévision publique et tous les journaux suisses au soir de son vingtième titre en grand chelem, est plus qu'un champion. On dirait un saint si ce mot n'était pas politiquement correct. Encore que #GOAT (greatest of all time) est sans doute trop policé pour en fait un vrai. Les saints ont rarement un parcours sans accrocs, lesquels sont d'une toute autre nature qu'une blessure qui vous tient six mois hors jeu. 

    Ce que je retiens encore, c'est que notre Rodger, notre Fedou à nous, est à moitié suisse (sa mère est comme on sait sud-africaine d'ascendance française et néerlandaise, dit wikipedia), ce qui doit nous rendre un peu modeste, à l'instar de nos voisins si cocardiers dont l'équipe de football est comme chacun sait black blanc beur. 

    Lire la suite