Vu du Salève: Genève... - Page 4

  • La raquette de Cointrin et le coup manqué du CEVA

    IMG_3433.PNGDans son dernier bulletin, le TCS genevois donne la parole au projet ferroviaire de l'ingénieur Weibfel, lequel remet sur le tapis la suppression du cul de sac de la gare de GVA (Geneve Voltaire Aéroport), en créant une voie de retour sur Cornavin du côté du Vengeron. De son côté, le Conseil d'Etat a changé ses plans initiaux. En 2007, dans son premier projet d'agglomération, il proposait une raquette pour relier Cornavin à Cointrin. Il a opté en 2012 pour une croix ferroviaire avec une voie qui passerait sous la gare et sous la piste de Cointrin pour retrouver ensuite la vieille ligne du PLM de 1860. 

    Il s'agit dans les trois cas de réparer une erreur essentielle du CEVA: Le tracé du RER lémanique, conçu à la fin du XIXe siècle, ne dessert pas l'aérogare. Et pour cause! En 1900, l'avion n'existait pas. 

    En prenant un peu de hauteur, on se rend bien vite compte que le CEVA tourne à l'envers et qu'une option qui aurait marié le train et la route dans une traversée du lac (plutôt qu'un tunnel uniquement ferroviaire et bruyant sous Champel) aurait permis de mieux répondre aux besoins du Grand Geneve. 

    Lire la suite

  • Faut-il taxer les robots à col blanc?

    machine a laver.jpgLes robots à col bleu ont détruit des emplois depuis qu'on a inventé la roue- un travailleur se fatigue moins à charrier du fumier au moyen d'une brouette que sur ses épaules - ou la presse à bras - qui a mis les copistes du Moyen-Âge au chômage - ou encore les métiers à tisser à cartes perforées - qui ont valu à Lyon la révolte des canuts, qui est restée emblématique dans la la lutte des travailleurs contre la machine qui nous vole notre travail. Personne ne s'est offusqué que les machines à laver libèrent les femmes d'un boulot harassant et leur laissent le loisir de bosser dans les usines ou comme puéricultrices. Va-t-on taxer les robots ménagers?

    La peur de perdre son emploi frappe aujourd'hui les cols blancs, les métiers des services et même le noble art du professeur, qu'un bon système logique, associé à une dose d'intelligence artificielle qui adaptera le logiciel d'apprentissage aux spécificités de l'apprenant, peut remplacer dans toute une série de fonction répétitive. C'est le cas aussi des journalistes et de bien d'autres métiers.

    Ce futur angoissant du chômage des cols blancs est sans doute ce qui motive le bon docteur Oberson de militer pour la taxation des robots. Il n'y avait pas penser tant que les robots cassaient des cols bleus, ceux-là même, qui ont voté pour M. Trump et pourraient bien placer Marine à l'Elysée...

    Lire la suite

  • Building Global Community: première épître du Livre des faces

    IMG_3430.PNGMais de quoi il se mêle ce mec!

    Le mec, c'est Marc Montagne de Sucre. Il a créé en moins de 15 ans le plus grand média du monde. Et pas un média traditionnel qui ne fonctionne que dans un sens - celui des journalistes vers les lecteurs - qui ne laissent à ceux-ci que le choix de payer ou de ne pas payer. Non, le Livre des faces - c'est le nom de l'entreprise de M. Montagne de Sucre - est tout au contraire construit sur l'interaction gratuite des usagers. Le Livre des Portraits ne produit rien, il met en relation des amis. (Et se finance entièrement, tout comme 20 Minutes, TF1 ou CNN, grâce à la pub, mais aussi grâce aux mises de fonds de ceux qui ont cru dans ce projet.)

    Au fond, c'est comme une religion. Une religion ne produit rien, elle met les croyants en relation directe ou non avec une ou des divinités, ou le contraire dans les religions révélées. Et par voie de conséquence entre les humains eux-mêmes, qui sont (ou devraient être) aussi des amis, voire des enfants de Dieu.

    il manquait cependant au Livre des faces un Evangile. Building Global Community est sans doute sa première Épître.

    Lire la suite

  • Pourquoi je suis contre le plan de déclassement de Compesières

    compesieres ecole carte.jpgAujourd'hui, dit la FAO, s'ouvre la consultation pour création d'une zone sportive, d'une zone de verdure, d'une zone 4B protégée et d'une zone affectée à de l'équipement public (Plan N° 29992-505) à Compesières. Le hameau fut le chef lieu de la grande commune éponnyme, comprenant jusqu'au malheureux divorce de 1851, les actuelles municipalités de Plan-les-Ouates et de Bardonnex (avec Saconnex-d'Arve, Arare, Croix-de-Rozon, Charrot et Landecy et quelques autres hameaux).

    Le déclassement de la zone agricole de Compesières est une étape importante d'une saga politico-juridique vieille de plus de 25 ans, qui a coûté plusieurs centaines de milliers de francs à ma commune (on ne doit pas être loin des deux millions en comptant tout et même plus si l'on inclut l'échange avec la paroisse de Compesières)

    Tout ça pourquoi? Pour construire une nouvelle école, l'actuelle qui a formé depuis 1898 des milliers de gosses dans un immeuble Camoletti, dont l'architecture dénote singulièrement dans le site de la campagne genevoise, n'offre pas les 80 mètres carrés d'espace réglementaire et est trop petite pour accueillir la population. Le premier pavillon scolaire provisoire date de 1982! Le dernier en date devra être démoli en 2018!

    Lire la suite

  • Rade, lac, GVA, TGVCH, PAV: des espoirs genevois

    rade grand jardin anglais.jpgPrenez un mot bateau: espoir. Il est un des rares qui, mis au pluriels indéfinis, en donne un autre: des espoirs. Ce qui, on en convient, n'a formellement rien à voir avec le désespoir qu'il est curieux de penser au pluriel d'ailleurs. Les ressources du net nous permettent de poursuivre cette entame philosophique en méditant sur les citations dont le Larousse en ligne nous propose une sélection.

    Espoir donc que la Genève du XXIe siècle mette les projets du XIXe en œuvre. Le CEVA, dont le tracé a fait l'objet d'une convention entre le Canton et les alors tout jeunes CFF en... 1912, en est une. Pas le meilleure: j'espère que l'avenir démontrera le contraire.

    Espoir que Genève quintuple la surface du Jardin anglais et lance sur le lac un pont digne des plus beaux ouvrages du monde, qui raccorde GVA au Mont-Blanc, en attendant un TGV suisse (Genève-Zurich en une heure) et, dans le PAV ou ailleurs, la première tour maraîchère et son circuit d'ascenseurs autonomes...

     

    Lire la suite