Vu du Salève: Genève... - Page 2

  • La presse stigmatise les musulmans. Que faire?

    image musulmans stigmatises.JPGLa presse écrite suisse stigmatise les musulmans. C'est la découverte de la Commission fédérale contre le racisme. L'institut Foeg de l'Université de Zurich - qui publie par ailleurs un rapport annuel sur la qualité des médias - en dresse le tableau (essentiellement sur la base de cas alémaniques). Ni la Commission ni l’Université ne font des recommandations. On les lit donc en filigranes. On comprend que cette stigmatisation, résultant notamment des travers classiques d'une certaine presse (sensationnalisme, dramatisation), serait néfaste à une bonne intégration - lisez cohabitation - et que donc les médias écrits devraient corriger leur tri, leur ton, les faits (?). 

    On s'interroge de cette stigmatisation en bloc des médias écrits, alors que leur audience est en chute. Effet pervers d'une synthèse qui doit capter l'attention des journalistes (l'étude montre plutôt de grandes différences entre d'une part les titres du genre Weltwoche ou Blick et ceux du camp NZZ ou Le Temps d'autre part)? Pourquoi par ailleurs épargner les médias dominants que sont les réseaux sociaux et la télévision?  Seraient-ils trop difficile et donc trop coûteux à analyser?

     

    Lire la suite

  • Quel fusible peut encore sauver Pierre Maudet?

    maudet tdg la faute.JPG

    Le président des directeurs des Départements de justice et police de Suisse aurait donc menti et tenté de cacher la véritable identité de la personnalité qui a payé son voyage et celui de sa famille à Abu Dhabi en 2015.

    L'information développée par la Tribune de Genève et la décision du Procureur général de demander la levée de l'immunité du président du Conseil d'Etat genevois au Grand Conseil est stupéfiante. On se demande bien quel fusible pourra cette fois préserver le ci-devant ministre d'un magistral court-circuit.

    Le 27 février 2012, la Tribune publiait un article intitulé "Pierre Maudet peut-il sauver le Parti libéral-radical?" On était alors en pleine affaire Mark Muller. Empêtré dans une affaire de castagne dans un bar jouxtant alors l'hôtel des finances (la goutte d'eau qui a fait déborder le vase), soumis à de fortes pressions, le magistrat PLR avait démissionné.

    On connaît la réponse. Après avoir dénié son intérêt, le maire de Genève était élu sans discussion au gouvernement cantonal. On lui promettait la lune et le Conseil fédéral. Aujourd'hui peut-on écrire: "Le Parti libéral-radical pourra-t-il soutenir longtemps Pierre Maudet?"

    Lire la suite

  • Maudet lance MyPresseGE et l'abo obligatoire à un franc

    maudet intro site.JPGDans Le Temps de ce 29 août - un quotidien basé à Lausanne et propriété commune d'éditeurs zurichois et allemand - Pierre Maudet annonce, pour sauver la presse romande de la désaffection des lecteurs et des annonceurs, la création de MyPressGe.

    MyPressGE, une sorte de Spotify, qui serait payé par les géants des télécoms qui prélèveraient un franc sur les factures des connectés, bref, si j'ai bien compris, un abonnement obligatoire du même type que celui qui fait tourner notre chère SSR, un modèle économique que les Suisses ont plébiscité en mars dernier.

    Quand on tape dans Google "mypressege", on tombe sur mypress.ge et ceci 

    კომპანია "თეკ" შპს
    "თბილისის ექსპრეს კურიერი" 
    გთავაზობთ ქართული და უცხოური პრესისა და ლიტერატურის სრულ ასორტიმენტს. ჩვენ შეგვიძლია სახლში მოგაწოდოთ ნებისმიერი წიგნი, ჟურნალი ან გაზეთი. ამასთანავე, ფასები ჩვენთან ყველაზე დაბალია, კურიერის მომსახურება კი - უფასო! საკურიერო მომსახურება მუშაობს საქართველოს მთელ ტერიტორიაზე

    Lire la suite

  • Charrot les poireaux et les initiatives verte et gauchiste sur l'agriculture

    croix de charront et souvenraineté alimentaire.jpgCharrot, c'est un hameau de ma bonne commune, connue de Genève à Romanshorn et même plus loin pour son quotidien bouchon de Bardonnex sur l'autoroute A1, parce que des autorités, incapables ou optues, ne sont pas fichues de doubler la plateforme douanière franco-suisse ou de laisser circuler les gens sans qu'aucun garde-frontière, ni chicanes n'entravent le trafic, comme c'est le cas à toutes les autres douanes du canton (sauf donc sur l'axe autoroutier - il y a des logiques qui m'échappent).

    Les poireaux, c'est une des cultures maraîchères que la famille Vuillod cultive depuis des générations autour du hameau. La famille Vuillod est spécialisée dans la quatrième gamme, soit les légumes prédécoupés, lavés, ensachés, bref prêts à l'emploi et, pour partie, prémâché puisqu'elle livre aussi des quintaux de soupes aux hôpitaux. Depuis peu, la ferme Vuillod est bio, ce qui fait qu'on peine à distinguer parfois les herbes et les poireaux, épinards et autres légumes dans les champs de Charrot les poireaux.

    Si je vous en parle, c'est que son patron, Georges Vuillod est aussi député PLR au Grand Conseil genevois, et se trouve fort dépourvu, comme quelques autres membres de sa corporation, à l'approche de la votation du 23 septembre sur les deux initiatives agricoles, celle des Verts et celle d'Uniterre.

    Lire la suite

  • L'AVS, vue du Salève et vue de Prague

    Naguère, et c'est encore le cas pour la plupart des humains, les rites de passages étaient religieux - en ceci que l'Etat ne se distingue pas de la religion ou de la philosophie dominante. Même la science, me dis-je, a ses grands prêtres et ses dogmes auxquels il vaut mieux adhérer sous peine d'ostracisme. Ainsi en va-t-il du big bang, de l'héliocentrisme, de la chute des corps, de la sélection naturelle et de e=mc2 ou encore, sous nos cieux, du réchauffement climatique causé par l'humain gaspilleur (ce qui n'est donc pas le fait de tous les humains, d'où la part relative de cette dernière connaissance et sa part orgueilleuse puisque les gaspilleurs ont, nous assure-t-on, le pouvoir et la responsabilité de stopper le phénomène voire d'en renverser le cour).

    L'AVS est donc un rite de passage que je vais franchir à mon tour. 

    Lire la suite

  • La presse a besoin de croire au Messie

    balibar.JPGEmmanuelle Béart, en robe écarlate, est intronisée maire (dit-on mairesse?) de Montfermeil. Jeanne Balibar l'a à l'oeil. La cinéaste tourne Les Merveilles de la ville. Libération est sur le plateau et publie ce samedi le reportage d' Anne Diatkine. "L’heure est sérieuse, lis-je. Il s’agit de rendre immédiates les premières mesures de son programme, notamment celle qui consiste à multiplier les jours fériés tout en rebaptisant ceux qui existent déjà. Qu’on ne s’affole pas, Noël demeure mais devient également la journée de la presse (écrite), qui a bien besoin de croire au messie."

    Pour le dire tout net, je ne savais plus trop comment reprendre le court de mon blog après la pause estivale. Cette idée que Noël puisse devenir la journée de la presse me réjouit autant que celle de contrebalancer notre fête de l'Escalade avec celle de la paix de Saint-Julien le 21 juillet (1603)...

    Lire la suite

  • Les fake news et les fake believers

    courage ogm sotomo.jpgL'homme a marché sur la lune. L'homme est responsable du réchauffement climatique. La Russie a manipulé les élections américaines. Elle ou d'autres puissances pourraient manipuler les élections fédérales suisses en 2019. Les OGM sont dangereux. Les voitures autonomes réduiront le nombre des accidents sur les routes. La terre tourne autour du soleil. Le sucre tue plus que la cocaïne. La Suisse a été fondée le 1er août 1291 au Grütli. La vie commence à la conception. Hubble voit des galaxies lointaines qui n'existent probablement plus. Dieu a été créé par l'homme. Le Salève ne sera jamais genevois. Au commencement était le big bang. La vérité est ailleurs...

    On peut allonger la liste à l'envi. A l'heure des fake news, plus rien ne semble vrai. Tout peut être mis en doute. Même l’existence au fond. Ne sommes-nous pas des ombres qui s'agitent au fond d'une caverne?

    Lire la suite

  • Qui est cet Omar qui m'a tuer?

    IMG_4266.JPG"Omar m'a tuer". Mais qui est donc Omar?

    Le meurtrier du Matin papier serait Tamedia. Est-une fake ou une bonnes news?

    Difficile question en ce temps où le web, ses usagers et ses champions - autrement plus redoutables que le premier éditeur de Suisse - détrônent les journaux et les journalistes de leur monopole de l'information. Jusqu'à la popularisation du web, nous tenions en effet le primat de la parole et de la plume en matière de bonne information, comme naguère les prêtres et les pasteurs et, pour un temps encore, les professeurs. 

    Ce n'est plus le cas. La qualité de l'information se détériore comme s'effritent la transmission des valeurs par les religieux et les connaissances classiques par les professeurs.

    La banderole dit deux choses: que le Net serait le tombeau des journaux et donc des journalistes et que le fossoyeur est l'éditeur lui même. Fake ou bonnes news?

     

    Lire la suite