Affaires fédérales

  • De Bulle à Zoug en passant par chez vous

    100 francs nouveaux.jpgChacun sait que les Zougois sont des Suisses au-dessus de tout soupçon. Et que grâce à leur travail et leur frugalité - au fait quel est le bilan carbone du petit canton sans aéroport, où les valeureux Waldstâtten écrasèrent les troupes des Habsbourg sous les rocs et les rondins? - les Zougois sont parmi les Suisses qui paient le moins d'impôts. 

    Si je vous parle des Zougois, c'est que je prépare un cours que je donne tantôt au CFJM sur les budgets et les comptes publics. Et qui me fait replonger deux fois l'an dans la mécanique à complications multiples qu'est les miroirs comptables (c'est à dire marchands) des actions (et parfois des inactions) de nos élus, toutes couleurs confondues. C'est ainsi que les socialistes de Lausanne ou de la Ville de Genève se félicitent de l'excellente gestion de leur  ministre qui est de la même couleur qu'eux, alors qu'ils contestent la gestion des ministres du camp adverse et vice-versa.

    Mais revenons à Zoug et à Bulle.

    Lire la suite

  • Dire Dieu aux ados: un sacré défi

    dieu son fils et moi.jpgVoilà donc le journal Le Temps accusé de faire le jeu de la gauche. L'héritier du Journal de Genève et du Nouveau Quotidien, bêlerait de concert avec le troupeau des moutons qui ont peur du réchauffement climatique. Le quotidien suisse, propriétaire de Ringier - Axer Springer, (le groupe allemand étant détenu par un fonds d'investissement américain à hauteur de 42,5%), invite depuis une semaine les quelque mille candidats de Suisse romande à l'Assemblée fédérale à remplir sa Charte de la transition écologique, un questionnaire en pleine résonance avec la pensée unique en cours. Mais promis juré, cette charte n'altèrera en rien le sens critique de la rédaction. Le Temps est engagé mais pas militant.

    Lire la suite

  • "Il n'y a pas de recrudescence du racisme"

    continent premier racisme .jpegGlisser sur une peau de banane, c'est une mauvaise plaisanterie. Jeter une banane à un Africain est un acte raciste. Tout comme imiter le cri du singe qu'on entend sur certains terrains de football. Et quand le public s'en vient à soutenir les hurleurs et non le joueur, le racisme éclate dans toute sa violence.

    Quand un policier suisse traite un Arabe dans le huis-clos d'un commissariat de cochon d'étranger, le juge ne considère pas l'insulte comme relevant de la norme antiraciste inscrite à l'art 261 bis de notre code pénal, lequel prescrit que l'injure ou l'incitation à la haine doit être publique...

    Lire la suite

  • Que faire pour le climat: de Landecy en passant par Bardonnex

    co2 heidi.jpgL'apéro de la rentrée des habitants de Landecy n'a réuni qu'une poignée d'habitants sous la fontaine. Les tartes et clafoutis aux pruneaux étaient pourtant excellents. On a parlé circulation bien sûr, des gendarmes couchés que la commune a prévu d'installer dans le village, dont la route tortueuse et les stationnements sauvages ne permettent de toute façon guère de dépasser les 30 km/h.

    On parle aussi du gymkhana de Bardonnex, que les douaniers suisses comme français font subir aux automobilistes qui empruntent sagement l'autoroute, matin et soir, provoquant des bouchons que notre chère RTS signale comme un métronome et qui reportent une partie du trafic sur le réseau vicinal, alors que les mêmes travailleurs passent devant la douane de Landecy à 50 km/h. 

    Mais pourquoi ne prennent-ils pas le nouveau bus 62, dont le terminus s'arrête au parking de Collonge-sous-Saléve ces travailleurs genevois? Voilà bien une bonne action qu'il pourrait faire sinon pour la quiétude des riverains du moins pour le climat.

    Surfant sur cette chaude actualité, Heidi.news, après nous avoir baladé dans les latrines du monde, les fromageries de l'Etivaz et coproduit un reportage fictionnel. embouche, justement, sur le mode kennedyen*, la trompette climatique. Jéricho nous voilà!

    Lire la suite

  • Les jeunes sont rares, leur mobilisation compte

    greta le pouvoir au peuple.jpg

    En Europe et en Suisse, les jeunes sont rares. Tout ce qui est rare a du prix. C'est ainsi que les vieux, dont je suis, regardent avec des yeux embués les jeunes se mobiliser pour le climat. Temps présent, qui porte bien son nom, nous a donc livré, ce 5 septembre, un reportage bon enfant, sans l'ombre d'un bémol. Les réseaux sociaux se chargent de colporter aux quatre coins de la planète le slogan en vogue: Que voulons-nous? La justice climatique! Quand la voulons-nous? Maintenant!", crié en anglais, of course, pour être entendu par le plus grand monde. 

    Ils ne marchent évidemment pas pour le climat qui n'en a cure comme la santé se fiche de ses coûts. Ils marchent pour eux, car les experts leur expliquent et ils les croient - comment pourraient-ils faire autrement - que l'urgence est là, que dans 15 ans l'enfer sera à nos portes, que trois degrés de plus c'est trois degrés de trop et qu'il est intolérable que les politiques fixent la neutralité carbone à 2050 alors qu'il la faut pour 2030.

    Lire la suite

  • Gilets jaunes de Plan-les-Ouates au micro de notre chère radio publique

    plan les ouates sitg  rts.jpg

    Je n'ai pas eu le loisir d'écouter la première tranche de l'émission #GenieSuisse, ce matin, et n'ai pu écouter que par bribes celle du 12h30. Comme beaucoup sans doute. Et Forum en direct de Plan-les-Ouates me passera sous le nez aussi. Pas le temps d'écouter le podcast. Pourtant, a dit la journaliste, il fallait bien écouter les deux première émission pour avoir un avis équilibré sur Plan-les-Ouates, première commune à passer sur le gril. Au 12.30, le micro était tendu à des gilets jaunes et des Sam suffit, des nostalgiques du village d'antan, visiblement dérangés par la zone d'activités.

    Plan-les-Ouates, c'est 10'700 habitants et 12'500 emplois en équivalent temps plein. Qui dit mieux?

    Au micro, personne pour faire le rapport entre cette zone industrielle et la prospérité de la Suisse (et de Plan-les-OUates), sa politique sociale généreuse et son offre de santé sans pareil. Devrait-on changer les premier mot de l'alinéa 2 de l'article 2 de la Constitution fédérale? La Confédération favorise la prospérité commune... 

    Lire la suite

  • La vogue de Bardonnex et le mythe du paradis terrestre

    paradis terrestre.jpgLa vogue de Bardonnex est égale à elle-même*, ce qui, en ces temps où le concept de disruption a pris le gouvernail du monde, n'est pas forcément une bonne nouvelle.

    Organisée par la jeunesse - neuf garçons cette année - la Vogue a perdu tout rapport avec ses origines: la fête votive de la vierge Marie, mère de Dieu, dont les églises chrétiennes, sauf la branche protestante, fête l'enlèvement au ciel le 15 août, un jour férié en pays catholiques, qui a coïncidé cette année avec le premier jour de la manifestation.  Or, l'église de Bardonnex détruite vers la fin du XVIe siècle lors de l'occupation bernoise de la région était consacrée à Notre Dame. 

    Voilà pour la petite histoire que tout le monde a oubliée. Passons au paradis terrestre.

    Lire la suite

  • 1er Août à Compesières: les traditions se perdent

    IMG_7726.JPGL'Amicale des sapeurs pompiers de Bardonnex a fait dignement son office, tout comme les Dames paysannes, le personnel communal et les pompiers. A Compesières, le 1er Août est commémoré le 31 juillet. Ce fut une magnifique soirée, "bénie des cieux" comme dit le Cantique suisse, que ne chantent plus que quelques rares habitants.

    A l'heure, où le soleil disparaît derrière le Jura et que le ciel s'éteint sans que ne percent plus les étoiles, concurrencées par l'éclairage publique et les feux d'artifice, la foule passe en procession du hangar, où grillent les saucisses, fond le fromage, coule le vin, à la cour du château. Des flambeaux ici et là, en grappe ou solitaires, marquent le lent cheminement nocturne. Presque religieux.

    Lire la suite