Affaires fédérales

  • C'est à elles de prendre leur place aujourd'hui

    temps modernes charlot.jpgDans ma bulle catholique où je suis née et suis encore un peu - un peu par flemme, un peu par foi, un peu par fidélité citoyenne (qu'est-ce qui fait que je suis Suisse et non Français, Israélien, Javanais ou Indien: mon lieu de naissance, mes parents, quoi d'autres...?)... Dans ma bulle catholique donc, on chante à l'Ascension (quand le Christ monte au ciel et ouvre ainsi sur terre un nouvel espace de liberté et de créativité, un existentialisme face au déterminisme ou à la prédestination...), on chante ce chant mélodieux: "C'est à nous de prendre sa place aujourd'hui...".

    Aujourd'hui, c'est à elles, les femmes, de prendre toute leur place (y compris dans l'église catholique)... Et c'est moins facile que de faire une grève politique, qui fait éclater l'inégalité non pas de genre mais de statut, entre les travailleurs protégés et les autres.

     

    Lire la suite

  • Raté mais beau. Réussi mais morne

    pavot large.jpgLes paysans suisses ont peur de la vague verte. Non pas tant celle qui ajoutera quelques écologistes parmi les 244 élus de l'Assemblée fédérale - un peu de vert dans le gris ne fera pas de mal -, mais celle qui pourrait inciter les Suisses à adopter deux initiatives en 2020. L’une est intitulée «Pour une eau potable propre et une alimentation saine» et l’autre «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse». 

    Lire la suite

  • Le journalisme, c'est d'abord l'art du choix et donc de l'exclusion

    tribune 7 juin 2019.jpgUn ancien réd en chef de passage me fait part de quelques envies d'écriture. L'envie de coucher sur le papier les coulisses des articles. L'information bien sûr, dont nous sommes les curieux et insatiables consommateurs (lecteur ne suffit plus depuis que l'info s'est émancipée de l'écrit et s’ébroue dans de nouveaux formats (lire Les 7 nouvelles formes du journalisme issues du numérique, un article que m'a proposé le robot Flint ce matin), mais aussi tout ce qu'un journaliste cache généralement à ses lecteurs: ses ambitions initiales, ses errements, ses rendez-vous manqué ou avortés, ces sources qui font tout pour ne rien dire, ces lecteurs qu'il faut séduire et parfois caresser dans le sens du poil au risque de n'être pas ou plus lu, ces formules qui font pschitt, ces raccourcis parfois un peu trop synthétiques ou caricaturaux pour raconter l'histoire dans toutes ses vérités... 

    Ma Tribune de ce jour comme tous les jours a sélectionné les nouvelles censées refléter ce que les Genevois doivent savoir. On a donc droit à un énième tour de chauffe sur la grève des femmes, à J-7, avec Ruth Dreifuss, retraitée du Conseil fédéral, qui arbore un fuchsia de circonstance. En page 19, un autre titre retient mon attention: Les retraites risquent d'être amputées de 28%. Diable!

    Lire la suite

  • La grève des flemmes

    réformés juin 2019.jpgJe sais, le titre de ce blog va m'attirer des ennuis. Mais je fais sans doute partie des flemmes. Des braves gens qui ne se bougent pas trop pour que les choses changent. Rien à voir avec les femmes qui vont battre le pavé le 14 juin prochain.

    Certes le mouvement a des relents électoralistes. Nous sommes à quatre mois des élections fédérales. Mais la manifestation et les réflexions qui l'entourent dépassent de loin le slogan A travail égal salaire égal. C'est la place des femmes et donc des hommes qui est en cause. Partout. Dans toutes les institutions. Dans toutes les conditions. Aujourd'hui et demain. Toujours.

    Le titre à la une de Réformés, le mensuel des protestants romands, l'explicite parfaitement: Egalité entre hommes et femmes: pourquoi on n'y arrive pas?

    Lire la suite

  • Le 14 juin, les cloches des églises sonneront pour l'égalité. Laquelle?

    eglise de veyrier.jpg

    Au pied du Salève, la petite église de Veyrier ressemble à celle dont le clocher point dans la chanson de Jacques-Dalcroze, Amis voyez au loin là-bas... En ce jour d'Ascension, quelques irréductibles s'y sont rassemblés mus par une foi mystérieuse ou par l'habitude, un devoir, un service, une culture, qui sait? Le curé Truong, d'origine vietnamienne, officie, fidèle depuis 15 ans, tandis que les églises de ses trois paroisses Veyrier, Troinex, Compesières (15'000 habitants) n'accueillent plus que de rares têtes blanches ou presque...

    En septembre prochain, les trois paroisses qui forment l'unité pastorale Salève seront rattachées de facto à Carouge qui accueillera pour servir l'UP un nouveau prêtre, un jeune Guinéen. Et l'UP sera la première à Genève à être dirigée par une femme, Isabelle Hirt. Quelle fêtes leur feront-ils, les irréductibles?

    A l'issue de la messe, le curé annonce que le 14 juin prochain les cloches sonneront à toute volée durant 15 pleines minutes à l'occasion de la grève des femmes. Je ne peux m'empêcher de lever la main: "Et pour l'égalité pleine des femmes dans l'église aussi?"  Il fait mine de ne pas comprendre et poursuit ses annonces.

    Lire la suite

  • La France est noir, l'Europe se vit nostalgique à Vienne

    drapeau eurpéen flottant.jpgBelle Europe! Plus de participation, plus de Verts, pas beaucoup plus de brun, des partis au pouvoir naturellement à la peine, mais qui ne s'effondrent pas. Le scrutin proportionnel, qui prévaut pour composer le parlement des 28 pays de l'Union européenne, donne une image contrastée. C'est heureux, l'Europe est pays de contrastes.

    Plus difficile à gouverner qu'hier? Non pas. L'Europe n'a pas attendu le renouvellement de son assemblée, qui a si peu de pouvoir, pour montrer combien sa gouvernance est difficile, délicate même. Mais la presqu'île eurasiatique montre dans l'UE une heureuse résilience. La volonté de vivre ensemble l'emporte, quoiqu'il en soit, contre les périls au moins, au premier rang desquels figurent l'excessive consommation des énergies à effet de serre et les migrations, reflets, pour le premier, de la gourmandise et, pour le second, des déséquilibres démographiques et économiques du globe.

    Ce dimanche 25 mai 2019 n'est pas un dimanche noir. Sauf en France et en Italie. Si la Suisse participait, elle serait aussi en noir. 

    Lire la suite

  • Le président Macron ensorcelle-t-il l'Afrique?

    restitution gorgui ndoye.jpg

    Et Genève, où d'importants musées publics et privés exposent des totems, des masques africains, des objets de pouvoir et de culte, et que cachent ses ports francs,  a-t-elle une politique de restitution de ces trésors aux pays spoliés par les colonisateurs, pillés par d'habiles acheteurs, mis sur le marché par des receleurs d'objets arrachés à vil prix à des migrants en quête de l'hypothétique eldorado occidental? 

    La question n'a été posée qu'à la toute fin d'un débat passionné et passionnant organisé au soir du 1er Mai par Gorgui Ndoye, journaliste sénégalais et directeur du site ContinentPremier.com. Personne parmi les quelques 200 personnes n'ont pu répondre. Qu'en pense Sami Kanaan? Le maire et ministre de la Culture de la ville de Genève n'a pas le poids d’Emmanuel Macron. 

    Lire la suite

  • 1er Mai férié pour toutes et tous!

    muguets.jpgLes syndicats, c'est comme les Verts, les féministes, les traditionalistes, les lobbyistes, les extrémistes et anti-de-tout-poil, les collapsologues et autres  brandisseurs de bannières. C'est essentiel à une bonne et sapide gouvernance. A une condition. 

    Comme le sel et la aromates, point trop n'en faut. Un soupe bien épicée devient vite immangeable. 

     

    Lire la suite