Constitution

  • Bardonnex par le petit bout de la lorgnette

    Capture d’écran 2017-03-01 à 21.27.26.png

    Les habitants de Bardonnex ont reçu ces jours une feuille d'information de la mairie. Quelques jours à peine après la diffusion par la même mairie du Bulletin officiel municipal (multicopié à grands frais sur un papier cartonné et en couleur), la nouvelle feuille signale au bon peuple l'ouverture de deux enquêtes publiques sur Compesières. L'information est spartiate et sans doute bien incompréhensible à qui n'est pas un tant soit peu versé dans les arcanes de l'urbanisme, les procédures politiques et le touffu mille-feuilles des lois et règlements fédéraux et cantonaux qui fixent les règles du jeu en la matière.

    La feuille n'annonce pas de séance publique d'information, l'affaire est sans doute sans importance. Il en va pourtant de l'avenir de l'école de Compesières, un serpent de mer qui occupe les autorités depuis 1992 au moins.

    Plus grave, à mon sens, cette feuille ignore ce qui déterminera davantage encore l'avenir de notre territoire: le plan directeur cantonal 2030, dont la révision en cours est soumise ces jours à l'examen des municipalité qui ont jusqu'au 16 juin prochain pour rendre leur copie. Recevra-t-on une feuille à ce sujet dans les prochaines semaines?

    Lire la suite

  • Une gouvernance d'experts pour le PAV?

    hodgers carre.jpgEn août 2009, j'ai rédigé sur le blog Métropole Genève un billet intitulé Comment piloter le PAV. Le libéral Mark Muller, alors aux commandes des Travaux publics rebaptisés avait déjà usé deux directeurs qu'il avait chargé de créer la Geneva green dowtown avec des gratte-ciel en son cœur. Huit ans plus, tard, on n'a toujours pas planté un clou. Sauf les CFF, maître et seigneur sur leurs terres, qui érigent, en marge du PAV, Pont Rouge entre le parking de l'Etoile et la gare du RER lémanique.

    Cette semaine, le Vert Hodgers sort de sa manche une Fondation PAV, le bras armé qui aura pour tâche, à l'abri des regards politiques et médiatiques et dans une dynamique propre, détachée d'une administration paralysée par le principe de précaution, de jouer au jeu du carré vide. Car ce qui plombe le PAV, c'est que son espace est plein, tout entier occupé par les quelque 1600 entreprises qui n'ont pas l'intention de partir à moins qu'on les paie très cher pour migrer.

    L'idée d'une Fondation est classique à Genève. Cependant il manque un étage démocratique à la fusée.

     

    Lire la suite

  • 4 décembre 2016, un dimanche noir?

    luiigi di maio.jpgLes démocrates, les libéraux, les républicains, les Verts, les socialistes - bref les gagnants des 60 glorieuses - ont peur. Peur de Poutine, peur de Trump, peur d'Orban en Hongrie, d'Hofer en Autriche, de di Maio en Italie (photo), de Le Pen en France... Peur de la vague brune, des isolationnistes, des Sam Suffit, des Nains de jardin, des Yaka-Faukon, dont le programme est au pire "tous pourris, balayons-les" et au mieux un mixe de Mélanchon, NKM-Macron, Le Pen, comme l'écrit Jacques de Saint-Victor dans Le Figaro de ce samedi à propos du Mouvement Cinque Stelle et de son clown en chef, Beppe Grillo, qui risque de faire exploser l'Italie ce dimanche.

    En Suisse, on entend aussi cette rengaine dans la bouche de l'UDC. Le peuple a (toujours?) raison. Il faut appliquer sa volonté sans faillir. Reste à capter correctement sa volonté. Ce que ni les sondages d'opinion ni le vote par internet  ni aucun autre mode ne permet vraiment. 

    Lire la suite

  • 1516, 1603: on ne fête pas la paix

    paix de fribourg.jpgCe 29 novembre, quelques officiels ont commémoré à Fribourg le 500e anniversaire de la paix perpétuelle entre La Suisse et La France. Dans l'indifférence quasi générale. Dans mon journal préféré, l'affaire est réglé en une citation diplomatiquement correcte du ministre français des AF: "La Suisse n'a jamais confondu la neutralité avec l'indifférence" qui peut se lire aussi "Point d'argent, point de Suisses"...

    Qui se souviens de cette date du 29 novembre 1516, alors que tous les écoliers de Suisse de France et de Navarre connaissent Marignan 1515, la défaite des Suisses (une partie d'entre eux, l'autre partie avait quitté le front faute d'avoir été payée par le duc de Milan) face à François 1er (opportunément sauvé par une troupe vénitienne qu'il n'attendait plus)?

    Est-ce parce que le roi de France s'achetait par le contrat de Fribourg le service quasi exclusif des valeureux soldats de la Confédération naissante, que la paix perpétuelle ne laisse pas autant de trace dans nos mémoires que la bataille?

    Qui se souvient de 1603?  

     

    Lire la suite

  • "Les Etats-Unis d'Europe, c'est fini." Juncker aussi!

    IMG_3297.PNG"Les Etats-Unis d'Europe, c'est fini" a dit Jean-Claude Juncker vendredi à Paris à l'occasion du 20e anniversaire de l'Institut Jacques Delors. Le président de la commission européenne a avoué que cette idée était l'ambition de sa jeunesse. Aujourd'hui, a-t-il poursuivi, les jeunes ont des préoccupations plus immédiates: trouver un emploi. Sur France Culture, dans son émission Affaires étrangères, Christine Okrent a évidemment rebondi ce matin sur cette déclaration. 

    Comment la qualifier? Est-elle sage, défaitiste, vide de sens? Un peu des trois je pense.

     

    Lire la suite