Région - Page 5

  • André Hurter, un fusible nommé Don Quichotte devenu vizir

    IMG_3512.JPGIl y croyait fermement à l'énergie éolienne le bon André Hurter. En juin dernier, alors qu'il savait que sa tête était déjà sur le billot, il montrait, passionné, la carte de Suisse, où il avait planté des petits drapeaux. Là où il rêvait de dresser des moulins à vent. Un Don Quichotte André Hurter emporté par le vent? Sans doute, mais un Don Quichotte qui était devenu le vizir des SIG, à la place du grand vizir socialiste Daniel Mouchet. Ce n'est donc pas le vent qui la tué. Le nouveau vizir Alain Peyrot devait retrouver sa couronne pour le bon fonctionnement des institutions. C'est fait.

    Sa descente en vol, un beau matin de septembre, pour faute grave dans un investissement mineur n'est qu'un prétexte. Les représentants de ceux qui, majoritairement, ont voté la fin du nucléaire à Genève, mais qui, faute de vent sur leur territoire et ayant refusé, tantôt deux siècles, de l'étendre à ses frontières naturelles, les crêtes du Jura et du Salève, se trouvent fort dépourvu quand la bise est venue, ne peuvent abandonner les éoliennes.

    Lire la suite

  • Du ni-nisme au puis-puisme

    grand genève envie d'air pdc 2030.pngLes communes sont-elles satisfaites du remède Longchamp pour résoudre la crise du logement? On n'en sait encore rien. Elles ont gagné du temps. Le Conseil d'Etat a sorti quelques projets du plan directeur 2030, en a étalé d'autres, bref à coupé la pilule en morceaux pour mieux la faire avaler.

    Il a ajouté à sa démarche ni hausses d'impôts ni baisses des prestations proclamée au début de la législature un puis-puisme final: d'abord quelques immeubles à Vessy et à Ambilly et aux Cherpines et au PAV - tiens on ne parle plus des 15000 logements qui devraient s'y bâtir - puis on verra. Simple bon sens, le plan directeur actuel n'a-t il pas été révisé une ou deux fois depuis 2001?

    Lire la suite

  • Gross Genf et le stade-franc

    stade de genève.jpgGross Genf. Je trouve cette étrange expression sous la plume de mon confrère Pascal Décaillet à propos de la relance par trois écolos, dont le président du Grand Conseil vaudois, le député de Nyon Philippe Martinet, de faire jouer au stade de Genèe le club de football haut-savoyard ETG, Evian (ville de son sponsor) Thonon (ville de son terrain avant que sa montée en Ligue 1 ne l'oblige à trouver refuge à Annecy) et Gaillard (ou les Croix de Savoie sont nés).

    Le journaliste, dont on suppose qu'il est contre cette invasion sportive, mais ne paraît pas s'offusquer que toutes les équipes soient formées de joueurs mercenaires sans frontière, en profite pour ressasser un de ses thèmes favoris: la dictature des élites qui nous gouvernent, qui décident à notre place sans consulter le peuple. Horreur! Véritable crime majeur de lèse démocratie dans ce pays qui continue de croire que le pouvoir est au bout du bulletin de vote. Thème porteur de tous les populismes au demeurant qu'il soit de la gauche extrême ou de la droite extrême.

    Lire la suite

  • La traversée en rade, un échec du Grand Genève

    agglo.jpgCramer a gagné. Pauvre Genève. L'ancien conseiller d'Etat n'a eu de cesse de saborder la grande traversée du lac. En relançant le CEVA au début des année 2000 sur un tracé de 1912 sans intérêt pour le Grand Genève du XXIe siècle, d'une part, et en divisant la droite qui n'a cessé depuis 20 ans de se chamailler sur la grande ou la petite traversée du lac d'autre part. Résultat rien avant 2050. Notre aménagement du territoire en sera durablement affecté.

    Lire la suite

  • Où commence la haute vallée du Rhône?

    raisin 2.jpgDans n'importe quelle pizzeria de Genève, on vous propose spontanément du Chianti, du Valpolicella, Montpulciano, des vins au litre, ailleurs du Beaujolais, du côte du Rhône, et enore du Goron et de la Dôle, en blanc du Vaudois ou du Fendant. Plus rarement du Genevois, sauf dans les bistrots de campagne et dans les troquest branchés où le verre de vin coûte 5, 6 ou 7 francs, quand les Européenns, Allemands, Autrichiens, Hongrois, déversent des chasselas - la spécialité romande - à moins d'un franc le litre sur le marché national. Cherchez l'erreur...

    Lire la suite

  • Les CFF à Genève: la valse à milliards

    cornavin.jpgLes Grottes vont-ils payer les surcoûts du CEVA? Personne n'a osé la question aujourd'hui à l'occasion de la conférence de presse de nos illustres gouvernements de Genève et des CFF.

    Canton et ville pour une fois roulaient sur la même voie. Sur le rail de droite la Verte Michèle Künzler qui n'est pas sûr de décrocher à Berne les 790 millions que coûtera selon les CFF l'extension de la gare de Cornavin au prix de la démolition de deux ou trois patés de maisons vétustes. Sur le rail de gauche, le rouge Rémy Pagani qui pense que pour le même prix et pour préserver le patrimoine populaire de Genève, on doit bien pouvoir faire circuler le CEVA sous la même gare de Cornavin.

    Et combien coûtera la bretelle qui devrait , en 2050 (?), permettre aux Savoyards de rallier l'aéroport sans devoir changer de train à Cornavin? La facture de cette bretelle prévue dans le projet d'agglo du Grand Genève depuis plus de cinq ans n'est toujours pas évoquée. Pas évoqués non plus dans les schémas très approximatifs présentés par les CFF, le raccordement entre Cointrin et la ligne Genève Lausanne du coté de Bellevue. Evidemment personne n'a parler de la gare de Colovrex. Trop de milliards pour Genève qui reste, vue de Zurich, un cul de sac ferroviaire.

    Lire la suite

  • Le Grand Genève n'est pas sans frontières

    agglo nom.jpg"Au commencement était le verbe". Ainsi commence l'Evangile de Jean la Bible, en écho au Dieu dit de la Genèse, un des textes fondateurs des civilisations. C'est qu'un mot peut, comme le papillon engendre la tempête, bouleverser le monde ou une relation. Dire à quelqu'un Je t'aime n'est généralement pas sans effet.

    Passer du projet d'agglomération franco-valdo-genevois au Grand Genève consacre une réalité économique, sociologique et culturelle qui tombe sous le sens. Genève est la capitale d'une région qui ne s'arrête pas aux frontières héritées du congrès de Vienne.  Reste à l'organiser démocratiquement!

    Lire la suite

  • Le loup, le micocoulier et le Grand-Genève

    genève carte.jpgEncore 15 jours et le projet d'agglo franco-valdo-genevois cessera d'être un projet. Le 1er mai sera clos le concours pour donner un nom, sinon une identité à cet espace économique, qui des hauts du Jura au sommet du Mont-Blanc se fiche des frontières dessinée par le congrès de Vienne de 1814, lui-même rejeton d'une longue histoire. Il paraît que les participants sont plus nombreux qu'attendus. L'objectif  de 5000 réponses pourrait être dépassé. Grâce au numéro postal enregistré, on devrait même savoir qui des Genevois français ou suisses auront le plus voté.

    Qui du Grand Genève, du Genevois ou de GenèvAgglo, les seule trois dénomination proposées, l'emportera? Votez ici.

    Lire la suite