Politique genevoise - Page 5

  • Geneve, le budget 2017 electoral(iste) d'un gouvernement sans majorité

    image.jpegLes comptes 2017 de l'Etat de Geneve, dont le chiffre d'affaires dépasse 8 milliards de francs (c'est plus du double du budget de la région Rhone-Alpes qui vient d'être agrandie à l'Auvergne), seront connus quelques jours avant le premier tour de la prochaine élection du gouvernement genevois, que la Constituante a déplacée au printemps 2018.

    Le projet de budget pour l'an prochain ne peut donc pas être qualidié d'électoraliste. Pourtant il en a tout l'air. Il est en revanche clairement le fruit d'un gouvernement sans majorité au Grand Conseil, qui doit, de surcroît convaincre à l'automne 2017 les citoyens Genevois d'accepter la plus formidable baisse d'impôts de l'histoire genevoise, la troisième réforme de la fiscalité des entreprises qui va amputer la recette du canton sur les personnes morales d'un tiers. 

    Lire la suite

  • On a droit à la croix, pas au turban de Mahomet

    zep croix.jpgMiséricorde! Notre ministère de l'Education nationale*, qui ne sait plus trop à quel saint se vouer depuis que la République a exclu les manifestations ostentatoires de la foi (qui fit ce que Genève est aujourd'hui encore aux yeux du monde), a donc cru bon de taper sur le clou de la laïcité quelques jours avant la rentrée des classes.

    Sa patronne, la socialiste Anne (Anne était la grand mère de Jésus), a cru bon entrelarder son opuscule de quelques dessins. L'incontournable ZEP, bédéiste genevois qui s'est fait un grand nom Outre-Jura et sait cultiver son audience en tricotant au-dessous du nombril, fut évidemment incontournable.

    Lire la suite

  • Athée et pourtant croyante, Sophie

    spritz.jpgSophie ne manque pas d'aplomb. Elle a répondu sans faillir dimanche soir aux questions un peu convenues de la RTS. A l'heure de Forum, notre radio publique occupe l'antenne en mettant sur le grill une brochette de jeunes politiciens.

    Mieux la secrétaire du PDC genevois a servi un joli spritz estival en ne tournant pas autour du pot. On a donc appris que Sophie était athée, une franchise qui a choqué Olivier. La secrétaire du PDC a aussi affirmé qu'une famille n'était plus seulement le fruit d'un homme et d'une femme et que le parti genevois n'avait rien à redire au mariage gay. 

    Bref, le PDC aurait abandonné la dictature du Vatican comme les socialistes ont renvoyé à l'histoire la dictature du prolétariat. Il serait temps que les libéraux renoncent officiellement à la dictature des marchés.

    Les socialistes n'ont plus besoin de croire en Marx. De même, on peut être démocrate-chrétien sans croire en Dieu. Pour tout le monde, l'argent fait foi.

    Lire la suite

  • Barthassat et lui-même, Maudet et Köppel: com, com

    barthassat maudet 2.jpgDans le creux informationnel du mois de juillet, tous les médias en ont parlé. Barthassat est le premier membre d'un gouvernement suisse à répondre en direct sur Facebook aux questions savamment filtrées par un de ses sherpas chargés de com. Le contenu que le ministre de l'Environnement et des Transports relaie sur sa page du grand réseau au milliard et demi d'amis, où il a téléchargé 17'500 photos, et sur deux pages dédiées est sans importance. Bien rodée, la langue de bois tourne en boucle. Dans la com, c'est la forme qui compte.

    Maudet se fait, lui, bien plus discret. Très en vue lors de son accession au Conseil d'Etat en juin 2012, le "politstar émergeant de la Suisse de l'ouest" (comme l'écrit cette semaine le réd en chef de la Weltwoche), qui allait faire marcher droit la maréchaussée, s'est cassé les dents sur les rigidités syndicales d'un corps de fonctionnaires, qui sait, mieux que tout autre, faire entendre ses humeurs ronchonneuses. Il travaille à son rythme. Il défile dans la rue à la moindre déconvenue. Il dispose d'un syndicat puissant qui a cousu son statut du personnel à sa guise ou presque. Il a des relais nombreux au Grand Conseil. Peu de travailleurs peuvent en dire autant.

    Or donc, Maudet ne se répand pas sur les réseaux sociaux. Son blog "En action" (ça sonne comme "En marche" de Macron) est coi depuis le 10 février dernier. Sur Twitter, @Pierre_maudet est vide, #maudet ne renvoie qu'à quelques articles de presse. Même atonie sur Facebook. On apprend cependant, dans la Weltwoche de cette semaine, que le ministre de l'Economie et de la Sécurité entretient tout de même ses réseaux. 

    Lire la suite

  • Promenons-nous dans les champs... Bardonnex, Urba-Plan & Cie

    image.jpeg

    On peut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein. En ouvrant à la consultation des habitants de Bardonnex, du 1er juillet au 2 août, le Plan directeur des chemins pour piétons et le schéma directeur du réseau cyclable - un pavé de 80 pages, dont 40 au moins ne sont que des copier coller d'études similaires - le maire compte soit sur les loisirs de ses concitoyens pour collecter leurs avis, soit sur leur somnolence estivale pour passer l'affaire comme chat sur braise. Quelques remarques donc:

    Combien coûte cette étude aux deniers publics à l'heure où l'on ne cesse de nous dire que l'argent manque (ce qui est faux mais bon)? 10'000 fr? Plus? L'information ne figure nulle part.

    Quel est le cahier des charges qui a guidé les ingénieurs du bureau Urba-plan? D'où viennent les propositions qui figurent dans le rapport? De la mairie, du Conseil municipal ou du cerveau des experts?

    Combien coûte la mise en œuvre de ces propositions? Existe-t-il des plans B? Urba-Plan est assez malain pour réserver le chiffrage a une deuxième étude, n'en doutons pas.

    On regrettera aussi de graves lacunes dans l'exposé de l'existant. 

    Lire la suite

  • Smart Geneva: de Segond à Maudet

    image.jpegQui se souvient de la grande décladration du gouvernement genevois Smart Geneva 1998? Sous la houlette de son homme influent d'alors, le radical Guy-Olivier Segond, lequel se voyait subliminalement comme le Fazy du XXe siècle, nos sept sages avaient lancé le projet de quadriller le canton avec des autoroutes de l'information, les fameuses fibres optiques. Elles allaient notamment multi(pli)copier la connaissance et régler les bouchons déjà perceptibles sur les autoroutes 1.0, issues du modèle des années 30, en offrant aux travailleurs un travail délocalisé (chez eux). Et qui restent le principal vecteur de la mobilité en ce début du XXIe.

    Dans Le Temps d'hier, un autre radical, Pierre Maudet, ci-devant ministre de l'Economie, relance le projet de smart canton à l'horizon 2030. On espère que l'ambition suivra mieux que celle de son illustre prédécesseur.

    Certes le quadrillage du canton par la fibre optique, promu par Segond, est en cours de réalisation, sans que jamais les Genevois n'aient eu à voter des crédits à ce sujet. Contrairement aux autoroutes 1.0, la fibre est invisible et suscite peu d'opposition des voisins. Elle est en main des SIG et de Swisscom qui se sont partagés le territoire et ne sont pas gratuites, comme le sont encore les routes.

    Ce qui m'interpelle ce sont les trois exemples proposés par le ministre pour illustrer son projet.

    Lire la suite

  • Quelle ascension pour Eric? Quelle gouvernance pour Genève?

    image.jpeg"Le MCG est mort" a annoncé vendredi soir le dépité Medeiros. Eric, battu d'une voix, sort du jeu politique. Le caractère soupe au lait du hérault de la préférence nationale, un thème désormais repris et défendu même par les socialistes (slovaques) partout en Europe, donne un tour dramatique à une péripétie politique somme toute assez normale. A force de débaucher les déçus, les aigris, les mal aimés dans tous les partis, il fallait bien s'attendre à se que la soupe MCG déborde. Il n'y a pas qu'Eric à qui la moutarde monte vite au nez dans ce mouvement (d'humeur).

     

    Car le MCG est et reste un mouvement d'humeur. Hors du dénominateur commun de la préférence nationale, les avis giclent dans tous les sens (au reste, le MCG n'est pas le seul à être divisé. Regarder l'extrême gauche, neuf députés, douze factions...

     

    Eric fut et demeure un libéral. Il s'est fait l'apôtre des sans voix, des fracassés de la vie, des relégués de la prospérité, des maltraités, des apeurés, des débranchés, les discriminés,  bref de toute une population qui sait ou sent qu'elle n'a pas ou plus le savoir-faire, l'agilité, la connaissance, les réseaux, la fortune indispensables de nos jours pour etre à l'aise dans la société compétitive moderne. Eric n'est plus, mais cette population demeure. Quel parti saura le mieux la séduire.

     

    Lire la suite

  • Les Genevois trop verts pour avoir de l'audace

    hoverboard.jpg"Cent vingt places près du centre" annonce mon journal préféré. Les commentaires  résume la guerre des transports que la triple votation du 5 juin ne risque pas d'éteindre n'en déplaise au ministre biker. Rengaines anti-frontaliers le disputent aux refrains écolos (parfois les deux s'additionnent, car le vert qu'il soit foncé (UDC qui devrait reprendre le credo du MCG promis à disparaître) ou clair (nos Verts) reste dans le fond conservateur). Si Genève avait un peu d'audace, elle construirait un parking géant sous le bois de la Bâties relié uniquement à l'autoroute des jeunes (pour éviter un effet aspirateur sur la route d'Onex) et associé à un centre commercial (où pourraient se loger quelques grands commerçants du PAV (Migros, Aligro, Media markt, Office World etc.

    La complémentarité des transports, ce n'est pas tant la mixité au centre ville ni dans la zone 2 (là, ne pourront plus circuler à terme que des ayants droits, notamment les entreprises), la complémentarité c'est surtout des plate-formes d'échange urbaines, conviviales et étroitement reliées aux transports publics et à des stations vélib. Le parking de l'étoile n'est pas un modèle sur ce point, celui de Cornavin l'est bien davantage, malheureusement il est situé au centre ville lui. C'est la gare grandes lignes qu'il faudrait délocaliser à l'aéroport. Hélas ont le plan mobilité ne va pas dans ce sens.

    Lire la suite