Pays, paysans - Page 5

  • Tonton Pierrot est dans la page people de la Tribune

    Pierrot 16 avril 2006 - copie.jpgTonton Pierrot n'a jamais fait d'histoire, ni de grande ni de petites. Du moins, c'est le souvenir que j'en garde à l'heure de sa dernière heure. Il est né paysan. Paysan il fut, paysan il demeura bien après l'âge de la retraite, bichonnant son jardin et ses fruitiers jusqu'à plus de 80 ans. Cette photo prise en avril 2006 le montre rayonnant, presque facétieux derrière ses lunettes en écaille rouge.

    Et le voilà ces jours, à son tour, dans la page "people" de la Tribune, la page des décès, la page la plus lue de la Julie. Une page pleine d'émotions.

    Je l'ai vu pour la dernière fois mardi dernier. Dans son lit, à Vessy, il était agité, nerveux, angoissé, recroquevillé comme un pauvre diable. Encore une fois, dix fois, cent fois, mille fois, il cherchait à s'échapper.

    Lire la suite

  • Les OGM de l'Université de Genève sont bons pour l'Afrique

    manioc.jpgJe dois dire que la lecture de cet article dans le dernier Journal de l'Uni m'a plutôt réjoui. La pensée unique ayant décrété qu'on grillera en enfers si on continue de carburer au pétrole et que les OGM alimentaires sont diaboliques - Genève, déjà non nucléaire, veut se déclarer canton non ogm -, l'invention d'un manioc OGM pour lutter contre la carence en vitamines B6 est à laquelle une équipe genevoise a participé est une bonne nouvelle.

    Avec des scientifiques de Zurich, Utrecht et Shanghai, les Genevois, pilotés par la prof de botanique Teresa Fitzpatrick, ont développé et produit en plein champ du manihot esculenta, une variété de manioc, dans laquelle ils ont glissé des gênes - l'article ne dit ni comment ni d'où ils viennent - forçant la racine à cracher 8 à 19 fois plus de vitamines B6 que la racine ordinaire.

    Lire la suite

  • Swissaid, les Verts, l'UDC et l'enfer à Chillon

    swissaid chillon.jpgSwissaid est une honorable institution suisse d'aide au développement. Elle diffuse ces jours une campagne choc en phase avec la pensée dominante.

    Le climat se réchauffe (c'est un fait incontestable) et, depuis la nuit des temps, c'est, et pour la première fois, l'homme qui en est le principal responsable (ce dont je doute, car tous les paramètres de ce phénomène hypercomplexe et finement régulé ne sont pas connus. Et même si c'était le cas, rien ne dit que le bilan entre les perdants et les gagnants soit négatif).

    Bref les paysans du Tchad seraient donc déjà victimes du réchauffement climatique et il faut donc agir pour éviter que le château de Chillon n'ait bientôt plus les pieds dans l'eau.

    Ce genre d'excès n'est évidemment pas crédible. On en trouve régulièrement dans la communication des écologistes qui jouent, comme les curés naguère, sur la peur de l'enfer. Je crois que c'est là une des raisons de leur recul ce week-end.

    Lire la suite

  • Les poules à deux fins n'ont pas (encore) d'avenir

    image.jpegNaguère, il n'y avait pas que les poules qui étaient à deux fins dans nos campagne. Il y avait aussi les vaches. Ce n'est plus le cas depuis quelques décennies. tous les jours, les consommateurs réclament du bon lait de la belle viande, du poulet fin et des œufs gros et uniforme, ce que ne font pas les poules à deux fins. Leurs œufs sont de grosseurs diverses et pour la même quantité d'oeufs, elles mangent davantage de soya qu'il faut importer que leurs congénères spécialisées uniquement dans la ponte de beaux gros œufs. (Il existe des races de poulets spécialisés dans la production de viande. On élimine dans ce cas la plupart de poules à la naissance)

    De récents essais ont montré, relate cette semaine l'hebdomadaire des paysans romands, qu'une nouvelle race de poule à deux fins que des éleveurs ont tenté de réintroduire ne presentait un intérêt que pour des marchés de niche. 

    Pour que ça change, il faudrait deux évolutions 

    Lire la suite

  • La RTS et notre pain (notre bain médiatique) quotidien

    image.jpegOr donc rappelle le 19:30 de notre RTS publique et nationale à cotisation obligatoire, l'émission qui sans doute est la plus vue des Romands et qui participe donc à ce que les Romands tiennent pour vrai du bain médiatique quotidien, notre pain quotidien est trop salé. Et les hommes suisses consommeraient deux fois trop de sel par jour - 10 grammes. Ce faisant ils prennent des risques d'hypertension. Le 19:30 n'a cependant pas dit combien de Suisses meurent d'hypertension ou des effets collatéraux de ce régime trop salé. 

    En revanche, notre télévision n'a pas manqué de rappeler que 3000 Suisses meurent à cause des particules fines des moteurs, une manière sans doute et sans le dire d'accuser VW d'être une entreprise tueuse. Au fait, je n'ai encore rien lu de la différence effective d'émission de polluants que "corrigeait" le fameux logiciel caché. Est-elle à ce point qu'il faut stopper les 11 millions de véhicules volontairement faussés? On le comprend entre les lignes, mais on n'en sait rien. (Ça n'excuse évidemment pas la tricherie)

    Etrange aussi cette séquence sur la hausse des loyers à Genève. 

    Lire la suite

  • Ce qui distingue Vaud et Genève

    Lire la suite

  • A Genève, 4 toubibs pour 1000 habitants, 4 paysans pour 10'000

    image.jpgLa hausse des primes maladie nécessitera sans doute - non sans pleurs et grincements de dents - un rationnement des soins, une réduction du catalogue des soins remboursés, une prise en charge par l'impôt exclusivement des coûts de la dernière année de vie, plus de concurrence, des pénalités des comportements et consommation à risques, et quelques autres solutions non orthodoxes.

    Il n'est pas sain que des familles doivent rogner sur leur budget alimentaire ou culturel et continuent d'être contraintes par le jeu des cotisations aux caisses maladie obligatoires d'alimenter un système ogresque. 

    Lire la suite

  • MoinsESTplus, vraiment?

    image.jpgLa Ville de Genève à Milan, c'est aussi LessISmore, le fruit d'un atelier estival de la Haute école du paysage et de l'architecture. Elle n'était pas installée la semaine passée à l'Expo 2015, mais elle est visible sur internet sous la forme laconique d'une image et d'une légende. Les quarante projets ne sont pas tous utopiques, mais leur présupposé m'interroge. Ils partent de l'idée que les villes de demain, du moins leurs nouveaux quartiers devraient développer l'autosuffisance alimentaire. L'autarcie comme but pourquoi? 

    Parçe qu'il est bon de penser à l'envers du mode de vie actuel? Par simple esprit de contradiction? Parce que le repli est la nouvelle frontière de la nouvelle société idéale, sans échange, sans frontalier, sans étranger? Parce que la campagne doit être livrée à la nature sauvage? Parce que seule la proximité est garante d'une sécurité alimentaire? Parce qu'on astreint ainsi la communauté des habitants à des comportements sociaux dictée par un politburo omniscient... Parce que... Je me perd en conjectures.

    Lire la suite