Pays, paysans - Page 5

  • Saisonniers kurdes en plaine turque

    image.jpgEntre la Cappadoce et Konya (l'ancienne Iconium - d'où le mot icône, dit le guide - aujourd'hui centre de pèlerinage des soufis - je n'aime pas trop les -isme, trop ghetto, trop idiot), la plaine s'étend à perte de vue juste barrée au sud par un volcan couvert de neige.

    La première partie a été épierrée par MacDonald, explique Adlem. Un travail de Sisyphe accompli par la multinationale américaine pour pénétrer le marché turc. Etrange conquête du royaume du doner kebab, sans doute pour les jeunes, une manière de se raccrocher à la modernité occidentale. On voit à gauche et à droite du car des milliers de champ hérissés des sillons caractéristiques qui recouvrent les tubercules qu'on vient juste d'enfouir. Le climat est rude à mille mètres d'altitude.

    Plus loin, la marqueterie agricole alterne le blé et la betterave à sucre qu'on arrose avec de petits jets, les même qu'on peut voir à Charrot, où le député Vuillod cultive des légumes en plein champ. On dirait dans la plaine de Konya des jouets d'enfant. Des ouvriers les déplacent régulièrement. Un autre travail de Sisyphe. L'irrigation abaisse la nappe phréatique. Déjà des diolines annoncent le risque d'effondrements du sous-sol. De temps en temps, des campements. 

    Ce sont des saisonniers, dit le guide, des Kurdes, ajoute-t-il sans plus de commentaires.

    Lire la suite

  • Bétonner la terre, vous n'y pensez pas!

    barry et jean.pngLes Verts (ni éco ni logiques) et les Verts foncés (UDC pour ceux qui ne sauraient pas) ont communiqué leur joie commune de voir Berne brider le développement de Genève. Cela en dit long sur l'alliance objective des bobos urbains et des Sam suffit des banlieues...

    Pour régler la bagarre stupide entre Hodgers et Leuthard sur les surfaces d'assolement, il suffirait de considérer les points suivants et d'admettre qu'on n'est plus en 1930 mais bien au XXIe siècle:

     

    Lire la suite

  • 1815: Tambora, Frankenstein, 19 mai

    image.jpgEn avril 1815, s'est produit, à l'autre bout du monde, un événement, dont le site du 200e anniversaire de l'entrée de Genève dans la Confédération suisse ne dit mot, mais qui a eu dans le monde un effet si profond qu'on lui doit rien moins que le Frankenstein de Mary Schelley ou la source du mormonisme aux États-Unis à toute sorte d'autres événements dont la mort de quelque 200'000 Européens victimes de l'année sans été de 1816.  

    C'est ce que rappelle The Economist dans un long article sur l'éruption du Tampora, un gigantesque volcan, lové au cœur de l'Indonésie, dont l'explosion refroidit la terre entière d'un bon degré et accru les précipitation de 3,6% et fut la cause de perturbations climatiques et météorologiques planétaires et des pluies qui inondèrent la région lémanique, un temps qui inspira Mary Schelley et provoqua l'immigration de nombre d'Européens, dont le père du fondateur des Mormons, entre autres,...

    Lire la suite

  • Marignan: François nous a trompés

    C'est France 3, dans L'Ombre d'un doute, qui nous le raconte ce soir. François 1er  n'a remporté la tuerie de Marignan non pas grâce à la cavalerie lourde des chevaliers français, mais du fait de la retraite des mercenairs suisses mal payés par le duc de Milan, quand les Vénitiens, alliés des Français, arrivèrent sur le champ de bataille au petit matin du 14 septembre 1515, alors que les corps à corps avaient déchiré les hommes et les âmes une partie de la nuit, une exception à l'époque - on ne se battait guère plus de cinq heures et durant le jour - laissant sur le champ de bataille 16'000 morts, le double des plus terribles batailles de l'époque. C'est le marketing, le récit du vainqueur, qui fit l'histoire qu'on nous raconta en Suisse aussi.

    Quand on lit la notice de Marignan publiée sur Wikipedia, on mesure combien l'affaire est plus complexe encore, que les Suisses étaient divisés, qu'il y'a un avant et un après Marignan, bref que l'Histoire n'a pas grand chose à voir avec l'histoire telle qu'on me l'a enseignée ou telle que je l'ai retenue. Et je me souviens que cette discipline me passionnait. Ça me laisse songeur. Quelle histoire enseigne-t-on aujourd'hui? Est-il même possible de l'enseigner?

    Dans cette émission quelques autres vérités viennent écorner le portrait du roi comme ce massacre de quelque 3000 vaudois vivant autour du Lubéron en 1545. L'Etat islamique n'a hélas rien inventé. Mais combien de Français le savent? 

    http://www.france3.fr/emissions/l-ombre-d-un-doute/diffusions/09-03-2015_304415

    http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Marignan

    Lire la suite

  • Le ramadan chrétien menace les paysans suisses

    image.jpgOk la formule est un peu lapidaire, mais je crains ou plutôt je crois en l'occurrence qu'elle ne soit pas fausse. A moins évidemment qu'une inconnue m'ait échappée, les voies de Dieu étant impénétrables... 

    Reprenons! Pain pour le prochain et Action de Carême (pppac), qui font ménage conmun, lancent leur campagne 2015 à l'occasion du ramadan catholique, qu'on appelait naguère Carême (en mémoire des 40 ans que les Hébreux ont passé dans le Sinaï avant d'occuper la Terre Promise et des 40 jours que Jésus a passés à éprouver la faim et le pouvoir avant de lancer le slogan "Aime ton prochain comme toi-même").  Le theme de pppac, cette année, tient en six mots: "Moins pour nous, assez pour tous!" C'est cette idée qui a présidée à la semaine des 35 heures en France. L'idée était de partager le travail... 

    pppac nous propose donc de moins manger (de viande) pour sauver la planète du réchauffement climatique, notre enfer quotidien. Moins manger de viande réduira l'importation de soja. Réduire l'importation de soja est, dit pppac, bon pour les paysans du sud, qui auront plus de terres pour produire leurs aliments propres. Le cercle apparaît vertueux et logique comme l'étaient jadis les sphères célestes et leurs harmoniques mouvements...

    http://www.painpourleprochain.ch/index.php?id=actuelle

    http://www.actiondecareme.ch/sites/home/current_project.html?view=details&id=1636

    Lire la suite

  • SDG, ça vous dit quelque chose?

    image.jpgSDG doit succéder cette en année à MDG. Soyez rassuré, ça ne tilt pas non plus dans ma petite tête. Comme tout un chacun, je suis encore Charlie ou pas, sans trop savoir pourquoi et ce que ça change pour moi ou pour le monde.

    Suis-je devenu un soldat, puisqu’on nous dit en guerre? Puis-je désormais tout écrire, tout dire, comme Charlie ou Dieudonné pour qui le spécial Charlie publié par le "Monde des médias" demande la liberté d'expression et réclame de Valls-Hollande qu'ils introduisent dans la Constitution française le Premier amendement de la Constitution américaine. Et pourquoi pas en Suisse aussi!

    Lire la suite

  • Le Grand Genève peu avant l'Escalade. And tomorrow

    ternier chateau.jpgLe Genevois vont commémorer bientôt l'Escalade, la seule fête populaire attachée à un événement historique. L'entrée du canton dans la Confédération suisse, dont le chapelet des manifestations s'égrène depuis bientôt un an dans une belle indifférence, n'a jamais rassemblé des foules au Port-Noir, pas plus que la libération de la cité, le 31 décembre 1813, non plus que le schisme de 1536 consommé par un théologien en mal de renommé, un de ces nombreux Français à qui Genève donna sa chance. La Constitution de 1847 ne donne lieu à aucun banquet, celle de 2012 non plus d'ailleurs. Tout juste la fusillade du 9 novembre 1932 sert-elle de commémoration identitaire à la gauche locale.

    Les fêtes religieuses scandent encore le calendrier commun et rythment quelques droits à des congés, mais n'emplissent plus les temples autant qu'avant, loin s'en faut. Seuls des festivals et et quelques fêtes, largement subsidiés par la Ville et les communes, attirent des foules disparates, mono- ou pluri-ethniques c'est selon; la plus grande d'entre elles étant la très courue fête de la musique, d'importation française, et les très tristes vide-greniers (gente le quartier est à vous), d'importation anglo-saxonne. Halloween n'a pas pris racine, la fête des voisin-es se cherche, la Lake Parade (s')ennuie, les fêtes de Genève, qu'en dire...

    Lire la suite

  • La guerre des graines et la liberté des paysans

    image.jpgFrance 5 a diffusé ce soir La guerre des grains un document genre "Le monde selon Monsanto", très dans l'esprit "Les multinationales affament le monde, ne pensent qu à leurs profits, tuent la biodiversité, manipulent les élus pour qu'ils votent des lois à leur avantage".
    L'émission montre donc les résistants à ce monde infernal, telle une agricultrice bien dans ses bottes qui a décidé de resemer ses propres graines de mais ou ce paysan qui marche dans un champ de blé caressant des épis de toutes hauteurs, où, nous dit-on, prospère une centaine de variétés de froment dont une qui serait aussi vieille que l'humanité et dont la diversité est une garantie pour le paysan et donc pour la planète d'échapper à la perte de sa récolte en raison des maladies. On se demande ce qui a bien pu provoquer les famine d'antan. Le paysan tirerait son épingle de la botte de foin en se faisant boulanger - on le voit pétrir la pâte à la main - puis commerçant.

    Lire la suite