Nature, biologie - Page 3

  • Ecosia, le colibri et la Sicile


    Italie : des incendies, poussés par un vent fort, ravagent le nord de la Sicile

     

    Le colibri, c'est le mythe du pompier qui s'en va porter sa goutte d'eau contre l'incendie qui dévaste son environnement et qui se dit que si tous les colibris copiaient collaient sa bonne action, on viendrait à bout de l'incendie. Quand on visite la Sicile, on est frappé par les collines et les montagnes dénudées. Des siècles de razzias, d'exploitation, de rapines et d'incendies, pas tous naturels... Le parc naturel qui domine Cefalu vient d'être carbonisé. La mafia aurait lâché des chats arrosés de pétrole dans la garrigue. La montagne est brune et noire jusqu'aux portes de la cité.

     

    Les nouveaux conquérants débarquent sans armes mais pas sans ambitions. Comme leurs prédécesseurs, ils suscitent la crainte des populations autochtones. On les parque loin des circuits touristiques, sans trop savoir qu'en faire. Les renvoyer pour une part, les distribuer dans d'autres nations du puzzle européen qui n'en veulent pas.

     

    Et l'on se dit, dans un raccourci sans doute trop raccourci, que la Banque centrale européenne qui nourrit chaque mois de dizaines de milliards d'euros l'ogre pâque machine financiere et économique pourrait en distraire un pour cent pour payer des travailleurs affectés au reboisement des collines, ici en Sicile et ailleurs, s'inspirant entre autre du modèle israélien. 

     

    Lire la suite

  • La pisciculture produit plus de protéine que l'élevage de bœuf, Berne l'anticipe-t-il?

    image.jpegEn 2050, l'agriculture devra produire 70% de nourriture de plus qu'aujourd'hui, dit la FAO. C'est sans doute impossible si l'on se contente d'extrapoler les conditions actuelles. Depuis la révolution verte dès années 50-60 (azote+nouvelles variété+chimie), les rendements ne progressent plus voire diminuent. Le monde ne risque toutefois pas de mourir de faim, car l'agriculture est sur le point d'entrer dans sa révolution industrielle.

    La pisciculture produit déjà plus de protéine animale que l'élevage de bœuf. Elle devrait se développer sur terre dans des bassins fermé où tout sera recyclé et on nourrira les poissons avec des farines de bactéries séchées qui auront grossi en ingurgitant du méthane.

    Science fiction?

    Lire la suite

  • Taxer les avions pour compenser RIE III

    easyjet tour cointrin.jpgTaxer les avions. Chirac y avait pensé. D'autres aussi avant et après lui. Mais les avions volent toujours à l'international sans payer leur dû. Nous autres Genevois en profitons largement. Deci, delà. Un saut de puce, un voyage sous les cocotiers. Sur le dos du climat, de nos poumons.

     

    Selon Noé21, la Confédération perdrait 450 millions de francs par an, rien qu'à Cointrin en renonçant, comme les autres pays, à taxer le kérozène. De quoi compenser - pas totalement mais assez largement - le manque à gagner que promet l'alignement de l'imposition des bénéfices des entreprises sur le mythique 13% annoncé par David Hiler, bien avant que Brouillard et Malice (les ci-devant ministres Maillard et Broulis) n'en fassent avaler une version vaudoise aux administrés d'à côté.

     

    A Genève, Monsieur Du Buisson dresse la table et y convie ce vendredi, deux ministres, trois patrons, trois syndicalistes, deux magistrats communaux et sept députés, soit dix-huit convives. Qu'auront-ils dans leur assiette?

    Lire la suite

  • Demain le film. Sans lendemain!

    image.jpegLe temps maussade d'un hiver chaud un samedi soir. Et le bouche à oreille ont rempli le cinéma City. Deux personnes me l'ont dit. Va voir Demain, tu comprendras beaucoup de chose. En effet. J'ai compris beaucoup de choses. J'ai rarement vu un documentaire autant truffé de clichés, d'idées reçues, limite malhonnête, total agitprop comme on disait naguère.

    Lire la suite

  • Pourquoi la boîte à idées du gouvernement genevois restera vide

    2016-01-22_104217.pngFaute d'avoir obtenu des réponses des députés élus - qui ont renoncé en décembre dernier à fonctionner mais qui n'ont pas eu le courage de démissionner - le gouvernement genevois a donc décidé d'inviter ses 35'000 collaborateurs à lui envoyer de bonnes idées pour réduire le train de vie de l'Etat de Genève. C'est ça où les 42 heures avait dit le président Longchamp et son ministre des Finances Dal Busco, le 8 septembre dernier, en présentant le détail des 7,8 milliards de francs de dépenses prévues pur 2016.

    Gageons que la boîte à idées restera vide ou presque. O, je ne dis pas qu'aucune proposition sera déposée. Je prétends qu'aucune ne sera réellement opérationnelle. Pour la simple raison qu'il ne viendrait pas à l'idée des serviteurs de l'Etat de se faire hara kiri.

    Or seule un élagage de certains services voire de services entiers (et des lois qui les fondent) peut amincir l'Etat.

    Cas 1: pourquoi ne pas transformer en fondation le service de l'égalité des sexes et exiger que d'ici à 3 ans il trouve la moitié de son financement via un crowfunding

    Lire la suite

  • L'argent tabou aux HUG

    pulsation.jpgC'est l'histoire d'une fumeuse invétérée.

    Depuis 14 ans, la cigarette colle aux lèvres de Nicole. Deux à trois paquets par jour. "A l'époque, raconte-elle dans Pulsation, le magazine des HUG, tout le monde fumait, A la maison, au bistrot, au bureau,... partout!" En 2005, sa mère, grande fumeuse elle aussi, décède. Nicole n'abandonne pas la clop. Six ans plus tard, le 17 avril 2011, elle ne peut plus respirer. Ses poumons sont obstrués.

    Urgence. Arrêt de travail. Claustration à domicile. Bonbonne d'oxygène. Le miracle survient le 10 décembre 2012. Deux poumons sont disponibles. Transplantation au CHUV. "Aujourd'hui, je vais en montagne je marche sans essoufflement, je voyage. Après 50 ans, on a encore de belles choses à vivre", lance-t-elle. Avec un sourire gourmand, ponctue le rédacteur, avant de poser ce constat: L'OMS estime que l'obstruction des poumons sera la troisième cause de mortalité dans le monde.

    N'est-ce pas merveilleux! Cette belle histoire clôt le numéro de janvier février de Pulsation, curieusement pas encore en ligne sur le site de l'établissement public.

    Lire la suite

  • Dernière leçon du premier éthicien de Suisse

    image.jpegAlexandre Mauron fut un pionnier en bioethique en Suisse. On lira avec grand profit les principes qui ont guidé son enseignement sur le site de l'Université de Genève. Il a donné ce midi sa dernière leçon au Centre médical universitaire de Geneve. Une leçon en demi-teinte qui n'a fâché personne.

    Qui oserait critiquer Darwin? Qui oserait critiquer la recherche sur les OGM? Qui oserait ne pas dénoncer le créationnisme? On était entre gens de bonne compagnie et personne n'a mis le bon Alex sur le gril.

    J'aurais préféré quelques considérations plus audacieuses et plus actuelles sur le CRISPR, par exemple, ces molécules ciseaux capables de copier coller et donc de remplacer des bouts d'ADN au cœur des cellules. Et aussi entendre quelques propositions propres à confondre les dénistes.

     

    Lire la suite

  • Les OGM de l'Université de Genève sont bons pour l'Afrique

    manioc.jpgJe dois dire que la lecture de cet article dans le dernier Journal de l'Uni m'a plutôt réjoui. La pensée unique ayant décrété qu'on grillera en enfers si on continue de carburer au pétrole et que les OGM alimentaires sont diaboliques - Genève, déjà non nucléaire, veut se déclarer canton non ogm -, l'invention d'un manioc OGM pour lutter contre la carence en vitamines B6 est à laquelle une équipe genevoise a participé est une bonne nouvelle.

    Avec des scientifiques de Zurich, Utrecht et Shanghai, les Genevois, pilotés par la prof de botanique Teresa Fitzpatrick, ont développé et produit en plein champ du manihot esculenta, une variété de manioc, dans laquelle ils ont glissé des gênes - l'article ne dit ni comment ni d'où ils viennent - forçant la racine à cracher 8 à 19 fois plus de vitamines B6 que la racine ordinaire.

    Lire la suite