Manifestations populaires - Page 4

  • Fêtes et déchets: et si Genève adoptait la méthode bâloise?

    DSC02323.JPGDeux jours à Bâle pour voir van Gogh et Giacometti (le business de la culture draine des foules impressionnantes qui paraissent un brin zombisées).

    La ville qui a l'ambition d'accueillir les "JO" de l'architecture en 2020 est un patchwork d'immeubles de tous âges souvent sans grand caractère. Très vite les faubours sont atteints, faits de maisons alignées avec des petits jardins. Seul le front du Rhin qui creuse un fossé impressionnant donne à la cité rhénane une allure urbaine. La vieille ville patricienne est agréable et austère. Non loin, vers le nord, la tour de la Foire dresse sa façade de verre, auquel répond les cheminée des usines chimique vers l'ouest. Les trams verts cru et jaunes poste font la queue leu leu dans la Freiestrasse et sur la Marktplatz, où l'altier Rathaus rouge du XVe est flanqué de bâtiment des années 50 bons à dynamiter.

    A quelques pas la 30e fête du Klosterberg bat son plein. Un souk international, principalement africains, des stands alimentaires des bars qui se donnent des airs d'Ibiza. Une chouette ambiance. Le pasteur a installé un toboggan dans son église où l'entrée est à 7 francs pour les enfants et c'est gratuit pour les parents. Mais le clou de la fête est ailleurs et a quelque chose à voir avec la taxe poubelle

    Lire la suite

  • Fêtes de Genève, tout le monde n'est pas à la fête

    fête de genève laurent guiraud.jpgGenève est fière de ses Fêtes de Genève. Il paraît que les organisateurs mesurent la popularité de la manifestation aux poubelles. Pas de doute, ce fut un succès! La plupart des hideuses corbeilles en treillis du mobilier urbain de la plus belle rade du monde dégueulaient généreusement, samedi soir, leur trop plein de couverts recyclables ou non, de papier gras, de gobelets et de bouteilles. Quant aux mégots de cigarette... la chaussée en était couverte. Triste image de la Ville. Mais la voirie a une nouvelle fois fait des miracles. Gloire lui soit rendu.

    Pas de gros pépins de sécurité non plus. Grâce aux médiateurs à casaque jaune aux polices privées, à la Police genevoise assez peu visible samedi soir. Un bémol, le très mauvais point répercuté par Al-Arabiya. Info ou intox, ça va être difficile de se faire une opinion.

    Reste le problème de la Ville dans son ensemble. Morte, éteinte, si ce n'est le bal des voitures cherchant une place de parking, sans repère, ni information spécifique avancée sur l'autoroute, sinon l'indication peu avenante d'un "centre-ville perturbé". Contraints, la peur au ventre à l'idée de retrouver son véhicule à la fourrière, de garer sur un trottoir, en marge de la légalité. Nombre de parkings privés ou semi-privés notamment ceux des administrations étaient fermés et donc vides. Seuls les abonnés y avaient accès.

    Cette incapacité d'accueillir les visiteurs n'est pas nouvelle, me raconte un collègue de retour de New York, où nombre de restaurants et de magasins sont ouverts 24h sur 24. [La photo est de Laurent Guiraud, qui en publie plusieurs autres sur son blog. A voir]

    Lire la suite