France - Page 4

  • Les Genevois veulent réviser la rétrocession fiscale frontalière

    sondage retrocession.jpgCertes, on dira que les sondages postés chaque jour sur le site de la Tribune ne répondent pas aux critères des sondages professionnels. Pour les avoir pilotés pendant pas mal de temps et en produire encore aujourd'hui, je peux cependant attester que le résultat produit par les clics des internautes à la question posée est généralement acquis après l'enregistrement d'une centaine de réponses. L'augmentation de la participation ne modifie qu'à la marge le résultat acquis. Le renversement d'une tendance est très rare.

    Le dernier sondage mis en ligne vendredi 4 septembre porte sur le projet du MCG de dénoncer l'accord de 1973 par lequel Genève s'engage à rétrocéder aux communes et aux départements où habitent les frontaliers un tiers environ des impôts que leur employeur genevois prélève sur leur salaire et verse dans les caisses du Canton de Genève. D'emblée le résultat de ce sondage a été très serré. Il est resté ouvert samedi et dimanche jusqu'à 16 heures. A cette heure, il avait enregistré 2190 clics. A-t-il été manipulé?

    Lire la suite

  • Le Mouvement contre Genève tire une balle dans le pied du canton et s'en fout

    Ah, la belle escalade que voilà! On va dénoncer une convention signée en 1973 qui rétrocède à la France environ un tiers des impôts payés à la source par les travailleurs frontaliers à Genève. On se fiche avec cette idée à quatre sous du bordel qu'on met dans la morne campagne des élections nationales du 18 octobre, des holà et des ouh là là des élus d'ici et d'ailleurs. Ce qui compte, pour le Mouvement contre Genève, c'est qu'on parle de lui. Pari gagné!

     

    Lire la suite

  • Du lait à 85 centimes! Et Libération qui chante le pape vert

    image.jpgA part les familles qui compte chaque sous, qui sait combien coûte un litre de lait? L'autre jour, je suis allé chez les Zeller à Vernier.  Il pestait car, s'était- il épanché dans l'hebdomadaire Agri, "je gagne mieux ma vie avec le fumier que je méthanise qu'en vendant mon lait à 53 centimes le litre".

    Ce qu'il n'a pas dit c'est que Swissgrid lui achète son kWh a un prix fixe tandis que le prix du lait, en moyenne annuelle à 60 centimes soit bien moins de la moitié de la brique vendue, baisse en effet graduellement pour éviter 1) une surproduction coûteuse, 2) diminuer le cheptel gros producteur de gaz à effet de serre et 3) recoller avec le peloton des producteurs européens qui écoulent leur lait autour des 35 centimes. Vaste programme.

    Toujours dans Agri, je lis ce savoureux reportage dans le Toggenburg...

    Lire la suite

  • Haiku français

    Radio France,

    C'est la France.

    Hélas!

    Elles nous manqueraient.

    Lire la suite

  • Femmes de France, une première, mais pour quoi faire?

    image.jpgLa France, qui n'a toujours pas de pétrole, a pris du retard dans les moulins à vent, bataille dans son carré de sable saharien pour protéger son uranium, entretient une armée au-dessus de ses moyens..., a tout de même trouvé une bonne astuce pour créer en ce mois de mars printanier des assemblées 100% paritaires.

    Ce dimanche 22 mars et dimanche prochain, on n'assistera pas seulement au crash programmé, attendu, storifié du binôme Hollande Valls, qui fait la une de Charlie Hebdo cette semaine, mais aussi à l'election d'autant de femmes que d'hommes dans les assemblées des départements français. Sauf à Lyon*, où la communauté de communes du Grand Lyon échappe au département du Rhône et va désormais cumuler les compétences départementales et celles de la communauté de communes.

    Oui, nos chers voisins innovent. 

    Lire la suite

  • Charlie, Charlots

    IMG_6836.JPGDimanche, les dressoirs, que la tenancière du kiosque-bar-PMU Le France, en bas Collonge, garnit de journaux à la vente, étaient toujours plein de Charlie Hebdo. Où sont donc les "Je suis Charlie" défenseurs de la liberté d'expression à tout crin? Où est passé l'Esprit-du-11-janvier?

    Jean-Noël Cuénod s'en inquiète aussi. Mais mon éminent confrère, rédacteur en chef de La Cité, un canard qui cherche aussi désespérément les amoureux du papier et des longs articles, pense qu'il est là et qu'il brasse la société comme Mai 68 a changé la France. Lentement mais sûrement. Un marqueur peut-être, mais un marqueur ne change pas la société, elle révèle ce qui s'y passe comme le thermomètre qui ne fait pas le changement climatique. Ce qui change le monde depuis 50 ans, c'est la technologie et la démographie. J'y reviendrai.

    Dans le dernier numéro de Charlie, il y a un grand papier que la gauche (mais aussi la droite) doit lire impérativement. Il s'intitule: "La gauche se meurt, non parce qu'elle a échoué, mais parce qu'elle a réussi."

    Lire la suite

  • Deux villes suisses dans le top ten

    image.jpgL'information c'est l'angle que l'on donne à un papier. J'aurais pu titrer ce billet:  Top ten des bonnes cités: Geneve, 8e, n'a toujours pas retrouvé sa troisième place perdue en 2011. J'aurais pu aussi choisir: Vienne est toujours la ville où l'ont vit le mieux. On aurait pu encore titrer: Aucune ville françaises dans les dix meilleures villes du monde.

    Les internautes adorent les palmarès, les papiers sur les bonnes pratiques ou les "comment faire", les papiers didactiques (Parmi mes articles les plus lus, il y a deux abécédaires, l'un sur le budget de Genève l'autre sur la grève des Transports publics, deux points qui doivent dégrader la position de Genève).

    On peut toujours discuter le baromètre ou casser le thermomètre, la mesure indique toujours quelque chose. En l'occurrence, c'est Mercer International qui a publié le 4 mars son inventaire des villes par ordre de qualité de vie. Vienne sort en tête, suivie de Zurich, comme en 2014. Wikipedia a aussitôt mis sa note à jour, mais il faut acquérir l'étude pour savoir pourquoi.

    Quelles autorités ou qu'elles institutions l'achètent à Genève? Que fait la ville pour retrouver le podium?

    Lire la suite

  • Marignan: François nous a trompés

    C'est France 3, dans L'Ombre d'un doute, qui nous le raconte ce soir. François 1er  n'a remporté la tuerie de Marignan non pas grâce à la cavalerie lourde des chevaliers français, mais du fait de la retraite des mercenairs suisses mal payés par le duc de Milan, quand les Vénitiens, alliés des Français, arrivèrent sur le champ de bataille au petit matin du 14 septembre 1515, alors que les corps à corps avaient déchiré les hommes et les âmes une partie de la nuit, une exception à l'époque - on ne se battait guère plus de cinq heures et durant le jour - laissant sur le champ de bataille 16'000 morts, le double des plus terribles batailles de l'époque. C'est le marketing, le récit du vainqueur, qui fit l'histoire qu'on nous raconta en Suisse aussi.

    Quand on lit la notice de Marignan publiée sur Wikipedia, on mesure combien l'affaire est plus complexe encore, que les Suisses étaient divisés, qu'il y'a un avant et un après Marignan, bref que l'Histoire n'a pas grand chose à voir avec l'histoire telle qu'on me l'a enseignée ou telle que je l'ai retenue. Et je me souviens que cette discipline me passionnait. Ça me laisse songeur. Quelle histoire enseigne-t-on aujourd'hui? Est-il même possible de l'enseigner?

    Dans cette émission quelques autres vérités viennent écorner le portrait du roi comme ce massacre de quelque 3000 vaudois vivant autour du Lubéron en 1545. L'Etat islamique n'a hélas rien inventé. Mais combien de Français le savent? 

    http://www.france3.fr/emissions/l-ombre-d-un-doute/diffusions/09-03-2015_304415

    http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Marignan

    Lire la suite