Facebook - Page 2

  • Comment Genève achète les fonctionnaires

    Capture d’écran 2015-03-31 à 17.51.27.pngPassons sur le minibénéfice 2014 du Canton de Genève, il ne signifie rien, tant il est ajusté pour satisfaire tout le monde ou presque.

    Parmi les ajustements, on retiendra ce fameux montant de 203 millions que le gouvernement dit mettre de côté pour se prémunir d'une mauvaise surprise, celle que pourrait réserver caisse de retraite des 35'000 fonctionnaires du Canton et de ses agences, frappée comme toutes les caisses de retraite du pays par les intérêts négatifs et le vieillissement de la population.

    203 millions, ce n'est pas énorme, mais c'est tout de même la moitié du pactole d'Anières  - le pactole d'Anières, c'est, pour ceux qui l'ignorerait encore, une rentrée fiscale surprise d'un très riche contribuable, merci à lui ou à elle!

    Qui a eu la bonne idée au sein du Conseil d'Etat de provisionner ces 203 millions dans cette rubrique? Un vieux routier de la politique ou le jeune ministre des finances? Toujours est-il qu'on voit mal une majorité du Grand Conseil s'y opposer. Les socialistes ont bien vu le piège. Il dénonce un artifice. C'en est un. Ces 203 millions sont un bel asticot que le gouvernement accroche à sa ligne pour renouer le dialogue social avec la fonction publique. 

    Lire la suite

  • Snapchat, Facebook, des ogres pour les médias?

    image.jpgAinsi le New York Times devrait diffuser directement des articles sur Facebook et recevoir en contrepartie une part de la manne publicitaire que le partenariat entre le plus grand réseau du monde et l'un des plus prestigieux journaux du monde devrait générer.

    Snapchat a anticipé le nouveau marché de quelques semaines en créant Schnapchat Discover, qui relaye des news taillées sur mesure pour ce nouveau venu dans le monde bouillonnant des réseaux et qui captive les jeunes. 

    Il paraît que 80% des jeunes Américains s'informent via les réseaux sociaux et ne les quittent plus. Facebook est comme Windows le fut pour leur papa, un ogre incontournable. Les éditeurs qui espéraient troquer leurs rotatives contre des sites internet pourraient déjà devoir réviser leur plan.

    A quoi bon entretenir des sites internet ou des blogs à grand frais si Facebook fait le travail gratuitement et en plus promet de partager les bénéfices? Les rédactions auraient peut-être mieux à faire en pactiser avec Snapchat, Facebook, Twitter ou Google + Pinterest et les autres qui vont suivre.

    Le séisme FB-NY, s'il a lieu, promet de sacrés répliques. Comment résister et capter durablement des abonnés fidèles? Vaste question!

    Lire la suite

  • Quel est l'avenir de la presse papier traditionnelle en Suisse romande ?

    image.jpgVaste question n'est-pas! Quand je tape sur Google "avenir de la presse", je tombe sur des réponses... pertinentes. Elles doivent avoir quelque chose à voir avec mes autres recherches, de sorte que les réponses que Google m'offre ne sont vraisemblablement pas les mêmes que celles que recevraient mes voisins, mes confrères, les lecteurs de ce blog - sentiments confus de solitude, de traque, de service fin et adapté.

    L'exact opposé d'un imprimé en somme. Les lecteurs d'un journal formaient une communauté virtuelle qui partageaient le même lot d'infos vérifiées. Un contrat de confiance quotidien, ou presque.

    Qu'est-ce qu'un journal?

    Lire la suite

  • 3% pour les news

    Que faites-vous avec votre ordiphone? Vous téléphonez? Sans doute, mais selon une étude de l'institut américain Flurry rapportée par Le Monde, la moitié du temps, vous le passez à jouer et à papoter sur Facebook: 32% pour l'un et 17% pour l'autre. Comme l'indique le graphique ci-dessous vous ne passez que 3% du temps que vous passez sur votre ordiphone à vous informer. Heureusement, il y en a encore qui lisent les journaux, écoutent les bulletins d'infos à la radio et regardenr le 19:39 ou le 20 Heures à la télé... Pour combien de temps encore?
    mobile_picture

  • D.

    boxe.jpgQuelle était votre opinion quand le caricaturiste danois a représenté Mahomet avec une bombe dans le turban? Vous avez dénoncé l'islamophobie ou vous avez défendu la liberté de la presse?

    Que signalait ce dessin? Que l'islam était (comme d'autres idéologies?) mère du terrorisme? Cette interprétation possible est excessive et fausse et même dangereuse, car ce serait associer tous les adeptes de cette religion à une lecture folle et erronée de minorités fondamentalistes.

    Pour le moins, ce trait de plume, qui a enflammé le monde musulman, obligeant chacun à prendre parti, dénonçait le fait qu'une idéologie ou une religion peut engendrer des terroristes en son sein. Quelques terroristes et non pas le terrorisme: ce n'est évidemment pas la même chose, cette distinction fait même toute la différence. Dans cette lecture, la partie reste la partie, l'exception, l'exception, la tumeur est circonscrite pour ce qu'elle est. Les plus sages doivent la combattre, la dénoncer, l'exclure et surtout cultiver la santé du corps sain.

    Mais quand le roi, ses ministres et ses grands prêtres médiatiques appellent à tuer le fou du roi sous prétexte qu'il pourrait par le seul effet de ses mots ou de quelques gestes corrompre le peuple, c'est que le roi est nu et que le peuple est assujetti.

    Comme un boxeur, une société saine et forte se reconnaît à sa capacité d'encaisser les coups sans que les coups ne la secouent.

    Sur une échelle de dix, où posez-vous le curseur de la santé de la société française? Et de la société genevoise?

  • Engelberts et Salerno

    salerno signant avec ka.jpgSandrine 7 sur 10, Marie-Thérèse -0,6. La socialiste ministre des Finances de la Ville tient un blog (rédige-t-elle elle-même ses billets? Elle avait engagé un nègre du temps de sa mairie) et compte 3475 fans sur sa page Facebook. L'ex-PDC devenue constituante MCG a ouvert un blog sur le site de la Tribune, mais ne l'a jamais alimenté. Elle n'a ni page ni profil sur le réseau social favori des Suisses: 2,8 millions y sont.

    Du coup, quand on tape Marie-Thérèse Engelberts, Google renvoie les déboires financiers montés en crème de la candidate malheureuse à la Mairie de Genève. Comme quoi, l'Internet peut durablement ternir une carrière, mais offre la possibilité de corriger le tir.

    Même topo pour Michèle Künzler, le DMI - rien à voir avec le DIM, le Département de l'intérieur et de la mobilité. Le DMI donc a permis à l'agence Maj consulting de se faire gratos une pub d'enfer.

    Lire la suite

  • L'évêque Charles Morerod manque de gras

    morerod bachhofner vicariat 15 nov 2011.jpg«Je ne suis pas le préfet de Rome». Le dominicain fribourgeois Charles Morerod, dont la stature est à l'opposé de celle du moine vendeur de fromage, a semblé, hier à Genève, prendre ses distances avec le Vatican, sans mordre toutefois la main qui l'a désigné successseur de François de Sales sur le siège de l'évêché de Genève (in partibus ou virtuel, mais toujours existant).

    Les oeuvres du saint savoyard sont les seules exposées dans une vitrine de la salle de conférence du vicaritat, 13 rue des Granges, où, une heure trente durant hier, le prélat était à la disposition des journalistes dont la consécration aura lieu le 11 décembre à la cathédrale Saint-Nicolas de Fribourg.

    Lire la suite

  • La fin des journaux

    journaux la fin selon futureexploration.net.jpgJe fais partie de ceux qui prophétisent la fin du journal imprimé depuis longtemps. La Tribune interroge à ce sujet le patron de l'ompi ce lundi. Qui nous dit que les rotatives vont tourner encore jusqu'en 2040. J'aurais alors près de 90 ans. En fait mon confrère Alain Jourdan renvoie à un rapport et à une carte qui donne pays par pays la date de la fin des journaux imprimés.

    Pour la Suisse c'est 2026, dans 15 ans... Aux Etats-Unis, demain c'est déjà aujourd'hui.

    Lire la suite