Europe - Page 4

  • Le Brexit vu de Selinonte

    image.jpegJ'apprends l'issue du scrutin britannique, qui jette l'Europe dans l'inconnue et une nouvelle dislocation, depuis Selinonte, en Sicile. Personne ou presque ne connaît plus ce qui fut une brillante cité grecque, sise entre Agrigente et Marsala, pendant quelque 200 ans, il y a 25 siècles. Elle a été détruite, ses habitants sauvagement éliminés, par Carthage, un empire rayé de la carte par Rome, 200 ans plus tard.

     

    Des ruines de ces empires et confédérations, l'Europe a conservé, l'ambition durable de contester aux dieux le cours des choses, quelques mythes, des bribes de philosophie, les fondements de notre droit. Aujourd'hui, le peuple britannique a rompu un contrat, une alliance qui rendait l'Union plus forte face aux défis que les humains de ce temps ont à affronter. À ma connaissance, jamais un canton suisse n'a fait défection de la Confédération. 

     

    Les pessimistes diront que le vote de ce  23 juin est le début de la fin de l'Europe. Les optimistes répondront que l'Europe n'a progressé que dans les crises. Reste à savoir si elle a les moyens de surmonter celle-ci. Une majorité de Suisses, avant les Britanniques avait voter contre les bilatérales qui nous lient à l'Union et nous apportent de nombreux avantages. Pas assez sans doute face à la peur de ce XXIe siècle commençant: la peur de l'étranger, barbare forcément. 

     

    Lire la suite

  • Le Gothard et la traversée du lac

    Au soir du grand soir quand nos trois grands voisins s'eurent dûment inclinés devant l'exploit du Gothard, creusé pour 24 milliards de francs suisses avec les mains et les corps d'ouvriers européens, la RTS nous livra un débriefing infrarouge, habiles redites nécessaires sans doute à l'unité du pays. Solari chanta son Tessin dont le gouvernement est dominé par des hommes de la Lega, Béguin entonna l'hymne ferroviaire de circonstance, tous les invités dirent combien le couloir européen qui relie Gêne à Rotterdam, en faisant gagner six jours aux navires venant de Chine et de cet extrême orient laborieux.

     

    Enfin Adolf, Dolfi pour les intime, au mieux de sa forme, retrouva les trémolos montagnards qu'on entend dans les Mannerchor, pour dire et redire formidable, le clou du show étant ce moment où il a emmené le ministre belge frôler une arrête noire de l'Eiger, demande au pilote de balancer son appareil et obtient le soutien du ministre pour les nouvelles traversées alpines, le Lötschberg et le Gothard. Formidable! En contrepoint, le Shrek de circonstance, l'ancien syndic de Lausanne, qui avait apporté de l'eau au moulin des Zurichois, pour qui un seul tunnel au Gothard, leur Gothard aurait suffi, rappela un peu penaud que son non signifiait un oui à la brouette d'Echallens, devenue REV, réseau express vaudois.

    Lire la suite

  • #tasvulactu bis: pas de RBI pour les NEM

    700 migrants, réfugiés, voyageurs, déportés, transnationaux, pauvres, expulsés, apatrides, exploités, aventuriers, quêteurs de liberté et de prospérité... (cochez ce qui convient) ont donc succombé à trois ou quatre naufrages cette semaine entre la Libye et l'Italie. Le 19:30 en a fait son dossier ce qui nous a permis de voir et revoir le chavirage d'un bateau basculant son humaine cargaison dans la Méditerranée. Heureusement un jeune homme, bien sous tout rapport, a mis en place une ligne téléphonique d'alerte. Le même 19:30 lui donne longuement la parole en ne manquant pas de poser LA question: l'Europe est-elle responsable?

    Sans doute, vu que, en Suisse, il y a peu de risque que les naufragés accostent directement et que ceux qui parviendront chez nous seront classés dans la catégorie des NEM (non entrée en matière). La suite du bulletin de l RTS Une nous en donne la preuve. Le gouvernement de gauche du Canton de Vaud expulse deux fois moins que le gouvernement de droite d'Argovie, un bon élève, souligne la journaliste. Minoritaire, le ministre PLR vaudois ment en disant que Vaud est le meilleur canton dans le domaine de l'asile. 

    Lire la suite

  • Une guerre? Non, ne nous trompons sur la nature des terroristes

    image.jpegA nouveau, le mot guerre surgit pour dénoncer les attentats de Bruxelles. Le Figaro titre son éditorial La guerre de tous et appelle les Européens au réveil au soutien de la France au Sahel et en Syrie. L'éditorialiste va jusqu'à qualifier l'attentisme qui a prévalu jusqu'à présent de honteux. Ce serait bien trop simple. Les bombardiers sont parfaitement incapables d'éradiquer le cancer terroriste qui développe ses métastases dans le monde musulmans. 

    Le ministre suisse des Affaires étrangères, Didier Burkhalter, a eu lui le courage de dire ce soir sur la RTS que c'est la pauvreté qui alimente les troupes de Daech et des autres mouvements djihadistes. 

    C'est une toute autre guerre qu'il faut mener. Une guerre de tous en effet. Mais qui ne se gagnera pas par des moyens militaires.

    Bien sûr, il ne faut pas être naïf. 

    Lire la suite

  • Bonne année 2016? Les gens sont pessimistes

    sondage 4 janv 15.jpgLes sondages valent ce qu'ils valent, ceux que les journaux lancent sur leur site web n'ont pas la prétention d'être fondés sur des échantillons représentatifs, mais ils livrent tout de même l'air du temps assez fidèlement. Sauf rares exceptions, les résultats sont d'ailleurs obtenus au bout d'une centaine de clics. Le premier sondage publié de l'année 2016 sur le site de la Tribune ne révèle pas un optimiste à tout rompre. près de deux tiers des internautes estiment que le monde n'ira pas mieux en 2016.

    Pourtant 2015 est sans doute une des rares années sans guerre  internationale ouverte. Certes, les tensions existent, des guerres civiles peuvent ici et là déborder, la mondialisation de l'extrémisme islamique apporte son lot de victimes, le flux des réfugiés est plus visibles sur nos écrans télé et soumets les institutions à rude épreuve, la pauvreté recule mais trop lentement, l'Europe vieillit et n'est pas aussi entrepreneuriale et croissante que les Etats-Unis.

    Le monde ira-t-il mieux en 2016 qu'en 2015?

    Lire la suite

  • La RTS finit mal l'année

    image.jpegMein Kampf incite-t-il à la haine raciale? Je ne l'ai pas lu et je ne le lirai pas. Martina Chyba l'a-t-elle lu? Peut-être. La journaliste de la RTS avait un avis tranché sur le 19:30 ce mercredi 30 décembre. Sur le ton d'une pasteure, elle a dit combien ce brûlot était mal écrit, infâme dans son contenu, mais qu'il ne faut pas en empêcher la publication pour autant. Comme si elle, la RTS ou quiconque d'ailleurs pouvaient le faire d'un livre que les libraires genevois vendent à quelques dizaines d'exemplaires par année et qu'on trouve sans peine sur le net.

    Brûler ce livre serait agir comme le régime hitlérien et toutes les dictatures, a asséné la journaliste. Incroyable! Ainsi tous les livres se vaudraient et devraient échapper au pilon? 

    Dans la même séquence, un libraire de la librairie du Boulevard a eu cette réponse: "Notre métier, c'est de vendre des livres." Il est vrai que chacun fait son métier. Mais est-ce la mission du service public de participer à cette opération commerciale?

    Lire la suite

  • Les saints innocents et les petits Genevois

    saints innocents.jpgLes saints ne sont plus très en vogue. Naguère, quand, sous nos cieux, la laïcité n'était pas aussi sourcilleuse - elle l'est sans doute parce qu'elle craint le retour des fanatiques - et quand le commun des mortels croyait moins en son propre génie prométhéen et en la technomédecine qu'en la Providence pour son développement durable, naguère donc, chaque jour était placé sous la patronage d'un saint ou d'une sainte.

    Pas toujours de bon catholiques d'ailleurs ou de pieux béats. Saint François d'Assise, dont le pape vert actuel porte le nom, a fait les quatre cents coups avant de consacrer sa vie à la réforme de l'église et au chant des oiseaux. 

    Ce 28 décembre, la tradition se souvient des saints innocents. Qui sont-ils?

    Lire la suite

  • L'UDC française, premier parti de régions croupions

    image.jpegLes Le Pen sans Jean-Marie ont porté le FN là où Blocher a mené l'UDC, voire mieux, puisque Marine et Marion franchissent la barre des 40% des suffrages. Un vote sanction, attendu, normal dans un contexte économique déprimant et le retour de la vieille peur ancestrale, la peur de l'étranger, revenue au premier plan après la disparition de la peur des rouges, des communistes, qui a scandé les discours, les postures et la géographie politiques durant toutes la deuxième moitié du XXe siècle. 

    Un vote sanction, sans grandes conséquences. En France les régions ne pèsent pas grand-chose. Notre voisine Rhône-Alpes, agrandie désormais a l'Auvergne au 1er janvier prochain, affiche un budget 2015 de 2,45 milliards d'euros - trois fois moins que le budget du canton de Genève - pour un territoire plus grand que la Suisse et une population de plus de 6 millions d'habitants.

    Lire la suite