Europe - Page 3

  • Le ressentiment. Nice, Nietzsche, Dostojevski...

    Capture d’écran 2016-07-20 à 22.51.06.pngUne question me poursuit. Pourrais je un jour me retrouver dans la situation de piloter un 19 tonnes à travers une foule en liesse? J'ai posé la question hier aux cinq jeunes que j'ai guidé à travers la Tribune et le métier de journaliste (vérifier les faits, comprendre les ressorts du monde, les exposer rapidement et simplement...). "Non, non", m'a répondu une ado, qui n'avait pas sa langue dans la poche et affichait une belle maturité: "je ne pourrais pas tuer!" Je n'en doutai pas. Les autres sont restés.

     

    Impossible de se projeter dans la tête d'un tueur quel qu'il soit! Je sais pourtant qu'il y a des enfants tueurs, sans doute contre leur gré mais qui vivent dans une violence, un dénuement, un enfer qui n'a rien de virtuel ou de ludique. Et pourtant Dieu sait combien de jeux vidéo et de films glorifient la violence, la brutalité, le vice, l'inhumanité. Comment s'étonner que certains passent à l'acte.

     

    On connaît çes expériences où un expérimentateur commande à un quidam - vous ou moi - d'infliger des décharges électriques à un personnage qu'il faut faire parler pour une noble cause (sauver des enfants par exemple d'un danger imminent). Certains vont jusqu'à infliger des doses mortels au personnage qui joue la comédie. Tragique. Qui peut dire comment il se comporterait en situation de stress, de faiseur extrême, de guerre?

     

    Lire la suite

  • Le dernier Euro?

    liberation les bleus.jpgHier soir, à Compesières alors qu'un chaud vent des moissons brassait les tilleuls faisant tomber leurs fleurs odorantes sur les tables des fans, un jeune garçon en maillot bleu a fondu en larmes. Il était passé 23h. Alors qu'on craignait l'injuste épreuve des tirs au but, la messe était dite grâce au coup de pied magistral et imparable. Le garçon était inconsolable et a fini dans la bras de sa maman, une belle en noir qui avait ceint le drapeau du Portugal autour de sa taille.

    Pourquoi pleures-tu, demandaient les amis autour de lui. Son grand-père répondit: Parce que son papa était pour la France. Hier et ce matin encore, de nombreuses familles ont été et sont ainsi déchirées.

    Merci l'Euro?

    Lire la suite

  • Ecosia, le colibri et la Sicile


    Italie : des incendies, poussés par un vent fort, ravagent le nord de la Sicile

     

    Le colibri, c'est le mythe du pompier qui s'en va porter sa goutte d'eau contre l'incendie qui dévaste son environnement et qui se dit que si tous les colibris copiaient collaient sa bonne action, on viendrait à bout de l'incendie. Quand on visite la Sicile, on est frappé par les collines et les montagnes dénudées. Des siècles de razzias, d'exploitation, de rapines et d'incendies, pas tous naturels... Le parc naturel qui domine Cefalu vient d'être carbonisé. La mafia aurait lâché des chats arrosés de pétrole dans la garrigue. La montagne est brune et noire jusqu'aux portes de la cité.

     

    Les nouveaux conquérants débarquent sans armes mais pas sans ambitions. Comme leurs prédécesseurs, ils suscitent la crainte des populations autochtones. On les parque loin des circuits touristiques, sans trop savoir qu'en faire. Les renvoyer pour une part, les distribuer dans d'autres nations du puzzle européen qui n'en veulent pas.

     

    Et l'on se dit, dans un raccourci sans doute trop raccourci, que la Banque centrale européenne qui nourrit chaque mois de dizaines de milliards d'euros l'ogre pâque machine financiere et économique pourrait en distraire un pour cent pour payer des travailleurs affectés au reboisement des collines, ici en Sicile et ailleurs, s'inspirant entre autre du modèle israélien. 

     

    Lire la suite

  • Il est difficile de penser l'Europe sans l'UE

    image.jpegLe 6 décembre 1992, Pascal Delamuraz avait inventé la formule du "Dimanche noir" pour qualifier le vote des Suisses contre l'Espace économique européenne. Les Suisses auxquels la classe dirigeante hors l'UDC et la presse unanime promettaient les pires avanies n'ont en fait guère souffert de ce non historique. La raison est double. D'une part, on a cru que la peur de lendemains difficiles suffiraient à convaincre le peuple de voter pour l'EEE. D'autre part, le vote acquis, le système (politico-diplomatique) suisse a tout fait pour réduire au maximum les conséquences négatives et pour titrer les opportunités de la nouvelle situation.

     

    Le jeudi noir 23 juin 2016 que le Brexit jette sur l'Europe connaîtra vraisemblablement la même issue. Londres comme la Suisse acceptera une formule de collaboration cousu main avec l'Union. On va tordre un peu les Traités et surtout les idéaux pour construire ce qui est déjà une réalité, une Europe à plusieurs vitesses et à géométrie variable. L'usine à gaz que les antieuropens peignent comme le Diable sur la muraille n'est pas près de disparaître.

     

    Lire la suite

  • Le Brexit vu de Selinonte

    image.jpegJ'apprends l'issue du scrutin britannique, qui jette l'Europe dans l'inconnue et une nouvelle dislocation, depuis Selinonte, en Sicile. Personne ou presque ne connaît plus ce qui fut une brillante cité grecque, sise entre Agrigente et Marsala, pendant quelque 200 ans, il y a 25 siècles. Elle a été détruite, ses habitants sauvagement éliminés, par Carthage, un empire rayé de la carte par Rome, 200 ans plus tard.

     

    Des ruines de ces empires et confédérations, l'Europe a conservé, l'ambition durable de contester aux dieux le cours des choses, quelques mythes, des bribes de philosophie, les fondements de notre droit. Aujourd'hui, le peuple britannique a rompu un contrat, une alliance qui rendait l'Union plus forte face aux défis que les humains de ce temps ont à affronter. À ma connaissance, jamais un canton suisse n'a fait défection de la Confédération. 

     

    Les pessimistes diront que le vote de ce  23 juin est le début de la fin de l'Europe. Les optimistes répondront que l'Europe n'a progressé que dans les crises. Reste à savoir si elle a les moyens de surmonter celle-ci. Une majorité de Suisses, avant les Britanniques avait voter contre les bilatérales qui nous lient à l'Union et nous apportent de nombreux avantages. Pas assez sans doute face à la peur de ce XXIe siècle commençant: la peur de l'étranger, barbare forcément. 

     

    Lire la suite

  • Le Gothard et la traversée du lac

    Au soir du grand soir quand nos trois grands voisins s'eurent dûment inclinés devant l'exploit du Gothard, creusé pour 24 milliards de francs suisses avec les mains et les corps d'ouvriers européens, la RTS nous livra un débriefing infrarouge, habiles redites nécessaires sans doute à l'unité du pays. Solari chanta son Tessin dont le gouvernement est dominé par des hommes de la Lega, Béguin entonna l'hymne ferroviaire de circonstance, tous les invités dirent combien le couloir européen qui relie Gêne à Rotterdam, en faisant gagner six jours aux navires venant de Chine et de cet extrême orient laborieux.

     

    Enfin Adolf, Dolfi pour les intime, au mieux de sa forme, retrouva les trémolos montagnards qu'on entend dans les Mannerchor, pour dire et redire formidable, le clou du show étant ce moment où il a emmené le ministre belge frôler une arrête noire de l'Eiger, demande au pilote de balancer son appareil et obtient le soutien du ministre pour les nouvelles traversées alpines, le Lötschberg et le Gothard. Formidable! En contrepoint, le Shrek de circonstance, l'ancien syndic de Lausanne, qui avait apporté de l'eau au moulin des Zurichois, pour qui un seul tunnel au Gothard, leur Gothard aurait suffi, rappela un peu penaud que son non signifiait un oui à la brouette d'Echallens, devenue REV, réseau express vaudois.

    Lire la suite

  • #tasvulactu bis: pas de RBI pour les NEM

    700 migrants, réfugiés, voyageurs, déportés, transnationaux, pauvres, expulsés, apatrides, exploités, aventuriers, quêteurs de liberté et de prospérité... (cochez ce qui convient) ont donc succombé à trois ou quatre naufrages cette semaine entre la Libye et l'Italie. Le 19:30 en a fait son dossier ce qui nous a permis de voir et revoir le chavirage d'un bateau basculant son humaine cargaison dans la Méditerranée. Heureusement un jeune homme, bien sous tout rapport, a mis en place une ligne téléphonique d'alerte. Le même 19:30 lui donne longuement la parole en ne manquant pas de poser LA question: l'Europe est-elle responsable?

    Sans doute, vu que, en Suisse, il y a peu de risque que les naufragés accostent directement et que ceux qui parviendront chez nous seront classés dans la catégorie des NEM (non entrée en matière). La suite du bulletin de l RTS Une nous en donne la preuve. Le gouvernement de gauche du Canton de Vaud expulse deux fois moins que le gouvernement de droite d'Argovie, un bon élève, souligne la journaliste. Minoritaire, le ministre PLR vaudois ment en disant que Vaud est le meilleur canton dans le domaine de l'asile. 

    Lire la suite

  • Une guerre? Non, ne nous trompons sur la nature des terroristes

    image.jpegA nouveau, le mot guerre surgit pour dénoncer les attentats de Bruxelles. Le Figaro titre son éditorial La guerre de tous et appelle les Européens au réveil au soutien de la France au Sahel et en Syrie. L'éditorialiste va jusqu'à qualifier l'attentisme qui a prévalu jusqu'à présent de honteux. Ce serait bien trop simple. Les bombardiers sont parfaitement incapables d'éradiquer le cancer terroriste qui développe ses métastases dans le monde musulmans. 

    Le ministre suisse des Affaires étrangères, Didier Burkhalter, a eu lui le courage de dire ce soir sur la RTS que c'est la pauvreté qui alimente les troupes de Daech et des autres mouvements djihadistes. 

    C'est une toute autre guerre qu'il faut mener. Une guerre de tous en effet. Mais qui ne se gagnera pas par des moyens militaires.

    Bien sûr, il ne faut pas être naïf. 

    Lire la suite